19498

CHRONIQUE PAR ...

97
Winter
Cette chronique a été mise en ligne le 13 avril 2024
Sa note : 17/20

LINE UP

-Illia "Severoth" Rafalskyi
(tout)

TRACKLIST

1) Sunrise Will Come
2) Sons of Steel Will
3) To the Stars!
4) And Winter in My Heart...
5) Frozen Moment

DISCOGRAPHIE


Severoth - By the Way of Light
(2024) - black metal atmo - Label : AvantGarde Music



Une après-midi au pays des licornes. Il fait beau. Forcément, il fait toujours beau au pays des licornes.
- Hé les filles ! Vous l’avez vue la nouvelle, dans la prairie d’en face ? Elle se prend pour qui, celle-là ?
- Moi je la trouve trop stylée ! La robe blanc cassé ! Pas blanc étincelant, comme toutes les autres ! Il fallait oser !
- Trop basé, le blanc cassé ! Et il paraît qu’elle met des myrtilles dans son smoothie ! Comme ça il devient dark !
- C’est… c’est quoi, « dark » ?


Il existe un type de black metal atmosphérique à peine plus obscur que Power Paladin. Alors, tout est relatif, j’imagine. Si vous faites écouter les cris de Severoth à une personne non initiée aux plaisirs du metal extrême, je suppose qu’il trouvera ça moche (un) et effrayant (deux). Mais pour ceux qui sachent - nous sachons - soyons honnêtes, le dernier album du one-man- band ukrainien, opportunément appelé By the Way of Light, c’est un truc de Bisounours. À ranger dans la même catégorie que Sojourner, Mesarthim ou Midnight Odyssey. Est-ce un problème ? Chacun aura sa réponse personnelle à la question. En ce qui me concerne, non, ce n’est absolument pas un problème. Et la mention de Midnight Odyssey n’est pas un hasard puisque, d’une part, niveau qualité, Severoth tient parfaitement la comparaison, ce qui n’est pas rien, et, d’autre part, un petit halo cosmique entoure la musique du sixième album de l’artiste. Un halo créé à base de réverbération et de sonorités un brin électroniques disséminées de-ci, de-là, tout au long de l’heure que dure l’œuvre.
En revanche, si Dis Pater vogue tout au fin fond du multivers, dans des galaxies dont nous venons à peine de recevoir la lumière originelle, By the Way of Light figure plutôt les extraterrestres en approche de l’orbite terrestre, voire en phase d’atterrissage dans une clairière, loin de la civilisation. Severoth mixe en effet l’aspect synthétique évoqué plus haut avec des sensations plus propres aux groupes de pagan, cris d’animaux inclus. Drôle de mélange, direz-vous ? Certes, mais cela fonctionne. Jouée sur un rythme souvent rapide, avec tout plein de double pédale de partout, l’œuvre s’avère ample, épique et les mélodies, simples, fonctionnent parfaitement. Très homogènes, mais ni monotones, ni redondants, les titres s’enchaînent sans que l’on se lasse. Le chant clair, utilisé en dose importante, est juste, voire brillant, comme sur "To the Stars!". Petite mention spéciale pour "Sons of the Steel Will", où le saxo débarque en fin de morceau de manière surprenante mais judicieuse, mais vraiment : il n’y a rien à écarter de cette ode particulière à la nature, et lorsque les dernières notes de l’outro "Frozen Moment" résonnent, on se sent bien. Très bien, même. Paradoxal pour du black metal ? Who cares?


Шляхом світла / By the Way of Light est une œuvre nocturne très lumineuse. Ample, épique, presque candide, Severoth semble composer une ode à l’univers vue de la Terre. À moins que ça soit le contraire. Fans de black metal atmo (très) mélodique, vous pouvez foncer, le voyage ne devrait pas vous décevoir !





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4