3929

CHRONIQUE PAR ...

56
Dexxie
Cette chronique a été mise en ligne le 09 février 2010
Sa note : 17/20

LINE UP

-Petri Lindroos
(chant+guitare)

-Markus Toivonen
(guitare+chant)

-Sami Hinkka
(basse+chant)

-Emmi Silvennoinen
(claviers+chant)

-Janne Parviainen
(batterie)

TRACKLIST

1)By the Dividing Stream
2)From Afar
3)Twilight Tavern
4)Heathen Throne
5)
Elusive Reaches
6)Stone Cold Metal
7)Smoking Ruins
8)Tumman Virran Taa
9)The Longest Journey (Heathen Throne Part II)
10)Vandraren (Nordman cover, sur l'édition limitée uniquement)

DISCOGRAPHIE

From Afar (2009)
Unsung Heroes (2012)
One man Army (2015)
Two Paths (2017)

Ensiferum - From Afar
(2009) - folk folk metal - Label : Spinefarm



On ne présente plus nos gaillards blonds venus tout droit de Finlande, sveltes, musclés, pour certains un peu grassouillets (être un warrior n'empêche pas d'aimer la bonne cervoise, bien au contraire). Ils sortent en ce début de 3è millénaire leur 4è album (en ne comptant pas les démos, EP, compilations etc.) et se sont déjà bati une réputation sans faille sur la scène metal, jouent dans les plus grands festivals, et tout et tout. Voyons ce que vaut cette dernière galette, même si on peut d'emblée affirmer qu'elle ne peut pas être pourrie.

On commence par une introduction de pratiquement quatre minutes des plus magnifiques, j'ai nommé "By the Dividing Stream", morceau à longueur moyenne, très détendu, très apaisant. Une entrée en matière parmi les plus agréables, une petite mélodie jouée en ostinato à la guitare, les instruments folkloriques soutenant le tout. Les mélodies sont ici absolument superbes, et ce « calme avant la tempête » ne pouvait pas être davantage plaisant. On arriverait presque à en regretter que tout l'album ne soit pas composé de telles beautés... car la suite risque de faire mal. Non pas que cette suite soit mauvaise (surtout que la production est fignolée) mais violente. Enfin, c'est ce que certains cherchent, n'est-il pas ? Mais s'il est de rigueur d'admettre que nos gaillards maîtrisent leur sujet à la perfection, l'on reste en droit d'en avoir marre de tous ces chœurs guerriers en veux-tu en voilà, de tous ces rythmes endiablés, de ces claviers un peu lourds, tout ça.

Précisons toutefois qu'Ensiferum n'a pas taillé sa réputation dans de la chance. Les compositions sont malgré tout très bien fichues, et ne renient pas des influences très variées (une force, il paraît). On pourra noter en effet pas moins de trois passages country (country, si si) sur ce disque : le passage sifflé/épique de "Stone Cold Metal" et le solo de banjo introduisant celui de guitare du-dit morceau, ainsi que la partie très western vers le commencement de "The Longest Journey". En tout cas, ces Finlandais-là possèdent leurs instruments respectifs à 100%. Le chanteur Petri Lindroos, pour ne citer que lui, n'a en effet rien, absolument rien à envier à personne. Même constat pour les autres membres du groupe, citons à titre d'exemple le solo de guitare de "Elusive Reaches". Précisons au passage que le frontman (ancien chanteur/gratteux de Norther) jouit d'un charisme extraordinaire sur scène.

Niveau composition, From Afar est une réussite. Les groupes de folk-metal-pagan-viking-northern-true-of-steel ont beau fleurir dans le milieu comme de la mauvaise herbe, Ensiferum reste la marguerite dans l'herbe, le coquelicot au milieu du champ de blé, l'Edelweiss au milieu de la Bouse de Chamois. Peu de groupes de folk metal sont capables de jouer de manière aussi exacte des compositions si bien ficelées. Ce n'est pas trop monotone (comme ça l'est souvent dans le genre) et l'auditeur aura droit à quelques perles, comme les chœurs féminins avant de magnifiques mélodies folk de gratte électrique sur "Twilight Tavern" ou encore l'accalmie du très long "Heathen Throne", un morceau de onze minutes qui passent comme cinq. On notera quand même des morceaux rentre-dedans, on aime ou on s'interroge sur leur utilité.


Un album très sympa, bien joué, bien composé, on ne s'ennuie pas une seconde, c'est bien fichu, dans le meilleur comme dans le pire. Il y a du calme, du moins calme, des passages qui n'ont rien à voir avec le reste mais qui collent bien au truc (on se souviendra du passage funky de "The Lotus Eater" sur le dernier Opeth...) Si parmis vous, des gens ne sont pas lassés du genre, foncez, foncez, foncez !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7