19501

CHRONIQUE PAR ...

106
Belzaran
Cette chronique a été mise en ligne le 23 avril 2024
Sa note : 13/20

LINE UP

-Oliver "Lee" Weinberg
(chant)

-Arnd Klink
(guitare)

-Benjamin "Ben" Biller
(basse)

-Andreas "Lacky" Lakaw
(batterie)

TRACKLIST

1) Wake Up In A Rage
2) A Couple Of Kills
3) Night In Turmoil
4) Human Flesh Wasted
5) This And My Heart Beside
6) Truth Is A Whore
7) Defcon Four
8) Roots Of Resistance
9) Blood On Canvas

DISCOGRAPHIE


Darkness - Blood On Canvas
(2024) - thrash metal - Label : Massacre Records



Je suis toujours surpris de voir tant de groupes reproduire trente ans plus tard (quarante ans ?) le même thrash sans chercher une quelconque évolution. Le groupe Darkness a lui une excuse : il existait déjà dans les années quatre-vingt ! Cependant, il reste toujours possible à une formation d’évoluer, de changer et d’éviter de ressortir les mêmes défauts de toutes ces productions estampillées old school. Le groupe ayant fait de longues pauses, c’est un mélange de nouveaux venus et de vieux briscards qui est là pour apporter une pierre intéressante à l’édifice majestueux du thrash.

Il va sans dire que je ne connais absolument pas les petits gars de Darkness qui ont quand même le mérite d’avoir survécu à trois décennies. En plus, des groupes qui s’appellent ainsi, il y en a des palanquées. Avec les blancs qui viennent faire tache dans leur CV, ils peuvent être considérés aujourd’hui comme des membres de la branche revival du thrash metal. Place à du thrash crossover bien pêchu. Les riffs fonctionnent sans problème. La formule bien connue est appliquée, ce n’est pas compliqué. Encore une fois, on n’y cherchera aucune originalité, ce n’est pas ce qui est recherché. Cependant, reconnaissons que Darkness fait plutôt bien le taf. Ils n’exploitent pas seulement les gimmicks, ne collent pas les riffs les uns après les autres, mais savent développer une réelle construction de morceaux, avec un chant travaillé. Bref, l’amateur sera un terrain connu, mais existe-t-il le petit truc qui lui donnera envie d’y revenir ?
Malgré toute leur bonne volonté, Darkness aura du mal à se faire une place au soleil. En effet, le timbre du chanteur n’est pas des plus agréables, un peu trop forcé pour être honnête. Le mixage est lui aussi assez roots avec ses guitares un poil sursaturées et ce chant trop mis en avant. La production montre ses limites dans les passages acoustiques qui manquent cruellement d’ampleur. Et comme si c’était un passage obligé pour le genre, on verra un bel « hommage » à "Master Of Puppets" dans le dernier morceau de la galette… Reste quand même comme particularité quelques leads et riffs plus mélodiques qui enrichissent l’ensemble. C’est déjà pas mal.


Des groupes de thrash du même genre qui font de la merde, il y en a plein. Darkness a davantage de qualités que beaucoup d’entre eux. Malgré tout, difficile de croire que les Allemands pourront sortir de la masse avec cet album. À réserver aux fans du genre qui apprécieront les quelques passages bien foutus, quelques solos réussis et l’énergie qui se dégage de l’ensemble.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6