19009

CHRONIQUE PAR ...

132
Eudus
Cette chronique a été mise en ligne le 27 juillet 2022
Sa note : 15/20

LINE UP

-Joakim Brodén
(chant+claviers)

-Chris Rörland
(guitare+chœurs)

-Tommy Johansson
(guitare+chœurs)

-Pär Sunström
(basse+chœurs)

-Hannes Van Dahl
(batterie+chœurs)

TRACKLIST

1) Sarajevo
2) Stormtroopers
3) Dreadnought
4) The Unkillable Soldier
5) Soldier of Heaven
6) Hellfighters
7) Race to the Sea
8) Lady of the Dark
9) The Valley of Death
10) Christmas Truce
11) Versailles

DISCOGRAPHIE


Sabaton - The War To End All Wars



En 2019, Sabaton offrait à ses fans son huitième album studio, The Great War. Une pandémie, deux confinements, une seconde partie de tournée annulée plus tard, les Suédois sont déjà de retour pour proposer à leur public onze nouvelles histoire de cette grande guerre, celle qui devait mettre à fin à toutes les guerres, The War To End All Wars.

C’est la première fois que la bande à Joakim livre deux albums successifs sur le même thème. Il faut dire que la première guerre mondiale passionne beaucoup de férus d’histoire et le quintet a profité du lockdown pour continuer d’explorer ce thème. D’ailleurs avec le recul, je baisserais sûrement la note de The Great War d’un ou deux points, l’œuvre ne survivant pas à l’épreuve du temps et souffrant de la comparaison avec les meilleurs albums du combo (Heroes, Carolus Rex). D’où le délai relativement long pour publier cette chronique. Alors révolution musicale sur ce nouvel opus ? Bon ok il n’y a pas de suspens, la réponse est non. Sabaton étant devenu un grand spectacle, les nouveaux efforts servent de prétexte à de gigantesques tournées (ce qui s’entend et n’est pas une critique à proprement parler). Pourtant au fil des écoutes et du temps qui passe, The War To End All Wars s’avère supérieur à son prédécesseur. En premier lieu et c’est la petite surprise de l’œuvre, le groupe est revenu, par moments, aux fondamentaux avec des titres heavy, mordants, sans artifice, avec des guitares affutées à l'instar de "Stromtroopers" ou encore l’excellente "Hellfighters", qui n’est pas sans rappeler les premières compositions de Sabaton. Mais hormis cela, peu de surprise au rendez-vous.
Cependant, avec l’expérience, le groupe connaît ses points forts et s'appuie sur son savoir-faire. C'est la force de l’œuvre. Les Suédois maîtrisent particulièrement les mid tempo qui envoient. En tête de gondole "Dreadnought" et "Race to the Sea", deux morceaux témoins de la puissance et du génie du groupe. Pär et ses acolytes agrémentent cette nouvelle création de singles, créés pour marcher en live à l’image de "Soldier of Heaven" et "The Unlikable Soldier" (qui semble avoir déjà disparu des setlists, il faut dire que son refrain à base de chœur est fort risqué et ne me semble pas adapté en live). Le groupe appuie sur un autre de leur point fort, la communication et la relation avec ses fans. Ainsi "Christmas Truce", la power ballade, fut le premier titre présenté aux fans, à leur demande. Il faut dire que cette histoire de match de foot à Noël est connue de tout un chacun. Malheureusement, tout cela n’empêche pas le groupe de tomber dans ses travers via des fillers sans grand intérêt à l’image d’un "Lady of the Dark" d’une fadeur absolue ou encore "The Valley of Death", dont on ne retient rien après une vingtaine d’écoute. Malgré tout, ces titres dispensables sont moins nombreux que The Great War ce qui fait de son successeur un album plus maîtrisé, plus varié et aussi plus immersif (l’outro "Versailles", répondant à l’intro "Sarajevo". Attention cette dernière n’est présente que sur la version history (c’est-à-dire avec des intro narratives, format que je préfère à titre personnel)).


Oui, je pense sincèrement avec le recul que The Great War mérite un 14 et non un 16. Avec son 15/202, The War To End All Wars se montre un peu plus à la hauteur grâce à un nombre de bons morceaux supérieurs, un léger retour aux fondamentaux par moment et toujours cette capacité qu’a Sabaton de délivrer des titres imparables.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5