5409

CHRONIQUE PAR ...

86
Althor
Cette chronique a été mise en ligne le 09 septembre 2012
Sa note : 13/20

LINE UP

-Petri Lindroos
(chant+guitare)

-Markus Toivonen
(chant+guitare)

-Sami Hinkka
(chant+basse)

-Emmi Silvennoinen
(clavier+choeurs)

-Janne Parviainen
(batterie)

TRACKLIST

1) Symbols
2) In My Sword I Trust
3) Unsung Heroes
4) Burning Leaves
5) Celestial Bond
6) Retribution Shall Be Mine
7) Star Queen (Celestial Bond - part II)
8) Pohjola
9) Last Breath
10) Passion Proof Power

DISCOGRAPHIE

From Afar (2009)
Unsung Heroes (2012)
One man Army (2015)
Two Paths (2017)

Ensiferum - Unsung Heroes
(2012) - folk melodeath - Label : Spinefarm



Les Finnois d'Ensiferum ont déjà un beau passif derrière eux. Tout en restant homogène, ils ont su faire évoluer leur discographie au fil des efforts de façon subtile. L’arrivée de Petri n’a pas perturbé outre mesure le groupe, ce dernier s’investissant à fond, quitte à quitter son propre groupe Norther, aujourd’hui mort et enterré. Pourtant on sent que c’est le moment de prendre des risques, car après un From Afar majestueux mais un poil lisse, on sent qu’un tournant de la carrière de nos guerriers favoris est possible.
 
Un album d’Ensiferum sans première piste instrumentale n’en serait pas un. C’est le rôle de "Symbols" où un joli air nous transporte. Nous sommes en terrain connu donc déjà rassuré. On enchaîne directement avec le titre le plus musclé de la galette : "In My Sword I Trust". Il fut dévoilé plus tôt sur la toile accompagné d’un clip (sans commentaires…). Outre un riff hyper accrocheur, c’est un Sami déchainé que l’on voit à l’œuvre. Chant clair décomplexé, growls profonds et solo de basse : la totale. Son énergie débordante est vraiment communicante. Ce hit sera une véritable tuerie en live notamment avec son passage instrumental qui devrait engendrer de nombreux pogos et autres joyeusetés de ce genre. Dans le même genre on a "Retribution Shall be Mine", un morceau très rapide mais qui sait aussi être très mélodique. Et c’est tout pour la castagne.
Oui vous avez bien lu, le reste sera surtout à base de mid-tempos ou de ballades folkloriques. Le son discret des guitares confirment d’ailleurs nos craintes : l’aspect metal de cet album est très en retrait, à des lieux d’un Victory Song avec son son heavy. Heureusement que nos Finnois savent toujours nous composer des mélodies aux petits oignons. Ils font également appel à une chanteuse sur "Celestial Bond" un peu à la manière d’un "Tears" de l’album Iron. Un morceau pas franchement mauvais mais pas non plus palpitant. Sa deuxième partie "Star Queen" est bien plus aboutie. Outre des couplets très réussis où se succèdent les chants clairs de Sami puis de Markus (ce dernier a d’ailleurs progressé dans ce domaine), un break acoustique vient nous ravir l’ouïe. C’est tout simplement le plus beau que le groupe ait composé jusqu’à présent.
Le titre qui nous rappelle à From Afar sera "Burning Leaves". Ce dernier est rondement mené du début à la fin avec les leads qu’on aime. Justement, c’est là où le bât blesse. Cet album est quasiment dépouillé de tous les bons leads dont on raffole. Même les solos se font très rares. La seule rescapée de ces changements brutaux est la basse. Très présente tout le long de l’album, elle s’exprime tantôt en solo, tantôt en distillant de jolies lignes. Au rang des nouveautés franchement déplaisantes : des chœurs classiques à la Therion. C’est tout simplement un désastre sur "Pohjola" qui lorgne franchement vers le ridicule par moment. "Last Breath" s’en sortira mieux avec une intégration moins farfelue. Reste enfin le cas de "Passion Proof Power", long de 17 minutes... Et là aussi Ensiferum déçoit. Outre un début progressif bien amené et une fin majestueuse, le cœur de ce titre est franchement trop long et ennuie, il aurait pu facilement durer deux fois moins de temps.


Au final que peut-on en dire ? Les die-hard fans des premiers albums vont certainement crier au scandale et on ne pourra pas les blâmer. Ensiferum sonne bien moins métal que par le passé. Mais malgré cela, Unsung Heroes reste un album qui a son âme, son ambiance plus intimiste avec toujours des titres de très bonne qualité. Mais au fond de nous, on ne peut étouffer la déception car on en attendait plus, surtout après 3 ans d’attente. Aventure néanmoins à tenter pour ceux qui veulent laisser leur chance à cet opus qui a ses très bons moments à l'image de son titre fleuve.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5