19426

CHRONIQUE PAR ...

97
Winter
Cette chronique a été mise en ligne le 27 janvier 2024
Sa note : 15/20

LINE UP

-Tony "Dis Pater" Parker
(tout)

TRACKLIST

1) As Darkness Dims the Fire
2) A Land That Only Death Knows
3) The Long Forgotten Dead
4) They Always Have Known
5) The Horned Goddess
6) Witching Eyes
7) As One We Grow, As One We Fall
8) The Ghost of Endymion
9) A Fullmoon Madness
10) In the Lunar Maelstrom
11) Crimson Fire
12) The Last Day
13) Luna

DISCOGRAPHIE


Midnight Odyssey - Biolume Part 3 - A Fullmoon Madness



Ah les départs en week-end sur la RI666 (Route Interstellaire numéro 666)…
-C’est quand qu’on arrive ? J’en ai marre !
-Un peu de patience, mon chéri ! Nous venons de passer à côté de Kryptor. Encore deux planètes et un astéroïde, et nous sommes arrivés chez Mémé Klingon.
-On ne peut pas aller plus vite ? On va tout doucement là !
-Tu exagères, mon amour. Nous roulons à une vitesse moyenne de 2,45 années-lumière, ce n’est pas si mal…
-Et la musique, elle est chiante ! On peut pas mettre autre chose que Midnight Odyssey ?
-Bon, le mioche il va se calmer ! Tu redis un truc comme ça et je te balance dans le vide intersidéral !


Non mais ! Ces gosses ! Aucun respect ! Midnight Odyssey, chiant ! On aura tout entendu ! On croirait entendre un Terrien, je vous jure ! Un album de deux heures, chez les Klingon, c’est une durée tout à fait standard ! Peut-être parce que la rotation de troisième lune de notre planète provoque une déformation spatio-temp… Ahem, excusez-moi, je m’égare ! Et amis Terriens, ne prenez pas mal ma petite réflexion d’il y a quelques lignes ! De toute façon, si vous me lisez, c’est que vous êtes un sympathisant de la cause Odysséenne, non ? Un habitué des contes cosmiques de Dis Pater. Si ce n’est pas le cas, ce n’est pas grave : cette troisième partie de la saga Biolume illustre par-fai-te-ment ce qu’est l’univers musical de Midnight Odyssey. Alors que l’épisode précédent, Biolume Part 2 - The Golden Orb, se permettait de sérieuses (et savoureuses) incartades eu égard aux standards musicaux établis par Dis Pater pour son projet principal, ici, nous revenons à un classicisme strict. Fini le soleil, bonjour Madame la Lune, A Fullmoon Madness n’utilise que des éléments garantis 100% Midnight Odyssey, à l’instar du premier volet, Biolume Part 1 - In Tartarean Chains, avec un poil de brio en plus. Mais soyons clairs : si vous cherchez des moments forts, des gimmicks, des trucs étonnants, passez votre chemin – ou votre orbite de vol – ou essayez The Golden Orb, donc.

A Fullmoon Madness ronronne et nous avec. Nous avons le droit à une nouvelle et généreuse ration de black spectral atmosphérico-symphonique. Au programme donc : de l’éther noir. Un éther parfois « virulent » - on se comprend, on n’est pas chez Funeral Mist - avec un petit parfum « Eau de Lord Sith », comme sur "The Long Forgotten Dead" ou sur le titre éponyme - l’équivalent sur cet album du brillant "A Storm Before A Fiery Dawn" de la « part 1 ». Un éther sombre et presque revêche sur un "The Horned Goddess" où la double pédale crépite dru. Un éther souvent grandiloquent, avec les typiques envolées lyriques en plan Cosmo-Falkenbach du Sieur Dis Pater. Vous connaissez la chanson : les ballades sidérales sont bien évidemment de sortie. Sur le début de l’une d’entre elles, "As One We Grow, As One We Fall", la voix de Dis fait penser à Aaron de My Dying Bride. Ressemblance fortuite ? Peut-être pas. En revanche, le fait que le début de "In The Lunar Maelstrom" ait un petit air de famille avec les premières mesures de "Ella, elle l’a" est certainement le fruit du hasard… ou de mon imagination délirante… tous ces séjours dans les lointaines galaxies, ça ramollit le bulbe rachidien… Bref, A Fullmoon Madness a été composé avec la matière fantomatique, lyrique et cosmique habituelle. De quoi vous accompagner une fois de plus dans vos loooongs voyages autre part.


-Chérie ? Je ne trouve plus le CD de Echoes of the Thalassic Deep… tu sais, le dernier album de l'autre facette de Midnight Odyssey, celle qui donne dans l'ambient à la Tangerine Dream
-Oh non mon amour, pas ça ! Pense au petit ! Il va finir par se jeter tout seul dans le grand vide cosmique ! Tu ne veux pas plutôt remettre A Fullmoon Madness ?
-Comme tu veux, chérie… « Hé hé… je suis le Machiavel de l’espaaace… »
Midnight Odyssey ? Ça va, merci pour lui ! Il connaît son affaire et nous en fait largement profiter, une fois de plus. Je ne m’en plaindrai pas.






©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3