4205

CHRONIQUE PAR ...

29
Sebrouxx
Cette chronique a été mise en ligne le 01 juin 2021
Sa note : 14/20

LINE UP

-Aymeric Silvert
(chant, guitare)

-Eric Bricout
(basse)

-Grégory Degrave
(batterie)

-Paul-Alain Fontaine
(claviers)

TRACKLIST

1)Perpetual
2)Alone
3)Gimme Your Boots
4)Do You Feel The Rain

5)Swedish Viking
6)Guilty
7)Flame & Co.
8)Metallo-Jazz
9)C’est la Vie
10)Smelly Rosie
11)Erin

DISCOGRAPHIE

Guilty (2010)

Silvert, Aymeric - Guilty
(2010) - shred - Label : Autoproduction



Séb, tu vas encore nous les briser longtemps avec tes albums de gratteux français ? Okay, mais je ne veux pas lire le moindre mot style tapping, sweeping, legato, ni le moindre nom ou de marque d’effets fabriqués je-ne-sais-où. Chez les Eternels, on n’est pas à Shred Magazine, va falloir te le dire combien de fois? Au moins autant de fois qu'il me faudra te répéter, chef, que Aymeric Silvert, c’est une nouvelle preuve de la bonne santé d’une autre facette de la scène française moderne. Celle des guitaristes de haut vol capables aussi d’assurer dans bien des styles. Et même de pousser la chansonnette. Lui aussi.

Il est des albums qui se bonifieront avec le temps. Guilty est assurément de ceux-là puisque surprenant à chaque nouvelle écoute et Dieu sait qu'elles auront été nombreuses au cours de cet été qui tend à s'achever. Sorti au printemps dernier, cette première auto-production «made in France» signée Aymeric Silvert ne manque pas d'audace(s). Et ce sans pour autant venir gonfler les travées de CD shreddant plus haut que leurs doigts (pour rester poli). Pas la moindre note d'autosuffisante n'est à signaler dans ces onze titres variés et équilibrés. Et la remarque tient aussi bien pour les six morceaux instrumentaux que pour les cinq autres pistes proposant en sus le chant d'Aymeric. Le pédagogue (il intervient régulièrement au CMA de Valenciennes, un des hauts-lieux de la guitare en France où d'ailleurs Guilty a été enregistré) semble être l'homme des choix par addition. Comme énoncé plus haut, chant ou instrumental pur, il prend les deux. Et plutôt de rentrer dans la case bien définie et circonscrite des guitaristes de Metal/Shred, il en épouse les contours pour mieux voguer vers d'autres horizons musicaux qui ont assurément façonné son jeu et sa personnalité.

Guilty se rend donc coupable, me diront certains, d'avoir les fesses entre plusieurs chaises. Certes, mais tant qu'elles se montrent confortables autant en profiter. Guilty, c'est un peu le «best of» (un comble pour un premier album!) des passions pour certains genres et certains grands noms de la six-cordes qu'affectionnent son auteur. Le propos n'est pas en l'espèce d'en dresser une liste aussi exhaustive que chronologique et fastidieuse. Mais plutôt de repérer dans ce magma bien bouillonnant là où Silvert surfe le mieux. Incontestablement, il excelle sur “Alone” et “Do You Feel The Rain”, pistes rock atmosphérique -d'autres iront jusqu'à progressif- rappelant les belles heures de Pink Floyd et de Peter Gabriel. “Do You Feel…” pourrait même faire largement office de single avec ses guitares aériennes, ses gimmicks à la Gilmour en plus véloce, et son chant quelque peu éthéré (dans le bon sens du terme). Le genre est suffisamment sous-représenté dans nos contrées pour mériter d'y prêter une oreille plus qu'attentive, d'autant qu'Aymeric s'y attelle sans jamais sombrer dans le pastiche caricatural.

Il sera difficile d'en écrire autant à propos des 3 minutes 36 de “Swedish Viking” dédiées notre Yngwie préféré (Malmsteen, hein), où le Français use de tout son arsenal d'effets pour recracher quasiment autant de notes que son illustre modèle nordique. En voilà encore un qui va hurler une fois de plus pour ses droits d'auteur… Reste un «fun» et une musicalité, nettement plus intéressants lorsqu'Aymeric marche sur les pas de Stevie Ray Vaughan, allusion faîte à “Gimme your Boots” qui tombe à point nommé alors que le Texan nous a quitté il y a tout juste vingt ans. Ce titre à tiroirs présente l'avantage de changer régulièrement de tempo afin de parcourir l'étendue du talent de celui surnommé à tord le Hendrix blanc (même si “Gimme...” lorgne surtout sur “So What!” et “Mary Had a Little Lamb”). Vaughan, Gilmour, Malmsteen: que des guitaristes afficiados de la Fender Stratocaster… alors qu'Aymeric est, lui, endorsé par la marque MusicMan et dont les fers de lance restent John Petrucci, Alvin Lee, Steve Morse… et Steve Lukather avec lequel Aymeric a sillonné la France et la Suisse en avril dernier. Rien d'étonnant, alors, à trouver quelques traces de ces derniers sur Guilty.

L'esprit des guitaristes de Toto et de Dream Theater se fait amplement sentir sur “Perpetual”, piste instrumentale la plus aboutie, la plus riche et la plus complexe du CD: riffs multiples et aiguisés, soli à l'avenant et cool attitude à la Lukather période Candyman. L'ombre de Alvin Lee plane, elle, sur “Smellie Rosie”, country rock bien mis en valeur par une section rythmique plus que rassurante. Quant à la filiation avec Steve Morse, l'introduction aux accents de ballade irlandaise d'“Erin” renvoie au “Highland Wedding” du guitariste de Deep Purple et de Dixie Dregs. Plus confraternel que Silvert, apparemment tu meurs! Mais quelque soit le titre sélectionné, la mélodie prime systématiquement sur la technique, un bon point pour ce monsieur qui néanmoins fait montre de tout son talent, allant même taper un peu de flamenco (inutile de vous en donner le titre) et de jazz rock fusion à la Frank Gambale (“C'est la vie”), voire à la Jeff Beck des 80's (“Metalo-Jazz”) avec une subtile intro toute en vibrato. Un vibrato en argent (Silver, en anglais) pour des mains en or, sans aucun doute.


Guilty s'avère être une excellente entrée en matière dans l'univers d'un guitariste qui a pris néanmoins de sacrés risques en proposant cette myriade de morceaux si différents les uns des autres. Il est fort peu probable que son prochain effort propose la même diversité mais cette première galette autoproduite s'impose comme la parfaite carte de visite d'un musicien ambitieux. A real man on a «Silvert» Mountain, pourrait-on dire!





Pour vous procurer ce plaisir coupable, Guilty est disponible sur www.guitareuroshop.com.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6