CHRONIQUE PAR ...

132
Eudus
le 24 mars 2023




SETLIST

Kamelot :

Veil Of Elysium
One More Flag To The Ground
When The Lights Are Down
Rule The World
Insomnia
Vespertine (My Crimson Bride)
March Of Mephisto
Sacrimony (Angel Of Afterlife)
Karma
New Babylon
Song For Jolee
Phantom Divine (Shadow Empire)
Drum Solo
Forever
Opus Of The Night (Ghost Requiem)
Liar Liar (Wasteland Monarchy)

Myrath :

To The Stars
You've Lost Yourself
Born To Survive
Dance
Beyond The Stars
Child Of Prophecy
Monster In My Closet
Endure The Silence
Believer

Eleine :

Enemies
As I Breathe
Ava Of Death
All Shall Burn
We Are Legion
Death Incarnate

AFFILIÉ

Kamelot
Paris - La Cigale
(17 septembre 2015)
Paris - Elysée Montmartre
(04 mai 2007)
Stage 48 (New-York)
(06 septembre 2013)
Wacken (wacken)
(01 août 2008)

Myrath
Bordeaux - Rock School Barbey
(01 mars 2016)
Strasbourg - La Laiterie
(06 novembre 2019)

07 mars 2023 - Lille - Splendid


Kamelot_-_Myrath_-_Eleine_Lille_-_Splendid_20230307

Kamelot à Lille, on peut dire que c'est un petit évènement, les Américains tournant peu et passant souvent uniquement par Paris. Accompagnés par les Tunisiens de Myrath et des Suédois (chers à mon coeur) d'Eleine, la soirée s'annonce sous les meilleurs auspices au sein du Splendid lillois.

En raison de l'horaire de passage trop avancé du groupe d'ouverture, je ne peux assister à la prestation de League Of Distorsion, mais votre serviteur arrive à temps pour assister au show d'ELEINE. Régulièrement en tournée, le combo emmené par Madeleine est rodé en live et le temps de six titres, le quintet offre tout ce qu'il sait faire, à savoir un metal symphonique d'une efficacité redoutable (bien que sans grande originalité, soyons honnête) enchaînant les tubes aux refrains entêtants et porté par une frontwoman particulièrement charismatique (en plus d'être une excellente vocaliste). Eleine propose quatre titres issus de leur dernier album Dancing In Hell dont l'excellent "Ava Of Death" qui sera repris par la petite audience, plutôt réceptive aux Suédois. Car cela est le tour de force de la jeune formation, arriver à embarquer un public, venu pour un mastodonte du genre mais qui se prend au jeu, notamment sur les deux titres de clôture, "We Are Legion", un single inédit, déconcertant de facilité et taillé pour le live. Enfin les Suédois font participer la salle (de manière raisonnable, n'est-ce pas Tommy ? - voir ci dessous) sur leur titre signature, "Death Incarnate". Le set d'Eleine est une réussite, ce qui laisse présager le meilleur pour la suite de la jeune carrière de la troupe, ce qui serait amplement mérité.
C'est au tour des Tunisiens de MYRATH de prendre place sur scène, combo qu'il est inutile de présenter tant, en France, il a acquis une certaine notoriété. Cependant, le set va souffrir d'une certaine monotonie et l'ambiance va avoir du mal à se mettre en place (contrairement au show d'Eleine). La setlist se déroule sans véritable temps fort, et, comme la première fois où j'ai eu la chance de voir Myrath sur scène, le même constat est là, le set est principalement porté par quelques morceaux emblématiques, qui, bien sûr réchauffent l'audience à l'instar de "Beyond The Stars" et bien sûr "Believer." Au final, un manque d'énergie et une setlist assez bancale rendent le set légèrement décevant et on reste clairement sur notre faim.
Au tour des stars de la soirée, à savoir KAMELOT, de fouler la scène du Splendid sous les acclamations du public (un public malheureusement trop peu nombreux, à peine la moitié de la salle, au pifomètre). Premier constat, dès les premières minutes de "Veil Of Elysium" (drôle de choix d'opener au demeurant, mais soit) le rendu sonore est parfait et vocalement Tommy est en grande forme, cela sera le cas toute la soirée. Si les plus nostalgiques du groupe regrettent encore Roy Khan, le chanteur suédois n'a pourtant quasiment rien à lui envier, entre puissance et émotion ("Song For Jolee"). La tournée ayant lieu juste avant la sortie du nouvel opus des Américains (The Awakening) nous avons le droit aux deux premiers singles, "Opus Of The Night" et "One More Flag To The Ground" - Tommy s'amusant avec un drapeau français, avec moins de classe que Sharon Den Adel, qui fait cela depuis quelques années avec Within Temptation. Sans être transcendants, ces nouveaux titres se fondent bien dans la setlist. Cette dernière constitue l'un des points fort de la soirée, mêlant morceaux des albums avec Tommy mais aussi quelques grands classiques pour le plus grand plaisir des fans les plus ancients ("Karma", "When The Lights Are Down", "March Of Mephisto", "Rule The World" et "Forever"). Autre point positif, l'apport non négligeable de Melissa Bonny (si vous vous demandez qui est cette jeune femme, il faut sortir de votre grotte). Voix claire, grunts, puissance, émotion, la vocaliste star de Napalm n'est pas la pour faire le nombre et intervient sur quasiment la moitié des chansons interprétées ce soir, et magistralement sur certaines ("March Of Mephisto", "Liar Liar"). Malgré ces bons côté, le set se montre légèrement décevant sur certains aspects, notamment concernant l'énergie de ses musiciens. Hormis Tommy, ses comparses sont statiques et on ressent clairement un groupe rodé, enchaînement les occurrences et laissant son frontman faire le travail. Frustrant. Enfin, gros coup de gueule sur le cas "Forever" (morceau emblématique de la carrière de Kamelot), tube rapide, court et efficace, qui se voit massacré par la volonté du groupe de faire chanter le public sur le refrain (vous savez les « oh oh oh oh ») et ce pendant de trop longues minutes, tout en présentant en même temps les membres du groupes. Ces dix minutes sont sûrement les plus gênantes que votre serviteur ait pu voir durant un concert d'un groupe en tête d'affiche d'une soirée. Ou peut être juste une déception de pas avoir pu profiter d'un morceau excellent censé mettre une ambiance de folie sur à peine quatre minutes.

Au final, sans être parfait, le show de Kamelot aura régalé ses fans, malgré une salle pas assez remplie, porté par un vocaliste sûr de sa force, et on ne peut que remercier les organisateurs d'avoir permis aux Lillois d'assister à un show des Nors-Américains. On retiendra également l'excellente prestation d'Eleine et les bons moments du set de Myrath. Une belle soirée que de petits défauts n'entachent heureusement pas.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6