19546

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 06 juin 2024
Sa note : 09/20

LINE UP

-Vidar "Daemon" Jensen
(chant+instruments)

TRACKLIST

1) Ad astra et abyssos
2) Deify Thy Master
3) Consigned to the Flames
4) Vir triumphalis
5) I Am Your Demon
6) The Wrath of Storms
7) Ars diavoli

DISCOGRAPHIE


Limbonic Art - Opus Daemoniacal
(2024) - black metal même pas sympho - Label : Kyrck Productions & Armour



En voilà un bel exemple de dissertation ! De l'utilité de la mention typique « groupe culte », adoubement universel de qualité, fièrement glanée lors des colossales années quatre-vingt-dix par la parution de ses magna opera (tout du moins, considérés comme tels) : Moon in the Scorpio et In Abhorrence Dementia. Puis complètement passé à la trappe. Tant et si bien que je me demandais même si le groupe ne venait pas de se reformer lorsqu’arriva ce promo dans l’escarcelle des Eternels.

Renseignements pris : non. Figurez-vous que même si débandade il y eut, elle demeura très mesurée : trois ans entre 2003 et 2006. C’est donc bien un groupe à l’existence quasi continue auquel nous faisons face. Groupe qui sort un album tous les sept ans depuis 2010. Et puis groupe… Daemon est seul aux commandes depuis le départ de Morfeus en 2009 (tiens tiens, coïncidence ?). Exit donc la guitare lead, une partie du chant, les claviers et la boîte à rythme. Rien que ça. Pour tout vous dire, cela m’a confirmé dans mes impressions initiales : est-ce vraiment un album de Limbonic Art ? Car figurez-vous que dans ma petite tête limitée, Limbonic Art c’était du black sympho. Hors là, point de sympho. Des mélodies oui, mais queud' niveau claviers et orchestrations. Étonnement et déception. Car ça faisait partie du deal de départ. Il y a donc erreur sur la marchandise.
Alors la boîte à rythmes est bien de retour car il faut pas déconner, mais pour le reste force est de constater que a plus claviers et a plus symphonique. Opus Daemoniacal est donc un bête album de black mélodique avec une boîte à rythmes et des paroles d'un autre âge. Postulat bancal de départ que voilà. Et foutrement pas intriguant en toute honnêteté. Et de revenir à notre dissertation, car voici un merveilleux exemple de tombée dans l’oubli qui ne mérite pas plus que ça de l’en ressortir. Autant Moon in the Scorpio avait la fraîcheur de sortir en 1996, un grain de guitare tellement typique de l’époque et donc, les fameux claviers. Autant Opus Daemoniacal ne mise que sur des mélodies accrochées à des riffs certes travaillés, mais qu’apportent-ils en 2024 ? Rien, sorti d’une étrange nostalgie mal placée pour des constructions musicales qui sonnent datées.
Tout aussi gênante, la diversité n’étant pas de mise malgré les accords presque nombreux, la sensation de tourner en rond autour d’un thème redondant pendant tout l’album prévaut. À croire que Daemon en se séparant de son comparse Morfeus a laissé tomber en route ses idées, ou tout simplement s’est délesté coupablement de son autre moitié créatrice, responsable qui plus est de ce qui faisait le particularisme de Limbonic Art : les claviers. Cet élément hors de la problématique, on peut se demander avec vigueur à quoi bon ? À quoi bon cet album maintenant ? Ne me méprenez toutefois pas. Ceci n’est pas une bouse, les compositions se tiennent et il n’y a rien de franchement repoussant. Mais ça suinte le vieux. Vous savez, l’odeur de l’appart de vos grands-parents. La poussière. Et le son très haut perché de la boîte à rythmes n’aide franchement pas, alors qu’au demeurant, le reste, s’il manque de coffre, offre une définition sonore en phase avec son époque.


Opus Daemoniacal, opus de Daemon seul maître à bord ? Péché d’hubris laissé sur le bord de la route ? Un peu de ça, semble-t-il. Difficile de trouver une accroche à cette sortie. La perte très coupable de l’aspect symphonique rend les mélodies surannées caduques, sensation affermie par cette boîte à rythmes qui n’a plus le teint charmant qu’elle pouvait avoir il y a trente ans (putain). Il est probablement temps de recruter du personnel pour renouveler les idées...





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3