5950

CHRONIQUE PAR ...

86
Althor
Cette chronique a été mise en ligne le 09 mai 2013
Sa note : 12/20

LINE UP

-Tomi Joutsen
(chant)

-Esa Holopainen
(guitare)

-Tomi Koivusaari
(guitare)

-Santeri Kallio
(claviers)

-Niclas Etelävuori
(basse)

-Jan Rechberger
(batterie)

TRACKLIST

1) Shades of Gray
2) Mission
3) The Wanderer
4) Narrow Path
5) Hopeless Days
6) Nightbird's Song
7) Into The Abyss
8) Enchanted by The Moon
9) A New Day
10) Dead Man's Dream (CD-boxset bonus track)
11) My Future (vinyl bonus track)

DISCOGRAPHIE


Amorphis - Circle
(2013) - heavy metal Melodic folk death - Label : Nuclear Blast



Amorphis fait littéralement figure de premier élève dans le domaine des groupes de métal nordique. Ils font preuve d’une régularité à toute épreuve, tant sur leur timing (sorties toutes les deux ans) que sur la qualité de leurs productions. Une telle constance est hélas trop rare dans notre milieu si cher. Après l’arbre enflammé de Skyforger, l’œuf de The Beginning of Time, voici l’androgyne de Circle. Une pochette qui déteint par rapport aux précédentes, parfaite pour nous flanquer le doute sur les nouvelles intentions du groupe. L’heure du renouvellement a-t-il sonné ou Amorphis va-t-il continuer à nous faire du « Eclipse-like » ?

Ce coup-ci, ils n’ont pas fait appel à Marco Hietala pour la gestion du chant. Tomi Joutsen vole désormais de ses propres ailes et c’est tout à fait logique vu le talent du bonhomme. En outre, la production est maintenant assurée par l’omniprésent Peter Tägtgren (Pain, Hypocrisy). C’est juste hallucinant, ce type est absolument sur tous les fronts. Le son a ainsi gagné en brutalité : les guitares sont légèrement plus présentes. Mais le son caractéristique du groupe reste aisément reconnaissable. Le skeud débute sur le costaud "Shades of Gray" et son riff très lourd contrebalancé par un refrain efficace. Ça démarre fort, cette synergie de leurs anciennes sonorités death avec la nouvelle ère fonctionne bien. Hélas, ce qui suit est décevant, avec notamment un aspect folklorique en deçà par rapport à ce à quoi nous sommes habitués. "Mission" tout d’abord, bénéficie d’un couplet et d’un refrain qui ne sont pas à la hauteur de l’idée de départ. En effet, la mélodie qui était géniale en intro rend moins bien sur les refrains chantés. Heureusement qu’un solo bien pêchu viendra sauver le morceau. "Narrow Path" n’est également pas génial avec son manque d’efficacité. Mais le pire reste à venir. Oui, venant d’Amorphis c’est choquant.
Après un "The Wanderer" moyen (la faute encore à un refrain fade malgré de très bons couplets), le pire arrive avec "Hopeless Days". Comment peuvent-ils dire qu'il s'agit de l’un des meilleurs refrains composé par le groupe ? C’est complètement insensé, rien que le refrain de "Shades of Gray" est à des lieux de cette niaiserie. Heureusement, Tomi Koivusaari vient sauver la baraque avec son solide "Nightbird's Song". C’est fou les progrès accomplis par ce guitariste en matière de composition, qui signe tout simplement l’un des meilleurs titres de la galette. Puissance et gravité résument ce titre tandis que la flûte est utilisée intelligemment avant d’enchaîner sur le deuxième couplet. Tomi Joutsen est d’ailleurs bien plus percutant sur de tels morceaux ; servez-vous-en bon sang ! La fin de l’album n’est pas trop mal, heureusement. Le sautillant "Into The Abyss" avec ses 7 temps par mesure bénéficie de moments captivants notamment grâce au solo de clavier/guitare aérien et aux passages post-refrains très réussis. "Enchanted By The Moon" figure également au rayon des réussites. Ce morceau assez doom au départ devient plus agressif avec son changement de rythme bienvenu à la moitié du morceau.
"A New Day" qui clôt Circle, fait appel des sonorités utilisées pendant l’époque rock progressive d’Am Universum en autre. Ce morceau plus calme s’apprécie au fil des écoutes, c’est une bonne conclusion... et une prise de risque payante ! Reste enfin le cas des bonus tracks. Et là, il y a de quoi crier au scandale. D’une, si vous vous contentez de la version de base vous n’écoperez que de 9 titres, soit seulement 46 min. C’est sec. De deux, les deux bonus disponibles en Europe sont des tueries. "Dead Man's Dream" se révèle être ultra jouissive. Outre son refrain très efficace, c’est un côté plus rentre dedans, plus technique qui se révèle avec des leads et des synthés particulièrement véloces. Cet aspect-là est trop absent de l’album. "My Future" ensuite, accessible uniquement via la version vinyle fait étalage d’un côté progressif appréciable. Ces 7 min sont un pur régal, l’intro habilement menée fait place à des couplets de très grande qualité. Le refrain est plus classique, mais la partie instrumentale est de haute volée. Amorphis sait se renouveler et le prouve ici ! C’est pénalisant car ces deux morceaux en lieu et place de deux loupés auraient donné une toute autre impression sur Circle.

Amorphis fait-il partie de ces groupes qui ont déjà derrière eux leur apogée artistique ? On serait tenté de répondre oui. The Beginning of Times avait annoncé une première baisse de régime, légère, mais qui se confirme ici. Rajoutez à cela une politique de label parfaitement imbécile qui ampute Circle de deux superbes titres, et la frustration est à son comble. Ce qui rassure néanmoins, c'est qu'ils savent tous (Kallio, Holopainen et Koivusaari) encore composer de bons titres ; grâce à eux, le disque bénéficie d'une durée de vie correcte. Ce qui l’est moins en revanche, c’est le nombre de titres formatés informes qui peuplent le disque. Amorphis tourne en rond et peine visiblement à se renouveler franchement. Rendez-vous dans 2 ans pour savoir si nos Finlandais préférés se ressaisiront ou couleront carrément.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7