Top 2022 - le débat final (pour le moment)



 


Âme sombre et difficilement contentable, Wineyard n'en est pas moins un fin dénicheur lorsqu'il s'agit de creuser les fonds de genre. Et trouve toujours quelques pépites inattendues.



Photo_1_301h_600w

Wilderun
- Epigone

LA sortie de 2022 pour moi. Quel bonheur que cet album. Il a tout, le chant clair et growlé, la violence et la douceur, c'est épique, lyrique, beau. Même la reprise de Radiohead est bonne, c'est dire si c'est un sans faute. En espérant que Century Media ne les tuent pas.

Darkher - The Buried Storm

Magnifique ambiance. Une voix pénétrante, une atmosphère terrible de tristesse, une ode à la joie noire et chaleureuse. Je suis client de cette douceur mortelle.

Axel Bauer - Radio Londres

Inattendu. J'aimais bien l'Axel Bauer d'avant, celui de Cargo, puis celui d'"À ma place". J'ai été cueilli par l'homme qui court, c'est malin. Un album d'une grande finesse, qui montre aussi les qualités de guitariste de l'auteur, un album en retenue dans l'émotion de la maladie. Très émouvant, avec des paroles qui touchent ceux qui savent.

Mariangela Demurtas - Dark Ability (EP)

Merci mon Dudusse. Il a tapé dans le mille. Ce n'est pas metal, mais quelle voix... Aucune démonstration technique ostentatoire, juste l'émotion, les intonations qui comptent, la mélodie qu'il faut. Un EP, donc trop court, mais le "P" signifie « Promesse ».

Strigoi - Viscera

Je n'avais pas accroché au dernier, mais là, j'y reviens, régulièrement. Doom death râpeux parfois, prenant tout le temps.

Misþyrming - Með hamri

Mon dernier craquage. Autant je suis passé à côté avant, autant là, la furie de cet album m'a cueilli à froid. Du Funeral Mist dans l'âme, c'est violent, un peu pagan, et très bien fait.

Яkорь (Yakor) - Н​а​д м​о​г​у​ч​е​й с​т​р​а​н​о​й (EP)

Découverte de la dernière Coupe du monde organisée sur le site (mouahaha, j'ai gagné...).
Un EP, certes, mais un concentré de ce que j'aime. Un fond de death/doom pagan folk, des mélodies puissantes. J'attends l'album en bavant.

Udånde - Slow Death- A Celebration of Self-Hatred

Le petit plaisir inattendu de la fin d'année. Le promo improbable que tu demandes en te disant que tu as bien fait de ne pas passer à côté. Je suis le Jean-Claude Dusse des albums promo, et j'ai subi beaucoup d'échecs, incapable parfois de pondre quoi que ce soit sur un groupe. Heureusement il y a des Udånde, mêlant les genres majeurs (doom/death/black) dans un écrin de puissance sourde et venimeuse. Des albums comme celui-là redonnent la foi au chroniqueur que je suis toujours malgré mes absences d'envies.







©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5