18118

CHRONIQUE PAR ...

132
Eudus
Cette chronique a été mise en ligne le 17 avril 2019
Sa note : 12/20

LINE UP

-Clem
(chant)

-Ju
(chant+basse)

-Tom
(chant+batterie)

-Seb
(guitare)

-Daweed
(samples+synthé)



TRACKLIST

1) Annihilation
2) Six Pieds Sous Terre
3) Dans le Vide
4) Délivrez Moi
5) Notre Eveil...
6) Spectacle de Pantins
7) Invincibles

DISCOGRAPHIE


Elyx - Annihilation, Pt.1
(2019) - néo metal - Label : M&O Music



(Mode je m’y crois *on*) Chers lecteurs, au moment de cliquer sur cette chronique, vous vous dites : « Cool, Eudus nous propose la nouveauté metal sympho du moment, une proposition napée de claviers et d’orchestrations, on a hâte » ! Et là, vous voyez comme genre « néo-metal », et restez stupéfaits. Et bien pourquoi pas ? C’est ainsi que j’ai l’honneur de vous présenter Annihilation, Pt.1 des français d’Elyx. (Mode je m’y crois *off*).

Je passerai sur l’historique du néo-metal, ses groupes fétiches (j’en profite pour dire qu’Untouchables de Korn reste le chef d’œuvre absolu du style) son apogée avec des groupes tels que Limp Bizkit ou Linkin Park. La scène française n’a pas été en reste avec la fameuse « Team Nowhere », partie trop vite (ou pas), seul Aqme fait une carrière méritante et alternant les genres. A ce jour, à part le sympathique Unswabbed (l'album Instinct de 2008 m’avait pas mal fait frissonner, je dois l’avouer, à coup de refrains mélodiques léchés) je ne saurai vous citer d'autres combos du genre. Il est ainsi étonnant de voir émerger un nouveau groupe, le dénommé Elyx, provenant de l’ouest de la France. Présenté comme un album à part entière, ce Annihilation, Pt.1 est pourtant, comme son nom l’indique, la première partie d’un éventuel album à venir et qui fait suite à un EP, Impacts & Fracas, ayant vu le jour en 2017. Elyx se voit comme une expérience musicale, savant mélange de rock, de néo-metal et d’électro. C’est cet électro qui permet clairement au quintet de titiller mes oreilles. Après une légère introduction énigmatique, la puissante "Six Pieds Sous Terre" débarque tel un boulet de canon, et bam, effet total Madeleine de Proust. On entend un peu d’Enhancer, de Pleymo, voir de Limp Bizkit. C’est clairement impactant et réussi. La base néo-metal est bien là, mais la modernité apportée par cette touche électro constitue le véritable intérêt de la composition. Les paroles sont bien écrites, le texte à du sens, bref un coup de cœur, clairement, pour cette proposition. La suite sera plus compliquée malheureusement. Le single "Dans le Vide" sonne creux, et ressemble à ce qui a été fait à de très nombreuses reprises, et après moultes écoutes je n’arrive pas à dégager un élément du titre.
Et ça continue avec la première moitié de "Délivrez-moi". Comme pour la création précédente, impossible de s’en imprégner, ni des paroles qui la composent. Cependant, Elyx a la bonne idée de changer le rythme et la structure du morceau à mi parcours. Le tempo s’accélère, le riff prend enfin sa pleine mesure. On en vient à un petit reproche que je peux faire à cet Annihilation, un certain manque de consistance dans les compositions. Outre "Délivrez Moi", un titre comme "Spectacle de Pantins" comporte à la fois des qualités indéniables (le final complètement explosif et qui risque de faire un malheur sur scène) mais malheureusement les lignes de chant du couplet me font tiquer à chaque fois tant cela manque de profondeur et d’intensité. Je ne jugerai pas les paroles du morceau, très politiques et engagées et faisant échos (volontairement ou non) au mouvement des gilets jaunes. A noter sur ce "Spectacle de Pantins", là encore, une bonne utilisation des sonorités électros. Quand à "Invincibles", si le sample principal est fort plaisant, la composition me laisse relativement de marbre, au même titre que "Dans le Vide". Enfin, revenons un peu sur Clem, le chanteur (qui fait toutes les voix sur album, soutenu par Ju et Tom en live) : il y a du très bon et du moins bon. Sa voix agressive, criée est au top, comme vous le constaterez sur "Six Pieds Sous Terres". Cependant, les passages en chants clairs paraissent plus difficiles pour lui, les notes sont moins tenues, bien que ce ne soit pas une catastrophe non plus (et là je vous parle - à titre de comparaison - du chant désastreux de Tuomas de Nightwish sur leur premier album, et notre correctrice en chef sera atterrée par le fait d'avoir réussi à placer mes finnois préférés dans une chro de néo-metal (ndlc : MDR, j'aurais parié mes Dr Martens!). A noter également, une batterie un peu sous mixée par moment ("Invicibles") et une guitare qui sait offrir de bons petits riffs tout au long de l'effort.


Au final, comment noter une chronique d’un album de néo-metal en 2019 ? Clairement, la démarche d’Elyx se veut créatrice, ne répond pas à un effet de mode (sinon l’électro aurait été bien plus omniprésent), mais passé l’effet de surprise avec l’excellent titre d’ouverture, il est plus dur d’accrocher sur toute la durée de Annihilation, Pt.1. Rassurez vous, si vous êtes fan du style, vous prendrez votre pied. Clairement, j’écouterai les futures sorties d’Elyx (en espérant sincèrement qu’il y en aura pour le quintet) car qualité il y a et cette note de dix qui résume plutôt bien mon état d’esprit est à prendre comme une bonne note d’encouragement !



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5