19232

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 01 mai 2023
Sa note : 15/20

LINE UP

- Stefan Fiori
(chant)

-Stefan Unterpertinger
(guitare+claviers)

-Eric Righi
(guitare)

-Florian Reiner
(basse)

-Moe Harringer
(batterie)

TRACKLIST

1) A Nameless Grave
2) Dead Words
3) End of Time
4) Escorting the Soul
5) If the World Shut Down
6) In Honour of the Fallen
7) We Are the Resistance
8) Where Agony Prevails
9) Wicked Mind
10) Wrath of Gods

DISCOGRAPHIE


Graveworm - Killing Innocence
(2023) - death metal black metal Mélodique - Label : AFM Records



C’est marrant voyez-vous, car lorsque j’ai choisi de prendre le promo du dernier Graveworm, nombre railleries, ou tout du moins « avertissements », me furent adressées. À croire que Graveworm est source d’indignité. Peut-être se sont-ils attirés ces commentaires désobligeants au travers leur longue carrière, trente ans et dix albums, rien que ça. J’ai pourtant encore le souvenir du début 2000 où le nom Graveworm m’évoquait un groupe de black italien teinté de romantisme bien installé dans la scène, pour lequel je n’avais pas la moindre curiosité malgré tout.

Laissons désormais de côté les foudres et appliquons-nous à la dissection (rien à voir avec le groupe) musicale. Car si de black metal il était question dans le passé, celui-ci a très majoritairement cédé la place à du death, d’obédience mélodique, on ne se refait pas entièrement non plus. Son massif, riff gras, si ce n’étaient les stridences black du chant (d’ailleurs plus à son aise que le versant death, bien timoré et plat) ainsi que des tremolos à l’ancienne, on jurerait avoir à faire à des forts gaillards amateurs des Amon Amarth et autres Be'lakor de ce monde. En plus violent tout de même, car ça blaste fort et dru. Mais une digression s’il vous plaît. Matez les noms des gonzes du groupe. Y’a pas de la germanicité qui vous perturbe ? Si. Hormis le sieur batteur, autrichien de son état administratif, tous sont bien Italiens, bien que du sud Tyrol, ceci expliquant cela (ainsi que Jannick Sinner). Nous disions. Death mélodique, tendance furieux.
Graveworm parvient en fait à s’en tirer fort bien. Loin de s’en tenir à singer des références ou de balancer de la soupe easy-listening, le quintet enchaîne des mélodies efficaces, parfaitement portées par des rythmiques vindicatives à même de contenter les amateurs de brutalités. L’assise se voit conforter par une production puissante, mettant en avant des guitares bien pleines, à la tonalité grasse pour appuyer la thèse death. De ses anciens préceptes, la bande conserve un penchant pour des grandiloquences fugaces et autres escapades symphoniques. Cela demeure très contenu mais a le mérite d’enrichir les compositions puisque adjoints avec la délicatesse et la retenue nécessaires pour ne point sonner risible ou hors-de-propos.
Pour tout vous dire je serai bien en peine de mettre en défaut cette réalisation. Certes ça ne respire pas l’originalité, mais même la basse est audible, rendez-vous compte parbleu ! Et on sent très aisément la maîtrise des codes, techniques dans la construction des titres. Rien ne semble tomber à côté et même plus, les briques élémentaires que sont les riffs déroulent le tapis rouge. Il y a matière à appréciation appréciée. La seule véritable anicroche réside dans l’horrible son de la caisse claire. Plastique et totalement décalé par rapport au reste du kit, à se demander ce qui est passé par la tête de l’ingé son à ce moment (Images and Words probablement).


Belle réussite italienne que je n’ai pas vu venir. Certes la troupe se complait confortablement dans ses forces, mais elle a la pertinence de connaître précisément son cœur de métier. Du travail bien fait qui mérite reconnaissance.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5