5895

CHRONIQUE PAR ...

88
Mita
Cette chronique a été mise en ligne le 25 mars 2013
Sa note : 17/20

LINE UP

-Georg Neuhauser
(chant)

-Clémentine Delauney
(chant)

-Thomas Bucherger
(guitare)

-Fabio d'Amore
(basse)

-Andreas Schipflinger
(batterie)

TRACKLIST

1) Wings of Madness
2) The Art of War
3) Shining Oasis
4) For Freedom's Sake
5) Age of Glory
6) The Matricide
7) Symphony for the Quiet
8) Tannenberg
9) Legacy of Tudors
10) Royal Pain

DISCOGRAPHIE


Serenity - War of Ages



Le power metal européen serait, apparemment, en déclin. Du moins les figures de proue. Car il existe encore et toujours quelques formations de seconde division qui résistent encore et toujours à l'envahisseur, au potentiel assez impressionnant, et dont les gros noms devraient certainement se méfier. On se rappelle donc des jeunes Chypriotes d'Arrayan Path et de leur dernier opus d'excellente facture, mais le combo autrichien Serenity, lui aussi, à son mot à dire dans ce lot si prometteur.

Parce qu'en trois albums, on a eu le droit à trois réussites. Alors certes, l'influence des plus renommés est toujours à peu près présente, et dans leur nouvelle livraison, War of Ages, c'est toujours Kamelot et Sonata Arctica qui font office d'anges gardiens. Cela s'entend notamment dans la voix du frontman Georg Neuhauser qui sonne très Roy Khan, mais qui n'a rien à envier à ce dernier, tant il est excellent de technique. Et ce n'est pas sur "Wings of Madness" que cette affirmation sera démentie, tant il démontre une fois de plus sa versatilité et son aisance naturelle à apporter un côté épique aux morceaux. Sauf que cette fois-ci, Serenity a voulu apporter un peu plus de nouveauté en intégrant en son sein une nouvelle venue. Oui, une, car à présent, le combo évolue donc avec une chanteuse en plus de la voix masculine, la demoiselle étant française de surcroît.
Ce qu'on pourra légèrement reprocher à Serenity, par ailleurs, c'est de sous-employer la voix pourtant délicieuse de Clémentine Delauney. Car la jeune femme n'a rien à envier aux nombreuses concurrentes potentielles, tant son chant apporte à la fois de la variété à la musique du quintette (suite au départ du claviériste), mais également une belle touche d'émotion : sa prestation sur la ballade "For Freedom's Sake" est une franche réussite. A côté de ça, elle retrouve un petit moment de gloire dans "Age of Glory", qui porte ainsi très bien son nom, mais aussi sur "Royal Pain" où la majorité des lignes de chant lui sont attribuées, pour un résultat surprenant de la part du groupe autrichien. Mais une excellente surprise, tant la piste est catchy et son refrain envoûtant. Une arrivée qui n'apporte que du bon.
On attendait tous le cliché du metal à chanteuse, qui manque de guitares, de dynamisme et de puissance ? Pensez-donc. Au contraire, War of Ages est l'opus de Serenity s'inscrivant le plus dans la veine power metal. L'épique et martiale "The Art of War" est là pour nous prouver, grâce à d'excellents chœurs et un point d'orgue enjoué, qu'ils ne perdent rien en force et en inspiration. Car ce disque est de loin le meilleur de la carrière du jeune groupe, grâce à son aspect mordant mais aussi à la diversité des compositions ici présentes. Rien que "Tannenberg", plus rock et immédiate que le reste des titres, réussit à emballer aux premières écoutes. Et si la recherche du refrain plaisant semble évidente, on sent que le travail fournit ici est assez conséquent pour la qualité qu'on trouve dans cette nouvelle offrande.
Comment résister à l'orientalisme de bon aloi d'un "Shining Oasis" ? Quelques ressemblances avec Kamelot pourront se ressentir, mais l'envie de dégager un parfum d'exotisme est palpable. Les lignes de chant, une fois de plus, constituent un énorme point fort et sont plutôt inhabituelles. Pas forcément originales, mais agréables. Dans un registre typique power, "Legacy of Tudors" est un morceau qui remplit son contrat à merveille : le côté épique est présent, tant par la présence de guitares incisives judicieusement placées en avant, mais aussi grâce à une introduction qui, elle, déstabilise : un chant médiéval où chacun se fait entendre. Et ça marche. Ce titre est d'ailleurs la plus grande réussite du brûlot, là où la barre était déjà placée haute avec "Wings of Madness", "The Art of War" ou "The Matricide".


War of Ages est une réussite de bout en bout, et se classe déjà parmi les meilleures sorties power metal de l'année. Toujours aussi brillant, les cinq Autrichiens de Serenity réussissent à délivrer un disque dont la qualité est nettement supérieure aux sorties actuelles d'un bon nombre de ténors (n'est-ce pas Edguy ?). Et si la reconnaissance n'arrive pas rapidement à cette jeune formation, alors cela prouvera que l'injustice est bien de ce monde.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6