18847

CHRONIQUE PAR ...

97
Winter
Cette chronique a été mise en ligne le 01 juin 2021
Sa note : 17/20

LINE UP

-David Grimoire
(guitare+claviers)

-Adrian de Crow
(basse)

Ont participé à l'enregistrement :

-Mats Levén
(chant)

-Angelina DelCarmen
(chant sur 4, 6, 7, 8 et 9)

-Madeleine Liljestam
(chant sur 3 et 5)

-Hangsvart
(chant sur 5)

-Snowy Shaw
(chant sur 6+batterie)

-Andy LaRocque
(guitare sur 3)

-Michael Denner
(guitare sur 3)

-Nathaniel Wolkstein
(violon sur 2)

-Alexey Kochetkov
(violon sur 5)

-Bettina Jucksch
(violon sur 7)

-Ronaldo Rodrigues
(claviers sur 2, 4, 6 et 7)

-Elias Holmild
(claviers sur 3)

TRACKLIST

1) Listen Everybody
2) Bring Out Your Dead
3) Second Coming
4) Siren's Call
5) Darkest Doom on the Brightest of Days
6) A Song of Detestation
7) Little Sister
8) Night Demon
9) At Nighttime

DISCOGRAPHIE

1614 (2012)
Death on a Pale Horse (2021)

Opera Diabolicus - Death on a Pale Horse



Même les « trve » black métalleux du début de l’histoire l’ont reconnu : ils ont été influencés par le heavy metal classique. Quorthon se serait inspiré d’un titre de Saxon pour composer "Woman of Dark Desires". Logique. Personne n’a jamais sorti quoi que ce soit ex nihilo. Le heavy a donc servi d’inspiration au black metal. Mais… la réciproque peut-elle s’avérer vraie ?

Il semble bien que oui. En tout cas, dans certains cas, comme ce magnifique Death on a Pale Horse. Oh bien sûr, dès les premières notes de "Bring Out Your Dead", vous aurez compris que, si influence il y a, on ne parle pas de Darkthrone, mais bien de black metal symphonique. Musicalement, le lien de parenté est ténu, voire inexistant, je le reconnais. Sorti neuf ans après un 1614 qui ne m’avait pas spécialement excité, le deuxième album des Sieurs Corbeau et Grimoire verse dans le heavy doom théâtral et classieux. Du Candlemass sympho, en quelque sorte. La charge apportée par tout type de claviers et par les nombreux dialogues entre les différents chanteurs n’alourdit pas le propos, elle l’enrichit. Death on a Pale Horse est d’abord, et avant tout, un ensemble de titres extrêmement bien composés, riches en mélodies pas si directes que ça. Le lien avec Cradle of Filth et ses followers ? L’ambiance. Il suffit de fermer les yeux pour imaginer des tentures pourpres, des bibliothèques sombres, mal éclairées par des candélabres aux dessins impies.
On rejoint carrément le décorum des groupes de black sympho, et les quelques voix black metal émaillant l’album me font dire que le rapprochement n’est pas complètement délirant… Là où, en revanche, il n’y a absolument aucune comparaison possible, c’est au niveau du chant. Je n’ai rien contre l’option vocale « cri de souris mutante à qui on broie les testicules » choisie par Dani Filth, mais Mats Levén… Quelle classe dans la moindre de ses interventions ! Juste et lyrique, somptueux. Mention spéciale pour Madeleine « Elein » également, qui apporte un brin de candeur au meilleur titre de l’album, l’épique "Second Coming", sorte de pièce de metal total (équivalent musical du football total de Cruyff), où Snowy se permet même un bref excès de vitesse à la batterie. Opera Diabolicus y montre toute sa maîtrise des tempos, des structures et des riffs. Côté déceptions, on notera cependant que… ah ben non, il n’y a pas de déceptions. Cette œuvre est pleine et dense d’un metal symphonique de très haut rang. Entre power-doom ballad –"Siren’s Call"- , virtuosité - "Darkest Doom on the Brightest of Days" et classicisme brillant – ah le début de "Night Demon"… - la représentation est un succès total.


Votre petit(e) ami(e), fan indécrottable de crust et de vieux postcore politiquement engagé, vient de vous quitter et vous ne savez pas comment vous venger ? Demandez-lui d’abord un dernier long baiser, juste après avoir mangé un petit fromage de chèvre sec à l’ail, puis offrez-lui Death on a Pale Horse… Le procès qu’il/elle va vous coller aux fesses ? Qu’importe, une si belle vengeance n’a pas de prix...





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2