19168

CHRONIQUE PAR ...

132
Eudus
Cette chronique a été mise en ligne le 08 février 2023
Sa note : 15/20

LINE UP

-Diana Orga Leah
(chant)

-Ludovico Cioffi
(chant+basse)

-Ronald Landa
(chœurs+guitare)

-David Martijn Westerholt
(chœurs+claviers+programmation)

-Sander Richard Zoer
(batterie)

Ont participé à l'enregistrement :

-Paolo Ribaldni
(chant sur 3,7,9)

-Marco Tapani Hietala
(chant sur "Invictus")

-Ruud Jolie
(guitare sur "Mirror Of Night")

-Rob van Der Loo
(basse)

-Mikko Pathos Mustonen
(orchestrations)

TRACKLIST

1) Hideaway Paradise
2) The Quest And The Curse
3) Beneath
4) Mirror Of Night
5) Tainted Hearts
6) The Cold
7) Moth To A Flame
8) Queen Of Shadow
9) Invictus
10) Underland

DISCOGRAPHIE


Delain - Dark Waters
(2023) - metal symphonique - Label : Napalm Records



2020, alors que tout semblait sourire à Delain, considéré comme une des grandes valeurs sûres du metal symphonique, patatras, Martijn, leader en chef, se sépare « d'un commun accord » des autres membres du groupe, malgré d'âpres négociations (vente du nom Delain, etc). Trois ans après le dernier effort Apocalypse & Chill (qui divisa les fans et dont le style a dû jouer sur les dissensions), Martijn compte bien prouver, avec Dark Waters, que son bébé n'a pas perdu de sa superbe.

Je vais être honnête dès le départ, Dark Waters n'est pas là pour révolutionner la musique de Delain, ni prendre de risques, bien au contraire. On sent un besoin de la part de Martijn de se concentrer sur ce qui a fait la marque de fabrique de Delain, à savoir un metal symphonique classique, puissant, ne lésinant pas sur les orchestrations, parfaitement produit et contenant quelques hits en puissance. "The Quest And The Curse", premier single révélé en 2022 pose les marques de ce constat, rien de nouveau sous le soleil, tant le single sympa, est une copie conforme de ce qu'a pu proposer le groupe par le passé ("Suckerpunch" en premier lieu). Pas ou peu d'expérimentations electro-pop sur Dark Waters, juste du metal sympho élaboré par un expert en la matière. Ce qui va par moment se retourner contre les Bataves. Le talent du claviériste offre quelques pépites, nous y reviendrons plus bas, mais Dark Waters souffre terriblement à son second tiers. "Mirror Of Night", "Tainted Hearts" et "The Cold" (qui pourrait faire office de titre témoin du metal symphonique) n'ajoutent aucune plus value et n'apportent aucun bénéfice à l'œuvre.
Ce qui est dommage car Dark Waters regorgent de belles choses, "Beneath" et "Moth To A Flame" sont des tubes en puissance (plus spécialement le second, qui offre un son de claviers quasi retro et qui a tout pour devenir un futur grand classique). "Invictus" porté magistralement par Marco et "Underland", épiques comme il faut, concluent puissamment ce septième effort, quand "Queen Of Shadow" propose une facette plus sombre. Quant à "Hideaway Paradise", son rôle d'opener lui sied à merveille. Les Zwollois ne lésinent pas sur les riffs également et ne tombent pas dans l'écueil de plomber leur effort par des ballades. Les chœurs sont également de sortie à l'image du magnifique final d'"Underland". Ce qui ressort après moult écoutes c'est qu'avec un peu plus d'inspiration et de prise de risque, Dark Waters aurait pu se placer assez haut dans la hiérarchie des albums de Delain.
Et là vous vous demandez, « mais le nouveau line-up alors ? » (bon surtout le changement de chanteuse, avouez). Le constat est clair net et précis, aucune prise de risque (vous voyez le remplacement de Tarja par Anette? Et bien c'est tout l'inverse. Diane, jeune inconnue de trente-deux ans, joue sur le même registre que Charlotte, on peut même parler de clone, avec les même imperfections que l'ancienne vocaliste à ses débuts (un léger manque de variation, de puissance). Si le choix est donc compréhensible, Martijn sait quel type de voix il veut pour sa musique, il n'en demeure pas moins qu'on reste légèrement sur notre faim. Malgré tout, la jeune chanteuse s'en sort avec les honneurs, et si on regarde l'évolution de Charlotte, si elle suit le même chemin, nul doute qu'elle s'améliorera au fil des albums.


Avec Dark Waters, Delain sort un album de transition, qui se veut rassurant et qui ne révolutionne en rien son voyage musical. Cela se traduit par de grands moments et quelques coups de mou qui empêche l'album d'arracher le coup de cœur de votre serviteur. Il n'en demeure pas moins que les Néerlandais signent un retour réussi, en attendant de défendre leur septième effort sur scène à partir d'avril.





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2