5086

CHRONIQUE PAR ...

67
Silverbard
Cette chronique a été mise en ligne le 05 mars 2012
Sa note : 14.5/20

LINE UP

-Pierre Jourdan-Gassin
(chant)

-Nicolas Muller
(guitare+basse+programmation)


TRACKLIST

1) Era of Rain
2) The Worm Inside
3) From the Buddha to the Cross
4) Genocide
5) De Occulta
6) The Last Glow of the Universe
7) Architects
8) The Legion of Pariahs
9) At the Center of Infinites
10) Demiange
11) The Burning Eyes
12) The Dance of the Vampire
13) Among the Dead

DISCOGRAPHIE


Helioss - The Forthcoming Darkness
(2012) - death metal black metal néoclassique - Label : Autoproduction



C'est bête à dire, mais les bonnes surprises, ça fait toujours plaisir. Et surtout quand les premières écoutes ne donnent pas de raison particulière de crier au génie. Pour ceux qui n'auraient pas suivi toute l'histoire, Helioss est le projet de deux « froggies » évoluant dans un black/death assez original, aux forts accents symphoniques et néoclassiques, et autant vous prévenir, on n'a pas à faire à des manchots!

The Forthcoming Darkness est le premier LP du groupe, faisant suite à l'EP Confessions sorti il y a deux ans. Ce dernier posait clairement les bases du genre des deux bonhommes, en particulier le fort attrait pour la musique classique et baroque qui se retrouvait dans l'omniprésence de clavecin, d'orgue et de shred guitaristique. Toujours autoproduit, l'enveloppe sonore de ce cru 2012 s'est néanmoins fortement améliorée: la batterie programmée sonne moins kitsch, les riffs de guitare sont plus percutants et le chant est mieux intégré. Bref, on a un travail plus pro et c'est fort appréciable. Mais la progression la plus remarquable se trouve au niveau de la composition avec un énorme bond en avant en terme de complexité, mais paradoxalement aussi d'efficacité. En effet, si on pouvait reprocher aux morceaux de l'EP de traîner un peu en longueur, ici les titres dépassent très rarement les 5 minutes. Du coup, tout s'enchaîne assez rapidement mais de manière assez, voire très intense.
Il faudra ainsi clairement de nombreuses et attentives écoutes pour bien saisir la structure et l'organisation des chansons. La musique d'Helioss est de fait déjà exigeante par sa relative surcharge instrumentale (surtout au niveau des claviers), mais l'effet se retrouve décuplé dans les morceaux les plus rapides et alambiqués tels "The Legion Of Pariahs" ou "Genocide". L'adjectif virtuose collerait parfaitement tant le travail des guitares et des claviers est impressionnant. Mais là où le truc devient génial, c'est quand on s'aperçoit que tout s'enchaîne à merveille et que la longueur et l'intensité des morceaux a été pensé avec précision. Autre amélioration notable, un équilibre au sein même du style proposé semble avoir été trouvé: rarement le néoclassique ne s'est aussi bien métissé au metal extrême. En particulier, les soli les plus ardus ne virent jamais à l'excès bien que parfois plus mis en valeur comme sur la magnifique "The Last Glow Of The Universe" ou l'orgasmique "The Dance Of The Vampire".
Les claviers sont toujours mis à l'honneur mais de manière diverse, que ce soit le clavecin sur "Architects" ou le piano sur "From The Buddah To The Cross". Bref, on a définitivement quelque chose de varié, parfois même trop et on sait plus trop sur quel pied danser mais on demeure sur un socle identifiable. Il serait injuste de taire la performance de Pierre Jourdan-Gassin au chant, bien plus à l'aise et à propos que sur l'EP. En particulier, le growl oscille en permanence entre des teintes death et black mais sans toutefois choquer. Sa performance est tout à fait remarquable sur le final "Among The Dead" qui est clairement le titre le plus violent de la galette, démarrant pied au plancher sur une déferlante de blasts tout en restant résolument épique, dans la droite lignée de l'album. De quoi mettre KO l'auditeur qui doutait encore du talent du duo. Le seul regret est finalement que les instruments programmés sonnent encore un peu trop synthétique et manquent de naturel.


Une fois l'album bien apprivoisé, on se surprend à découvrir qu'il n'existe aucun titre plus faible qu'un autre, à condition de l'écouter dans l'ordre et d'une traite si possible. Helioss signe avec The Forthcoming Darkness un album vraiment bluffant d'originalité et de maîtrise, qui espérons-le fera beaucoup parler de lui. Bien que ce projet soit voué à rester studio, gageons que ces deux gaillards y tirent un avantage grandissant de liberté de composition pour le futur!


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7