19556

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 14 juin 2024
Sa note : 15/20

LINE UP

-Blake Lamoureux
(chant+basse)

-Ryan Dillon
(guitare)

-Maxim van Klinken
(guitare)

-Steven Sorensen
(batterie)

TRACKLIST

1) Gnostic Deceiver
2) Lethal Intentions
3) Feast of Malice
4) Closing In
5) Psychogenic Death
6) Heresy Code
7) Before the Clutches
8) Conspirators of Atrocity – Faceless
9) Conspirators of Atrocity – Nameless
10) Conspirators of Atrocity - Shameless

DISCOGRAPHIE

Heresy Code (2024)

Mourning Veil - Heresy Code
(2024) - death metal black metal - Label : Independent



Un groupe en provenance des États-Unis d’Amérique, on a connu plus original. Un groupe de death metal qui plus est. Oui ok, Floride, on passe au suivant. Ben non. Iowa et Nebraska, figurez-vous. Allez, rien que pour ce petit détail géographique affriolant on leur accorde un +1 de charisme. Et en fait, blackisant.

En soi, cela ne fait en rien une originalité, ni une caractéristique pour sortir de la masse. Mais au moins c’est un début. En fait, lors de la toute première écoute, ayant lu une provenance death je fus surpris par le son de la batterie. La peau très tendue, pas grasse du tout. Et les guitares saturent par le haut. Tout comme le chant se partage entre death et black, avec un certain talent à ce propos. Et pris comme ça, vous vous dites « hé mais attends, c’est carrément du black ce que tu décris ! » Alors oui, en forçant le trait on verse dans l’extrême inverse, sauf que c’est trompeur. Heresy Code saupoudre un peu partout son death metal de touches black, c’est une évidence, cependant la thématique globale est clairement death.
Malgré une production qui le rapproche des standards du black, Mourning Veil présente un album fermement ancré dans son volet de la mort, ne serait-ce que par ses compositions, sa capacité à fournir du riff de tueur et cette manière de tricoter ses guitares pour faire progresser et les accords et les chansons. Qui plus est, a-t-on jamais entendu de solo de basse dans un album de black ? Sur "Closing In", si, et rien que pour ça on les en remercie. Et même globalement, la basse est magnifiquement audible. Dans l’ensemble, Heresy Code verse dans un death metal parfois strident, parfois mélodieux ("Feast of Malice") mais jamais totalement mélodique. N’espérez pas entendre Göteborg, on reste en des terres dédiées à la perversité corrosive de l’après-vie. À tel point que le groupe ne dédaigne pas tremper subrepticement sur des terres slam (pas longtemps heureusement).
Musicalement, pas de référence immédiate saute aux oreilles (on pourrait citer de loin Morbid Angel, Immolation, Cannibal Corpse), ce qui en soi est bon signe. Cela n’indique pas une unicité patente tout autant qu’une foutre sortie des sentiers battus. Car si on se penche sur les parutions de l’an dernier, pourquoi pas évoquer Yskelgroth et Olkoth dont les sorties avaient impressionné dans des styles qui ne sont pas sans similarités avec la production qui nous préoccupe. Et tout comme ces livraisons, Heresy Code donne envie d’approfondir les écoutes et d’encourager de telles capacités à faire vibrer les tympans. Car Mourning Veil sait faire des chansons, des riffs accablants. Techniquement ça balance suffisamment dans tous les sens pour procurer une vraie diversité.


Satisfaction élevée. Heresy Code saura fourrager dans les cages à miel des adeptes du death metal US mâtiné de black. Je dis bien mâtiné car si les touches noires sont clairement audibles, le socle du groupe reste sans détour death. Portée haut par de fiers standards techniques et de composition, cette sortie mérite toute votre attention.





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1