19053

CHRONIQUE PAR ...

42
Wotan
Cette chronique a été mise en ligne le 06 octobre 2022
Sa note : 13/20

LINE UP

-Fernando Miguel Santos Ribeiro
(chant)

-Ricardo Amorim
(chant+guitare)

-Pedro Paixão
(guitare+claviers)

-Aires Pereira
(basse)

-Hugo Ribeiro
(batterie)

TRACKLIST

1) The Greater Good
2) Common Prayers
3) All or Nothing
4) Hermitage
5) Entitlement
6) Solitarian
7) The Hermit Saints
8) Apophthegmata
9) Without Rule
10) The Great Leap Forward

DISCOGRAPHIE


Moonspell - From Down Below - Live 80 Meters Deep
(2022) - rock prog gothique - Label : Napalm Records



La région centrale du Portugal est composée de massifs montagneux calcaires. Les précipitations s’infiltrent dans toutes les fissures de la roche calcaire, ce qui a pour particularité de ne créer aucune rivière ou torrent de surface. L’eau dissout le calcaire et sculpte des myriades de formes étranges. Dans cette région des vallées fermées sont tapissées d’argiles rouges, fertiles. L’eau pénètre dans les murs entourant ces vallées et creusent de larges corridors, sur plusieurs kilomètres. En 1947, un de ces corridors fut découvert.

Moonspell avait continué de créer la surprise lors de la sortie d’Hermitage, son dernier album en date. Cet album tout en retenue et inspiré par le rock prog anglais était en contrepoint complet de son prédécesseur, cinématographique et grandiloquent. Le groupe continue d'expérimenter en nous proposant un album live un peu particulier : un enregistrement dans une cave. Et pas n’importe quelle cave, mais la Grutas Mira d’Aire, un complexe de grottes de onze kilomètres devenu, en partie, une attraction au Portugal. Les photos sont magnifiques. Moonspell descendit son matériel à quatre-vingts mètres de profondeur, organisa un concert dans ce cadre si singulier, et en sortit un album live. Comme un ermitage, en quelque sorte.
La performance du groupe est excellente avec un son clair, cristallin et beaucoup de contrastes. Ribeiro en grande forme nous offre une prestation de haute tenue. Le mix excellent met en valeur chaque instrument qui se révèle audible et en place. Le disque gagne à être écouté au casque. La setlist se résume à Hermitage, ni plus ni moins. Enfin un peu plus, l’outro instrumentale fut supprimée au profit du titre bonus présent uniquement sur la version vinyle. Mais si vous espériez entendre "Opium", "I am the Eternal Spectator" (oui j’adore The Butterfly Effect) ou "Scorpion Flowers" dans ce cadre, vous vous trompez. Le groupe joue uniquement Hermitage, dans le même ordre que sur le disque. Ce qui veut dire que les défauts de l’album sont aussi les défauts du live : mêmes titres sans accroche, mêmes influences mal digérées. Le support sonore n’a donc, in fine, que peu d'intérêt, c’est fondamentalement l’album avec un son un peu différent et quelques applaudissements. Le support visuel, non offert par le label pour cette chronique, sera peut être plus intéressant.


Les albums live sont généralement pour les fans d’un groupe. Celui-là peut-être encore plus, puisque qu’il consiste en la reprise intégrale de l’album le plus faible de la discographie des Portugais. Je salue néanmoins l'idée et surtout le concept du concert, unique en son genre.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7