19427

CHRONIQUE PAR ...

100
Merci foule fête
Cette chronique a été mise en ligne le 31 janvier 2024
Sa note : 16/20

LINE UP

-Narstrand
(chant+guitare+basse+batterie)

-Vinterfader
(chant+claviers)

TRACKLIST

1) I denna skog
2) Under fullmånens sken
3) Orostider
4) Av jord är du kommen
5) Fader Frost
6) En sista vandring
7) I evig tid
8) Han faller plågad ned
9) Ett sista andetag

DISCOGRAPHIE

I denna skog (2009)
Skelepht (2012)

Dråpsnatt - I denna skog



Venu du nord d’un pays du Nord, Dråpsnatt conte la nuit criminelle. Le black metal semble parfaitement adapté à son propos et pourtant, il suffit de quelques notes pour comprendre que celui-ci a en lui quelque chose de singulier. I denna skog, premier album, est un voyage au ras de l’abîme.

À peine la scansion alerte qui ouvre la chanson-titre s’est-elle installée qu’une voix vitrifiante la submerge, portant la souffrance et la folie. Elle est le cri de l’âme sur le point de disparaître et la plainte d’une douleur enracinée dans la terre. Cerbère écorché laissant échapper les visions glacées des enfers, elle incite pourtant à les contempler. Dans son expression extrême, elle se révèle terriblement humaine, à la manière du cri d’Evard Munch expectoré par un spectre difforme. Puis il y a les claviers, suspendus, cristallins, offrant la beauté d’un brusque contraste à la faveur d’une mélodie céleste. Un chant clair et déclamatoire exacerbe davantage qu’il ne rassure, avant le retour de la furia emportant la mélopée décrochée des étoiles. Si l’émotion est à son paroxysme dès la piste d’ouverture, les suivantes sont également habitées par la même ferveur romantique.
L’alternance entre le déferlement des blasts et des arpèges à la sonorité vibrante irise la totalité de l’enregistrement, sur "Under fullmånens sken" par exemple, ou encore "Han faller plågad ned", bonifié par un inhabituel solo de guitare. Même sur une occurrence trépidante comme "Av jord är du kommen", un peu courte sans doute, la mélodie demeure, par la grâce de quelques accords de piano qui s’immiscent. Les variations de climat orchestrées par le duo Narstrand- Vinterfader relancent constamment l’attention, ainsi sur "Orostider" s’achevant dans le fracas après une patiente progression et "Fader Frost", aiguisé par des modulations subtiles. Certes, ces ruptures de ton régulières réservent peu de montées en puissance conduisant à l’acmé, à l’image d’"En sista vandring", une « dernière promenade » menée à allure modérée. Néanmoins l’intensité domine, comme en témoigne la conclusion d’"I evig tid", convocation solennelle à entrer dans l'« éternité », confirmée par "Ett sista andetag", fière complainte psalmodiée au terme du recueil.


Des légions de cœurs sombres expulsant leur désespoir dans un déchaînement de guitares froides et de hurlements saturés, il en existe des milliers. Dråpsnatt a fait le pari de traduire cette noirceur en cultivant un sens mélodique qui loin de les affadir, exacerbe des compositions transfigurées par un chant qui semble contenir tous les tourments de l’humanité. Extrême et mélancolique, glacial et sensible, I denna skog se distingue, intrigue et emporte, loin, dans des mondes magnétiques et effrayants.





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1