18590

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 01 juin 2021
Sa note : 16/20

LINE UP

-Gnist
(chant)

-Lodur
(guitare)

-Kryptos
(guitare)

-Jehoruan
(basse)

-Grevling
(batterie)

TRACKLIST

1) Intro
2) Breathing the Void
3) Olethrus
4) Enter an Eternal World
5) Goatman
6) Asterion
7) Dissent
8) Lost Souls
9) Salvation

DISCOGRAPHIE


Hån - Breathing the Void
(2020) - black metal - Label : Northern Silence



Hån… ah ne pas confondre avec les Huns ou Anne, votre voisine qui bêle comme un âne quand on la… Hum, nous disions donc, Hån, l’équivalent norvégien de « mépris » est un groupe… Helvétique, vous l’aviez tous deviné. Suisse avec un nom norvégien, il fait donc de la musique… Finlandaise bien sûr, mais nous éclaircirons ce point plus tard. Bref, cinq galopins dans le vent des cimes.

Quintet d’Outre-Alpes, pour musique... ? Musique froide, mélodique, abrasive. Et d’obédience finlandaise donc. Pensez Horna, Behexen. Bingo ! Vous l’avez maintenant, on parle black metal ici-bas. Mettre bas. Sans bât blessé. Voici la mission de ces mystérieux montagnards du pays du Gruyère. À un album terriblement sombre et froid. Et qui singe. Car oui, Breathing the Void, au-delà de ses influences, est à la limite de la copie. Le grain des guitares, le chant, les riffs, les mélodies. Tout semble tellement calqué et entendu chez les inspirateurs finlandais que l’on pourrait croire à l’odieuse et répréhensible usurpation d’identité. Sauf que…
La copie a beau être conforme et quasi carbone, il se dégage un étrange et inattendu parfum diffus de personnalité. Étonnant non ? Aussi estomaquant soit-ce, Hån fait son boulot de créateur. D’ambiance. Les Suisses en instillent une dantesque, reprenant évidemment les formules éprouvées dans la Scandinavie de l’Est. Ça fonctionne formidablement étant donné le niveau d’inspiration dont ils font preuve. Claires. Il faut que les choses le soient. N’attendez strictement aucune originalité débordante, ce n’est vraiment pas le propos. Exigez plutôt un monde fait de collines blanchies par la neige, mordues du froid polaire qui vous agresse.
Cela vous semble alors tout autant excessivement familier qu’accueillant, brisant la glace (ah ah) par des blasts utilisés à dosage parfait, des riffs acérés pour vous cisailler les veines, un son mixture paradisiaque de grésillement approximatif et de froideur continentale. Et même une basse éloquente ! On se prend alors à s’évader. Sommets enneigés bien sûr. Forêt silencieuse. Hordes d’animaux-garous assoiffés de votre sang. L’évasion procurée par cette sortie devient alors fallacieuse alors que sonnent les six coups du rappel à la maison. Ajoutez à toutes ces qualités la clairvoyance de proposer une mixture à la tenue parfaite dans la durée, toutes les chansons se parant d’un égal apparat de brillance nordique.


Entré à reculons, sorti en courant. Un résumé des sentiments à la découverte de cet album. Trop classique et imitateur en première approche, il finit par dévoiler ses atours comme un soleil d’hiver : lentement, doucement, par effleurement. On tombe dans son jeu, à la condition extrême suivante : être un parfait adorateur du metal noir.





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3