19388

CHRONIQUE PAR ...

132
Eudus
Cette chronique a été mise en ligne le 14 décembre 2023
Sa note : 12/20

LINE UP

-Lori Lewis-Perkins
(chant)

-Sven Erik Herman Thomas Vikström
(chant)

-Christofer Jan Johnsson
(guitare+claviers)

-Christian Vidal
(guitare)

-Björn Göran Nalle Påhlsson
(basse)

-Sami Kristian Karppinen
(batterie)

Ont participé à l'enregistrement :

-Mats Göran Levén
(chant)

-Piotr Wawrzeniuk
(chant sur 5)

TRACKLIST

1) Ninkigal
2) Ruler Of Tamag
3) An Unsung Lament
4) Maleficium
5) Ayahuasca
6) Baccanale
7) Midsommarblot
8) What Was Lost Shall Be Lost No More
9) Duende
10) Nummo
11) Twilight Of The Gods

DISCOGRAPHIE


Therion - Leviathan III
(2023) - metal symphonique - Label : Napalm Records



En cette fin d’année pluvieuse et maussade, allons-nous nous consoler avec le dernier chapitre de la trilogie Leviathan de Therion ? Selon le groupe, après un premier volet axé sur les tubes, un second taillé pour les fans, ce dernier serait a priori le plus déroutant. Verdict ? Une œuvre mi-figue mi-raisin qui clôt un triptyque qui laisse légèrement sur sa faim.

Après environ six écoutes, il est toujours difficile d’avoir un avis tranché sur la question. Effectivement ce qui ressort principalement de ce Leviathan III est une impression d’un album avec les chutes de studios, les morceaux difficilement intégrables dans les deux premiers opus. On comprend mieux le côté déroutant. Ainsi, des occurrences comme "Baccanale", "Twilight Of The Gods", "Midsommarblot" ou encore "Nummo" n’apportent pas grand-chose dans l’histoire de Therion, refrains, chœurs et riffs classiques qui font redites, on s’ennuie un peu (beaucoup par moment). L’exemple le plus frappant étant "An Unsung Lament", épique de sept minutes et qui ronronne. On se questionne sur la direction prise par le groupe. Quant à "Ayahuasca", si je salue l’originalité, le morceau aurait gagné à être plus incisif.
Heureusement, tout n’est pas à jeter et la bande à Johnsson apporte tout son savoir-faire. "Ruler Of Tannag" est un magnifique mid-tempo porté par le chant absolument délicieux de Taida et des chœurs dignes de la grande époque de Secret Of The Runes. "Ninkigal" est un opener direct, frontal et efficace qui devrait fonctionner sur scène, tout comme "Maleficium" (qui aurait pour le coup pu figurer sur le premier Leviathan et devrait devenir rapidement une des fans favorites). "What Was Lost Shall Be Lost No More" fait la part belle à Vikström (sans que celui-ci n’abuse de sa voix qui peut parfois crisper l’auditeur). Enfin, coup de projecteur sur la déroutante (et oui Johnsson a tout de même un peu raison) "Duende". Sur un air de flamenco (si si) le titre est porté par Thomas et Rosa et sa voix chaude et envoûtante qui sied parfaitement à l’œuvre. Celle-ci est clairement la mieux construite, la plus entrainante et ne laissera pas indifférent.


Leviathan III termine une trilogie, qui étant plus que convenable, laissera tout de même un goût amer. Est-ce qu’un unique album avec les meilleurs titres des trois efforts, plus travaillé n’aurait pas été plus judicieux ? Malgré tout, votre serviteur aura pris son plaisir avec un chapitre II assez costaud, quelques pépites sur son prédécesseur et deux titres (en rouge sur votre gauche) de ce dernier volet. Avant de savoir ce que désormais Therion nous propose, rendez-vous en début d’année pour la tournée Leviathan.





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3