18987

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 01 juin 2022
Sa note : 15/20

LINE UP

-Brendan "Vitharr Monteith" Barrett
(chant+guitare)

-James Readman
(guitare)

-Shawn Hillman
(basse)

-Matthew "Matt" Logan
(batterie)

Ont participé à l'enregistrement :

-Matt Depper
(chœurs)

-Dan Wilberg
(chœurs)

TRACKLIST

1) The Wind Stirs
2) The Consequence of Fear
3) Mourning Sun
4) Lavender
5) The Veins of the Earth
6) Erasure

DISCOGRAPHIE

Chinook (2022)

Svneatr - Chinook



Émergeant des côtes tempérées de l’Ouest canadien, Vancouver précisément, Svneatr se veut un amalgame. Il suffit de mater le discours promo fourni : « For fans of Agalloch, Opeth, Darkthrone, Woods of Ypres, Enslaved ». D’une, les gars savent pas où aller. De deux, toi aussi tu as noté l’intrus ? Perso, je suis curieux de savoir ce que donne la rencontre de Opeth et Darkthrone. Bon en fait je sais déjà hein, puisque vous savez que si j’écris une chronique, c’est bien parce que j’ai écouté le promo (mais cela est-il seulement vérifiable et avéré ?).

Mouais. On peut balancer des litanies de noms, on trouvera un justificatif pour les avancer. Reste que la vérité se rapproche plutôt d’un couple Chapel of Disease/Tribulation pour le côté metal un poil extrême qui rencontre la liberté créatrice des années soixante-dix. Et Morbid Angel, genre période Covenant car non seulement on en retrouve le son mais également carrément des riffs ("The Wind Stirs" y fait méchamment penser sur un riff). Alors oui, vous baisserez la teneur en death metal de toutes les bandes citées pour la remplacer par une dose de black metal, mais aussi de heavy qui aurait été fait dans les années soixante-dix (surprenant hasard). Car de black metal, on se penchera principalement sur le chant écorché et quelques rares incartades dans le tremolo, au final très peu fréquentes. Et les blasts usés sans honte, mais toujours avec modération tant le tempo semble se contenter d’un mid tout à fait pertinent.
Chinook n’est pas la chronique d’une arnaque annoncée pour autant. Si le « For fans » est proche du grand guignol marketing, les Colombiens britanniques n’en demeurent pas moins portés par une forte capacité à composer des titres jamais concis, régulièrement longs et toujours intéressants. Le fil conducteur que représentent les guitares est distinct, passionnant et ne se laisse pas aller au grand n’importe quoi. Malgré des sonorités que l’on pourrait sans réflexion classer comme tangentes, la mixture prend très bien. En fait, même si le death ou le black (et tant qu’à le dire, plutôt le death) ont pignon sur rue, j’aimerais vraiment leur apporter les qualificatifs heavy, progressif, seventies qui ne se refusent pas à taquiner aisément l’extrême. Et c’est en cela que les deux références Chapel of Disease et Tribulation jaillissent du bosquet.
Certainement pas un mal si vous voulez mon avis. Car faire du death ou du black, tant de groupes s’y collent, nous ne regretterons aucun autre essai ni original, ni talentueux. Alors que s’ancrer dans un courant, qui même s’il compte quelques représentants désormais, n’est pas le plus populaire de l’Histoire du metal, là ça laisse les portes ouvertes aux opportunités. Et d’autant plus facilement lorsque le talent s’invite dans l’équation. Chinook devient dès lors l’histoire d’un groupe qui veut faire ce qui lui plaît, même si cela doit mêler des guitares saturées qui n’existaient pas totalement à l’époque de leurs compositeurs de prédilection, à une basse galopante en maîtresse des arrière-plans et à un état d'esprit très peu metal.


On ne s’en plaindra certainement pas car il en résulte un disque classe. Classe dans son format à six titres n’hésitant pas à tirer la longueur. Classe dans son interprétation, subtilement maîtrisée sans en faire des caisses. Classe dans sa représentation sonore, aguicheuse avec ce qu’il faut de crade pour coller à l’esprit passéiste. Et classe dans ses compositions. Donc classe.





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3