19386

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 14 décembre 2023
Sa note : 13/20

LINE UP

-Damien "Dam" Roger
(chant)

-Ugo Sanna
(guitare+basse+programmation)

TRACKLIST

1) From Your Shackles
2) To the Dawn of Omnicide
3) Oniomaniac
4) Obvious Eschaton
5) Social Network Suicide
6) Awakening Before This
7) Bleat
8) Egregor
9) Human Snack

DISCOGRAPHIE

Human Snack (2023)

Cryptic Process - Human Snack



Jeune pousse née des collaborations passées au sein de Heresy et Goryptic, Cryptic Process surgit de la volonté commune à ses deux membres de ne pas rester immobile. Dam et Ugo ont des choses à exprimer, et plutôt que de faire comme le commun des mortels et les garder pour eux à en avoir un ulcère, ils préfèrent les aboyer à la face du monde. En mode brutal.

Vu leur parcours, il eût été drôlement surprenant (quoique pas impossible, ni dénué d’intérêt) de les entendre se lancer dans le bal musette. Dont acte. Brutal death. Et la litanie des influences laisse peu de place au doute : Goratory, Necrophagist, Cryptopsy, Dying Fetus ou Infant Annihilator. Et adjoignons le qualificatif technique à la vue de cette liste, sinon les compères se fourvoieraient. Du brutal et du très rapide. À ce titre, ajoutons un groupe de ma propre concoction : les Japonais fous de Desecravity pour la vitesse délurée de certains blasts et le rendu final couplé aux riffs. Blasts oui. D’ailleurs. Nonobstant. Programmation, car pas de batteur. Ce qui explique la vitesse maintenue parfois. Programmation moderne et maîtrisée également. Loin est le temps où boîte à rythme signifiait peur sur la ville. Là, elle apporte la régularité rythmique évidente et attendue, voire exigée, mais également la force violente métronomique. Car le réglage choisi est « gros cognage ».
L’avancée dans le disque se fait fatalement à toute berzingue, fenêtres ouvertes aux grands vents. Headbanging sauvage réclamé et intensité. Écoute éprouvante même car ça tape et retape. Sans véritable pause, il vous faudra vous ceinturer sévère avant d’aborder l’assaut. Autant dire que pour maintenir notre intérêt, il faut du solide riff derrière. Ce qui est fourni. Ne se contentant pas de matraquer les cordes à la vélocité maximum, Ugo en profite pour démontrer l’étendue de sa palette. Entre les explosions brutal death, voire slam, il n’est pas interdit de bénéficier d’appuis plus heavy ou grind pour de la loooourdeur. Tendance confirmée par le chant se permettant de partir dans tous les directions de l’extrême gras. Growl, couinements porcins, hurlement plus core ou grind, quasi tout y passe. Le sieur démontre un joli coffre dans son domaine.


Que dire de plus au final ? Il faut aimer le style, évidence. Car trente-trois minutes d’un tel traitement, ce n’est pas pour tout un chacun. Ensuite, passé cet écueil ? Des compositions solides, puissantes et énergiques. Il y a encore de la place pour amélioration dans la qualité, mais la base est là, solide. Bref, amateurs de brutalités caustiques et à message, jetez-y donc une oreille.





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5