19140

CHRONIQUE PAR ...

21
Wineyard
Cette chronique a été mise en ligne le 15 janvier 2023
Sa note : 17/20

LINE UP

-Torsten Hirsch
(chant)

-Marcel Breuer
(chant+guitare+claviers+basse)

-Stefan Dietz
(chant+guitare)

-Sebastian "Flange" Fürst
(chant+claviers)

-Heidig
(basse)

-Matthias "Matze" Rodig
(batterie)

Ont participé à l'enregistrement :

-Alex Völkner
(chant)

-Thomas
(chant)

-Jan
(guitare)

-Alex Theisen
(programmation)

TRACKLIST

1) Am Ende des Sommers
2) Glückliche Kinder
3) Ein Ouzo auf den Nordwind
4) Lethe, Stein und See - Teil I
5) Löschkommando Walpurgisnacht
6) Desîhra Mogontiacum
7) Die Pfähler
8) Am Waldrand
9) Lethe, Stein und See - Teil II
10) Im Dunst am ewigen Grab der Sonne

DISCOGRAPHIE


Nocte Obducta - Mogontiacum (Nachdem die Nacht herabgesunken)
(2016) - black metal Doom, mélangé - Label : Autoproduction



Chers lecteurs… Hein, comment ? Je suis optimiste ? Oui, ta gueule.
Je disais donc, « cher lecteur », avant d’être interrompu par un inopportun réaliste. Oui, toi. Toi qui as lu ma dernière chronique de Irrlicht du même groupe, il ne t’a sans doute pas échappé que je t’avais donné rendez-vous pour un épluchage en règle des albums précédents, sous condition qu’ils ne me déçoivent pas. Mogontiacum ne m’a pas déçu, puisque tu me lis. La différence avec Irrlicht m’a un peu désarçonné au début tu sais, mais j’ai compris par la suite d’où venait ce qui m’a attrapé dans Irrlicht.

Cette fois, je comprends mieux le « avant-garde » qui m’avait laissé perplexe, si tu te souviens bien. Il y a beaucoup de choses dans Mogontiacum. D’ailleurs, sais-tu ce qu’est Mogontiacum ? Non, bien sûr, tu ne le peux à moins d’être allemand, et encore, d’une région particulière. Alors, sache que Mogontiacum est à Mainz (Mayence en français) ce que Lugdunum est à Lyon ou Lutèce à Paris : son nom latin. Il est probable que les paroles se réfèrent à des évènements touchant la ville, mais n’étant pas germanophone, je ne peux t’en dire plus (et je n’ai ni le temps ni l’envie de creuser maintenant). Je pourrais inventer, personne ne le remarquerait, sauf que tu me connais, je partirais en live très vite autour de conneries de basse extraction. Je te parlais donc de ma compréhension de l’avant-gardisme de Nocte Obducta, qui en fait n’est autre qu’une manière particulière de concevoir leur black metal. Combien de groupes oseraient débuter un album par un instrumental de plus de neuf minutes ? Oui, tu as bien lu : neuf ! D’ailleurs, il y a deux autres instrumentaux dans cet album. Ne pars pas, ils sont bien plus courts.
Mais en contrepartie de leur raccourcissement, tu auras droit à un titre de dix-neuf minutes ("Desîhra Mogontiacum"). Tu es encore là ? C’est bien, car ces dix-neuf minutes sont excellentes. On pourra toujours arguer qu’il y a deux morceaux en un, reste que cela n’a pas été le choix du groupe. Mais qu’y a-t-il donc de spécial dans ce titre ? Déjà, tu sais combien j’affectionne la longueur, ma patience musicale étant légendaire ici-bas, au moins autant que mon sens du cynisme et de l’ironie. Ce titre réussit en fait à me capter en commençant sur un black/doom classique, puis il prend une légère tournure gothique avec ses claviers et son phrasé allemand, et d’un coup cinq minutes ont passé. La suite en black atmosphérique aux relents suicidal et aux voix croassantes, et tu viens de prendre plus de huit minutes. Et à neuf minutes, un break d’une puissance terrible te prend aux tripes et part en fade out contrôlé vers le néant, quand survient une rythmique doom/rock psyché droit sortie des seventies avec le retour d’un beau parleur en allemand, puis du growleur et tu es déjà à quatorze minutes. Attends, attends, cher ami, tu manquerais l’apogée, ce serait dommage après tant d’assiduité. La dernière partie est magnifiquement planante. Voilà, tu viens d’avaler dix-neuf minutes. « Encore », c’est le mot qui te vient, n’est-ce pas ?
Et je réalise que je ne t’ai pas parlé de l’instrumental d’introduction. Si je ne te disais pas ce que tu écoutes, jamais tu ne saurais que ce titre vient d’un groupe d’obédience black. Post-rock, plutôt, et spatial sur le dernier tiers. Je comprends qu’il est là, au début, pour te tourner l’esprit vers autre chose, pour ouvrir tes chakras. "Glückliche Kinder" s’immisce en toi juste après, et tu t’interroges, n’est-ce pas ? Tu es trop pressé, patiente trois minutes, et tes chakras vont finir de s’ouvrir sur un break venu d’ailleurs qui t’emmènera sur un dernier tiers gouleyant, puissant, teuton braillard fabuleux… Après tu prendras un ouzo, "Ein Ouzo auf den Nordwind", bien sûr, tu pensais déjà à l’apéro ? Ensuite, tu te demanderas pourquoi "Lethe, Stein und See - Teil I" et le brut "Löschkommando Walpurgisnacht". Mais pour mieux t’endormir, puis te secouer avant "Desîhra Mogontiacum", bien entendu. Tu en veux encore ? "Die Pfähler” te redonnera du black mid-tempo classieux, puis le court "Am Waldrand" et "Lethe, Stein und See - Teil II” t’amèneront doucement vers la sortie avec le languissant et doomesque "Im Dunst am ewigen Grab der Sonne".


As-tu saisi quel voyage tu t’apprêtes à faire, cher lecteur ? Imagine-toi, comme Corynne Charby, que tu es une boule de flipper (référence ultime d’un boomer assumé). Tu commences à découvrir la configuration proposée, tu te prends au jeu et tu t’aperçois que tu te sens bien, très bien même, car tu viens de chopper l’extra-balle pendant dix-neuf minutes. Après tu continues sur ta lancée, tu maîtrises, puis tu ralentis et enfin tu perds bêtement la bille, sur un relâchement coupable. Alors, n’oublie pas qu’en général, tu en a plusieurs, des billes. Relance donc… Quant à moi, je vais me lancer dans Totholz, je ne sais pas vraiment à quoi m’attendre. Est-ce le chaînon manquant entre le beau Mogontiacum et le noir Irrlicht ? T’inquiète, je te dirai.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5