19118

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 23 décembre 2022
Sa note : 14/20

LINE UP

-Michael John "Fat Mike" Burkett
(chant+basse)

-Aaron "El Hefe" Abeyta
(chant+guitare+trompette)

-Eric Scott Melvin
(guitare)

-Erik "Smelly" Sandin
(batterie)

TRACKLIST

1) Darby Crashing your Party
2) My Favorite Enemy
3) Don’t Count on Me
4) Johanna Constant Teen
5) Punk Rock Cliché
6) Fuck Day Six
7) Is it Too Soon if Time is Relative
8) Alcopollack
9) Three Against Me
10) Gone with the Heroin

DISCOGRAPHIE


NOFX - Double Album
(2022) - rock punk - Label : Fat Wreck Chords



Double Album ? Après Single Album ? Attendons-nous un Triple Album ? Faut-il se monter la mélasse à neurones dans un espoir fuyant ? Qu’importe au final. NoFX est déjà de retour, seulement un an après son précédent effort, et déjà les infos parlent de trois autres albums dans les cartons (et un split aussi !!!!!!!!). Dire que nous avions attendu cinq ans après First Ditch Effort. Corne d’abondance, repus. Indigestion ? Non.

Double Album est toujours un album de NoFX. Un accent particulier a été donné à Melvin au chant… oui. Ceux qui connaissent, savent. Ceux qui ne savent pas connaîtront. Son talent limité pour le chant. Mais il donne tout, et NoFX derrière lui continue de donner tout. Bientôt quarante ans dans le buffet, la peau émaciée par les brûlures des expériences. Par les abus successifs. Par le désabusement constant qui les (Fat Mike) habite. Car les paroles sont bloquées sur les thèmes désormais chers à Fatty : le sexe, le désarroi et la sous-estime de soi. Encore une fois, qu’importe, nous aussi avons vieilli avec le groupe. Nous aussi vivons nos épreuves (sûrement à un degré moindre), et nous aussi épongeons notre quotidien dans leur musique. Alors on prend, on absorbe, on se retrouve entre potes. On en apprend toujours plus sur la désagrégation mentale avancée du quatuor. Et de l’avancée irrémédiable de sa montée en âge.
Musicalement NoFX fait toujours autant de NoFX : les rythmes sont variés, les styles parcourus divers, et cela se manifeste d’autant plus fortement sur une "Don’t Count on Me" dont on croit qu’elle est fractionnée tant la digression musicale est marquée, sentiment renforcé par la pause entre la version punk rock et celle reggae. Mais plus punk rock, moins dépressif cet album semble être. Plus NoFX à l'ancienne. Il n’existe pas d’introduction ravageuse à la "The Big Drag" ou de moment de pure émotion comme "Birmingham". C’est d’ailleurs ce qui rend cette sortie inférieure à celle qui l’a précédée. Fort heureusement pour nos esgourdes, le talent de composition de la troupe persiste et signe, les mots chanson faible ou remplissage n’existant pas (si tant est que vous soyez un fan aveugle comme votre obligé). Les mélodies suintent de tous les pores et façonnent leur chemin entre nos deux oreilles.


Que reste-t-il de NoFX en 2022 ? Quatre vieux croutons rampants, bientôt agonisants à les écouter. Profitons de ce qu’ils nous offrent tant qu’il y a à offrir. Triple Album? Oui, je le veux Monsieur le curé. Et pas un split svp.





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6