18999

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 01 juin 2022
Sa note : 14/20

LINE UP

-Hades
(chant)

-Prashant Ryan "Asura" Joseph
(guitare)

-Muhammad "Shyaithan" Ariffeen Deen
(guitare)

-Cryptor
(basse)

-Louis "Dizazter" Rando
(batterie)

TRACKLIST

1) Sebatan 666
2) Oath of Devils Cross
3) Vulgar Necrodeath
4) Wrath Angel
5) Twilight Nunbutchery
6) Mantra Kali Kunt
7) Supersonic Satanas
8) Bestial Deathcult Warfare
9) Death Metal (Possessed cover)

DISCOGRAPHIE


Devouror - Diabolos Brigade



Notre camarade Shyaithan se rappelle à notre bon souvenir ! Et permet de remettre de l’ordre dans notre connaissance du globe pour resituer Singapour sur la carte. Car le voilà armé, accompagné de nouveaux collègues de jeu pour s’affronter à un genre qu’il connaît comme sa poche : le death metal, teinté de black pour faire bonne mesure.

Si toute ressemblance avec Impiety n’est bien sûr pas fortuite, Devouror diffère de son aîné par une tendance clairement plus marquée au death metal le plus sauvage, délaissant sans vergogne les relents black qui vont certes decrescendo sur Impiety, mais toujours présents. Ici la marque noire obtient la portion congrue dans ce death metal quasi décharné, voire désenchanté dont l’existence seule tient à la méticuleuse et totale annihilation de vos cages à miel. Pour preuve, la reprise surpimentée du "Death Metal" de Possessed désormais blindée de blasts (j’entends ceux qui crient « sacrilège !! »). Néanmoins, Shyaithan étant qui il est, il ne peut s’empêcher de pomper sans honte à nouveau un titre de musique classique pour son introduction. Si on se concentre sur la musique, il suffit (ou non ?) de parler brutal death tant le blast tient la baraque en toutes circonstances.
Les riffs défilent, virevoltent, s’enchaînent tandis que la voix étouffée d’outre-tombe de Hades inonde nos tympans. Le temps mort est une notion absente d’une telle sortie, ce qui est parfaitement bien comme ça. Les seules respirations viennent des effacements du blast beat, suffisamment prolongés pour apprécier totalement l’exercice. Diabolos Brigade ne brille évidemment pas par son originalité mais il fait montre d’une hargne de tous les instants qui confine à la fureur de vivre. Et il sait marquer les esprits avec les chœurs féminins étranges et sortis des limbes de "Mantra Kali Kunt". En restant un instant sur les titres, ceux-ci font montre de la même utilisation toute personnelle de l’anglais que Impiety. De plus, ce serait mentir que déclarer le black metal absent de cette livraison démoniaque car certains riffs possèdent cette grâce sombre et mélodieuse propre à Marduk, celui des années quatre-vingt-dix avec du Nightwing ou du Panzer Divsion Marduk.


Au final, un album sans concession, marqué au fer rouge et corrosif. Une belle décharge de brutalité qui ne se cache pas, de la mort, un peu de noir et une volonté omniprésente de déverser un fiel hautement vindicatif.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3