19476

CHRONIQUE PAR ...

97
Winter
Cette chronique a été mise en ligne le 23 mars 2024
Sa note : 14/20

LINE UP

-Enrique "Chou" Saavedra
(chant+guitare+programmation)

-Nacho Void
(basse+chœurs)

-Jose Mora Álvarez
(batterie)

Ont participé à l'enregistrement :

-Balc
(chant sur titre 1)

-Marija Krstevska
(chant sur titres 1 et 4)

-Barney Kamalani "Kam" Lee
(chant sur titre 3)

TRACKLIST

1) Ceremony I: Sic Transit Gloria Mundi
2) Ceremony II: The Way of Sin
3) The Spell
4) Doppelgänger II: The Abyss

DISCOGRAPHIE

The Abyss (2019)

Totengott - The Abyss
(2019) - doom metal Uh! metal - Label : Xtreem Music



Même si les images d’Épinal associées aux deux pays sont extrêmement différentes, l’Espagne et la Suisse ont plus de points communs que ce que l’on pourrait croire. La montagne, déjà. Il s’agit de deux des trois pays les plus montagneux d’Europe. Et quand on se promène dans les Asturies, du côté des picos de Europa, on a plus de chance de voir surgir Heidi que Naranjito au détour d’un sentier. Autre point à prendre en considération : les Asturies sont celtes et l’hiver, il peut y geler…

De là à invoquer l’esprit du grand Thomas Gabriel Warrior, il y a un pas que le trio de Totengott a franchi, et d’une grande enjambée ! Les Asturiens avancent, certes, masqués - ou plutôt encapuchonnés, eu égard au look de Chou - le temps de "Ceremony I", où l’on peut légitimement se poser la question de savoir à quelle sauce nous allons être mangés. Black atmo ? Post-rock obscur ? Quand, au bout de quatre minutes, la section rythmique débarque, une partie du mystère est levée : ça va doomer dans les chaumières, et, éventuellement, invoquer le malin cornu. Lorsque les premières notes de "Ceremony II" résonnent, difficile de ne pas penser à "The Usurper". Lorsqu’enfin, Chou se met à chanter comme Thomas, il n’y a plus de suspense du tout : ces gars-là veulent perpétuer la flamme glacée allumée pas loin de Zürich, il y a quarante ans. Tout le reste de l’album se place délibérément sous les auspices de Triptykon, plus que de Celtic Frost : le son, moderne, la sobriété et la lourdeur extrêmes, ce côté monolithique, pas de doute, Totengott s’inspire de la version la plus récente du projet helvète - Helvete!.
Je ne pense pas que le groupe cherche à se démarquer de leurs glorieux inspirateurs, en tout cas, si c’est le cas, c’est raté. Seuls quelques éléments ne sont pas issus de la plus stricte orthodoxie frostienne : des growls plus typiques du doom death sur "The Spell" - assurés par Kam Lee en personne ! -, quelques riffs à ranger dans la catégorie doom death sur "Doppelganger II", et surtout, une volonté de rendre l’ensemble plus résolument incantatoire que le modèle de base. À ce titre, le groupe arrive à créer une atmosphère obscure et mystique par le biais de l’intro mystérieuse, évoquée plus haut et de quelques arrangements dark ambient qui fonctionnent très bien, notamment lors du plat de résistance de l’opus, à savoir les vingt-deux minutes de "Doppelganger II : The Abyss". Ce dernier morceau s’avère, certes, répétitif, mais c’est le genre qui veut ça : cette lourde monotonie, soutenue par quelques sonorités symphoniques, constitue même la force du meilleur titre de The Abyss. L’air chanté par Marija la sorcière gracieuse, met un très beau point final à cette œuvre convaincante, à défaut d’être innovante.


Difficile de crier au génie quand un groupe s’appuie à ce point sur l’héritage légué par un des noms majeurs du metal extrême, mais il faut tout de même saluer cette relecture incantatoire et bien exécutée des œuvres de Celtic Frost et Triptykon. Sur The Abyss, Totengott allie lourdeur et ambiance ténébreuse avec un certain brio. Uh !





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1