6587

CHRONIQUE PAR ...

97
Winter
Cette chronique a été mise en ligne le 27 mai 2014
Sa note : 10/20

LINE UP

-Chuck Schuldiner
(chant+guitare+basse)

-Rick Rozz
(guitare)

-Bill Andrews
(batterie)

TRACKLIST

CD 1
1) Leprosy
2) Born Dead
3) Forgotten Past
4) Left to Die
5)
Pull the Plug
6) Open Casket
7) Primitive Ways
8) Choke on It

CD 2
1) Open Casket (instru., rehearsal 23/9/87)
2) Choke on It (instru., rehearsal 23/9/87)
3) Left to Die (instru., rehearsal 23/9/87)
4) Left to Die (take 2, rehearsal 23/9/87)
5) Left to Die (rehearsal 5/12/87)
6) Open Casket (rehearsal 5/12/87)
7) Pull the Plug (rehearsal 5/12/87)
8) Choke on It (rehearsal 5/12/87)
9) Born Dead (rehearsal 5/12/87)
10) Forgotten Past (rehearsal 5/12/87)

CD 3
1) Leprosy (live at Backstreets 13/12/88)
2) Open Casket (live at Backstreets 13/12/88)
3) Zombie Ritual (live at Backstreets 13/12/88)
4) Pull the Plug (live at Backstreets 13/12/88)
5) Left to Die (live at Backstreets 13/12/88)
6) Mutilation (live at Backstreets 13/12/88)
7) Forgotten Past (live at Backstreets 13/12/88)
8) Born Dead (live at Backstreets 13/12/88)
9) Denial of Life (live at Backstreets 13/12/88)
10) Primitive Ways (live at Backstreets 13/12/88)
11) Infernal Death (live at Backstreets 13/12/88)
12) Leprosy (live at The Dirt Club 11/12/88)
13) Pull the Plug (live at The Dirt Club 11/12/88)
14) Forgotten Past (live at The Dirt Club 11/12/88)
15) Primitive Ways (live at The Dirt Club 11/12/88)




DISCOGRAPHIE


Death - Leprosy - Reissue 2014
(2014) - death metal Ben... death quoi. - Label : Relapse Records



« Tiiiilaaaalaaaaaaa tiiiilaaaaaaloooooo. You will not return alive ! Left to die ! Tiiiilaaaalaaaa Tiiilaaaaaalooooo ! Suffering until the end ! Left to DIE ! » (extrait de Winter sous la douche, tous les jours depuis vingt-six ans). Leprosy. Le meilleur disque de death metal de tous les temps. Je répète pour qu’il n’y ait pas de malentendu : le meilleur disque de death metal de tous les temps. Placé entre un premier essai trop grossier et une série de raffinement successifs, c’est l’essence de la  puissance brute et de la mélodie. Voilà.
 
Avec ça, le lecteur comprendra certainement l’essence du problème auquel l’auteur de ces lignes est confronté. Trois choix s'offrent à lui. Option a : noter le re-issue comme on aurait noté l’œuvre originale (20/20 minimum). Option écartée : il faut noter la valeur ajoutée de la ré-édition. Et puis pour l’œuvre originale, il y a l’excellente chronique de l’excellent Merci Foule Fête (même s’il sous-note assez scandaleusement l’album…). Option b : se laisser aller à ses penchants et noter en fan aveugle de la galette originale. Le problème c’est que comme je suis preneur de tout ce qui touche de près ou de loin à Leprosy, mon sens critique est inexistant : je serais capable d’écouter "Open Casket" vingt fois de suite, à l’endroit, à l’envers, en haut, en bas, chanté en anglais, chanté en romanche, chanté par Sheila en sanscrit, en version ocarina et triangle… Bref, option b écartée également. Reste l’option c : faire un effort surhumain et tâcher de noter d’une manière plus ou moins objective quel plaisir pourrait prendre une personne de mauvais goût (comprendre une personne mettant moins de 20/20 à Leprosy, oui, c’est bien de toi que je suis en train de parler, vilain lecteur !) à l’écoute de la re-issue. Allez, mouais, va pour l’option c.
Qui dit  « objectif » dit « chiffres ». Livrons-nous donc à un petit bilan comptable de l’album. Il contient : 5 fois "Left to Die" : le morceau normal (le remastering n’apporte ni n’enlève absolument rien), trois versions de répète (avec ou sans le chant de Chuck) et une version en live. cinq fois "Open Casket", quatre fois "Forgotten Past" et "Pull the Plug", trois fois fois "Born Dead", etc., etc. On trouve également quelques morceaux live de Scream Bloody Gore : du bon ("Infernal Death", "Zombie Ritual" et surtout "Mutilation") et du bof ("Denial of Life"). Normal, pour remplir trois CDs il faut bien trente-trois morceaux. Au kilo donc, cette réédition ne vaut pas 20/20, mais 60/20. Au kilo seulement. Parce que franchement, qui peut bien être intéressé par trois versions de "Left to Die" de suite avec un son de répète qui n’a que le mérite de mettre en valeur la performance cataclysmique (à défaut de précis) de Bill Andrews ? Qui, à part les gens de bon goût (comprendre les personnes mettant 20/20 à Leprosy) ? Les nostalgiques de Chuck, prêts à tout pour sentir la présence du musicien défunt ? Les collectionneurs et autres curieux ? Peut-être. Certainement pas les fans du Death moderne en tout cas. Il leur suffira d’écouter un ou deux morceaux live et leur son peu léché avant de fuir comme s’ils avaient vu la mort...

 
Vous l’aurez sans doute compris, cette ré-édition peut être un objet de jouissance pour les fans du Death sale d’avant Spiritual Healing, celui qui avait déjà de la classe mais puait des panards (parce que cette re-issue, dans le genre cracra, elle schlingue, et pas qu’un peu… si vous voulez mon avis, le slip est à désinfecter), et éventuellement une curiosité archéologique pour les autres. A chacun de voir. Maintenant vous m’excuserez, mais là je dois retourner écouter les trente-trois titres pour la huitième fois de la journée. Oui, je sais, hier à la même heure j’en étais à douze, mais on m’a dérangé…



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5