19123

CHRONIQUE PAR ...

132
Eudus
Cette chronique a été mise en ligne le 28 décembre 2022
Sa note : 17/20

LINE UP

-Ruben Freitas
(chant)

-Guilherme Henriques
(guitare)

-Lucas Ferrand
(basse)

-José Diogo Ramos Mota
(batterie)

TRACKLIST

1) Memoir
2) Salve
3) Deluge
4) Arson

5) Ebb
6) Mirage
7) Mantle
8) Laude

DISCOGRAPHIE

Unsettling Whispers (2018)
Limbo (2020)
Mirage (2022)

Gaerea - Mirage
(2022) - black metal - Label : Season Of Mist



Nos blackeux attitrés ayant décidé de boycotter la nouvelle offrande de Gaerea, me voilà, moi Eudus, à chroniquer un album de black metal. Bien que le genre ait toute mes faveurs, l’exercice s’annonce complexe, d’autant plus que mettre des mots sur un gros coup de cœur n’est pas chose aisée. Mais voilà, Mirage fait parti de ces baffes qui arrivent sans crier gare.

Depuis son émergence dans les années 1990, le black réussit à tracer sa route se ré inventer et plusieurs écoles se côtoient, entre le trve black norvégien, le black sympho à la Dimmu Borgir, le black pagan, qui a toujours le vent en poupe, et un black plus moderne, mélodique et parfaitement produit à l’instar de la discographie des Portugais de Gaerea. Après deux premières offrandes remarquées, le quatuor, avec Mirage, s'offre l’album charnière, celui qui est en passe de faire passer les Lusitaniens dans la cour des groupes confirmés du style.
Mirage est une œuvre violente, douce, envoûtante, percutante. "Memoir", l’opener dresse parfaitement le tableau avec son intro de plus de trois minutes débouchant sur l’explosivité que ce soit des guitares, de la batterie et des grunts ravageurs de Ruben. La force de Mirage réside principalement, non pas dans la violence propre au style, mais dans la richesse de ses mélodies à l’instar de "Deluge" véritable bijou avec ses notes de grattes qui vous restent inlassablement en tête.
La vortex Society (comme aime à s’appeler le groupe sur les réseaux sociaux) déploie le long des huit titres une rage mélancolique comme sur "Arson" mais sait se faire également plus concis plus brut et plus direct, en témoigne "Ebb". Mirage réussit là où les deux LP précédents avaient échoué : tenir la distance. Les huit occurrences apportent leur pierre à l’édifice, comme la title track, pièce maitresse de l’œuvre, alternant calme et ambiance puissante et qui laisse place aux exaltées "Mantle" et "Laude" qui ponctuent de manière plus brut Mirage.


Sublime, tout comme son artwork signé Sarros Collective, Mirage (qui n'en est définitivement pas un) sera de toute évidence un disque charnière dans la carrière grandissante de Gaerea. Constant dans sa qualité, alternant œuvres épiques et titres plus bruts, les Portugais livrent une des œuvres black metal de l’année.





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1