Top 2022 - le débat final (pour le moment)



 


Bientôt abonné vermeille, son acuité n'en demeure pas moins à niveau, doublée de la sagacité profonde de l'expérience



Photo_1_250h_600w

Darkher
- The Buried Storm

J'en ai rêvé, elle l'a fait. Dans la vaporeuse lignée de Hour of the Nightingale ou des moments les plus éthérés d'Under A Godless Veil, elle nous compose des titres d'une délicatesse et d'une mélancolie sublimes.

Helioss - Contre ma lumière

Nico a osé aller encore plus loin qu'avec Devenir le soleil. Un album encore plus foisonnant et plus équilibré. On ne sait où donner de la tête. Et "Charniers" est une chanson de fou. Du black sympho/mélo de tout premier plan.

Ultha - All That Has Never Been True

Il y a le bon post-black et le mauvais post-black. Si je vous dis qu'on est au niveau de Bloem de Fluisteraars, vous saurez dans quelle catégorie je range cette œuvre fébrile, dense et prenante, bien plus variée que ce qu'une première écoute peut laisser à penser...

Dirty Shirt - Get Your Dose Now!

Toujours aussi concis, les Roumains se situent au sommet de leur art avec ce nouveau mélange de folk et de metal. La violence laisse (définitivement ?) place à un savant cocktail réalisé par des musiciens mûrs. Un régal.

Grima - Frostbitten

Sous la mélancolie et certaines formes de douceur, il y a la sécheresse et la violence. Un album extraordinairement prenant.

Depressed Mode - Decade of Silence

Et si le Dimmu Borgir du début des années 2000 se mettait au doom ? Une combinaison de mélodies dignes des meilleurs châteaux hantés, de gros riffs bien gras et d’une mélancolie confinant parfois à l’abattement.

Ancient Mastery - Chapter Two: The Resistance

Un album qui mélange avec audace des courants musicaux pas forcément compatibles… et ça marche. Qu’on est loin du trve black…

Misþyrming- Með hamri

Contrairement à mon collègue Dick, c’est le premier album que je regrette, mais ce troisième volet de la saga islandaise Misþyrming me plaît beaucoup plus que le second. Plus brut, il intègre par moments une ambiance à la Wolves in the Throne Room assez hypnotique.

JE T’AIME - Aggressive

On reprend avec grand plaisir une nouvelle ration de cet hommage prolongé à The Cure et aux sonorités eighties douce-amères. Mouac mouac mouac !

L’Eclat du Déclin - Pâle écho de ce que nous fûmes

Un poil plus accessible que son prédécesseur, l’œuvre nous plonge néanmoins dans un torrent de contradictions musicales. Tourbillonnant comme jamais, le black metal du sieur Julien est unique en son genre.







©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6