19288

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 04 août 2023
Sa note : 12/20

LINE UP

-Jan-Erik "Nag" Romøren
(chant+basse)

-Halvor Briseid "Draugluin" Storrøsten
(chœurs+guitare)

Ont participé à l'enregistrement :

-Tor Risdal "Seidemann" Stavenes
(chant sur " Gods of Black Blood")

-Pål Børge Emanuelsen
(guitare sur "Gamle-Erik")

-Jon Rice
(batterie)

TRACKLIST

1) Iron Beast
2) Prestehammeren
3) Surtr
4) Gamle-Erik
5) Chaos Fiend
6) Gods of Black Blood
7) Helvegr
8) Faenskap og død
9) Hvit død

DISCOGRAPHIE

Desert Northern Hell (2004)
Legion Helvete (2011)
Antiliv (2015)
Helvegr (2023)

Tsjuder - Helvegr
(2023) - black metal - Label : Season Of Mist



Qu’il fut bon le temps des « No synthesizers, no female vocals, NO FUCKING COMPROMISES! ». Le Tsjuder adolescent. Foutraque et demeuré. Tsjuder semble avoir plus de plomb désormais. Enfin, subsiste « NO FUCKING COMPROMISES » quand même. Il faut savoir garder son âme d’enfant. Et patienter huit ans pour un successeur à Antiliv.

Pourquoi huit ans pour faire la même chose direz-vous (oh le vilain tacle) ? Bonne et excellente question. Qui mérite réponse. Ou non. Affaire de point de vue. Que voulez-vous, les Norvégiens semblent attachés à leur conception du black metal sans compromis et rétrograde. Bien nous en prend, c’est dans les vieilles soupes etc… Et des blasts armés de riffs froids et cruels n’ont jamais fait de mal au blackeux en manque. Puis il faut avouer que Tsjuder connaît son affaire à force. Maîtrise sa technique, sait ce qu’il faut placer pour faire mouche. Alors mouche sans tutoyer les sommets himalayesques car autre aveu, le groupe sorti de Desert Northern Hell boxe plutôt parmi les seconds couteaux. Loin de moi l’idée d’affirmer que Helvegr perpétue la tradition. C’est un honnête album. Qui singe. Jugez donc l’enchaînement :
"Prestehammeren" fait du "Panzer Division Marduk" couplé à du Celtic Frost
"Surtr" imite Storm of the Light’s Bane de Dissection
"Gamle-Erik" s’octroie "Freezing Moon" de qui-vous-savez
Pas mal, le palmarès ? Influences manifestes pour expression consciente ou hommages involontaires ? Qu’importe la réponse précise, cela suffit à donner des indications claires quant à la musique proposée. Pour le reste, sachez que ça va à toute berzingue dans la plus pure lignée norvégienne, mâtinée donc de menues mélodies pour que le tout passe crème. Et il faut le dire, ça le fait. Du black metal presque comme à l’usine serais-je tenté d’écrire. Les compositions défilent sans anicroche, point de déception, sorti des surprises d’entendre les citations marquées listées plus haut. On se retrouve dans la fameuse situation bancale du cul entre deux chaises. D’un côté on sait pertinemment que cet album n’apporte rien à l’Histoire. De l’autre, on se dit qu’un petit fix de temps en temps ne fait pas de mal tant que c’est bien fait.


Album du choisis-ton-camp en somme (sans la baie). Rien de mal à en dire mais franchement pas de laudative au kilomètre non plus. Creusez votre sillon, évaluez votre curiosité, mais partez convaincus que vous n’aurez que ce à quoi vous vous attendez.





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7