19465

CHRONIQUE PAR ...

21
Wineyard
Cette chronique a été mise en ligne le 09 mars 2024
Sa note : 15/20

LINE UP

-Teodora Bârla
(chant)

-Dorin Panduru
(chant+guitare)

-Andrei Calbajos
(clavier)

-Johann "Till Djent" Hentz
(basse)

-George Chereji
(batterie)

A participé à l'enregistrement :

-Dudu Isabel
(chant sur 7)

TRACKLIST

1) 12:9
2) System in Vitro
3) Fvck Them
4) Orenda
5) Imago I
6) Opia
7) Love Is Dead
8) Imago II
9) Flashback
10) Instinct

DISCOGRAPHIE

Imago (2018)

Vespera - Imago
(2018) - gothique cyber, rap à chanteuse - Label : Autoproduction



Cher public, tu sais combien j’aime t’expliquer pourquoi je décide de chroniquer un album. J’appelle souvent cela « la genèse », parce que ça fait plus classe, mais l’intention est plus terre à terre. Et bien, je vais recommencer, mets ta ceinture. C’est à cause de mon Dudusse, il est responsable de cette chronique. Tu sais ce que j’écoute habituellement, et heureusement parfois, je m’égare. Et je tombe sur Vespera, un truc à l’ouest de ce que j’écoutais sur le moment, et c’est un euphémisme. Je suis vraiment interpellé, c’est plutôt le domaine du sieur Dudusse, alors je lui envoie le lien. Il m’a ghosté l’enfoiré ! C’était sa façon élégante à lui de me signifier que j’avais tapé grave à côté de ses aspirations. Il ne m’a même pas donné son avis, il a voulu me préserver, certainement. Je l’aime quand même, mais il m’a musicalement vexé. Alors, je m’y suis collé, bordel à cul de putain de merde.

Je n’ai pas les références qui s’imposent à ce style particulier, enfin, pas les récentes, ni les plus pertinentes. Je te dresse le tableau, un peu complexe tout de même : un groupe roumain de metal à chanteuse, qui utilise des passages qui se veulent rap, de l’électro tendance « cyber », une voix féminine, une voix masculine, des atouts gothiques. Livré comme cela, cela ressemble à une pizza à l’ananas sur laquelle tu aurais rajouté du curry, du cumin, du piment et du caramel fondant avec sa glace à la vanille. Tu as vomi ? Non ? Menteur, j’ai entendu la chasse d’eau. Tu as tort : ce qui m’a fait aller vers ce groupe, après la surprise (et je suis vraiment resté idiot après la première écoute), c’est un sentiment d’unité de toutes ces influences. Ce n’est jamais « too much », ce n’est pas ridicule même si cela flirte avec, et pour une bonne raison : c’est frais, naïf, plein d’enthousiasme et avec des passages d’une intensité remarquable.
Le premier groupe auquel j’ai pensé fut Ignea lorsque je voulus tenter un rapprochement. Pas grand-chose à voir niveau style, évidemment, car rien d’orientalisant, mais tant de points communs sur la fraîcheur apportée à un style tellement sclérosé. Des inventions de fusions de genres improbables, de vraies trouvailles mélodiques qui restent dans la tête et qui font bouger le rachis, c’est la recette de Vespera. Ils auront très certainement des détracteurs ayatollahs d’un style qui s’auto-suicide par sa médiocrité actuelle, mais je n’en fais pas partie. J’ai réellement aimé ce parti pris cyber-rap-metal, même si le phrasé rap n’est pas excellent, même si vocalement c’est encore un peu candide, même s’il subsiste des facilités musicales. J’ai reçu de la joie, j’ai aimé me dandiner sur "Orenda", frissonner sur "Love is Dead" et dresser mes poils sur "Flashback". Et je n’ai pas honte du tout. Et je t’emmerde, en plus.


Je suis presque tombé dans le piège de la sur-justification pour écouter et surtout aimer un truc potentiellement considéré comme honteux pour un métalleux. Mais merde à la fin. Comme si avouer aimer Linkin Park était une sorte de coming out. Je te donne un scoop : je surkiffe In the Nightside Eclipse, Vikingligr Veldi, The Shadowthrone et Crimson. Et j’adore SOAD, Hybrid Theory, Theatre of Tragedy (oui, oui, même Musique), Enter, et j’en suis fier. Je ne renierais jamais cet aspect de mon background musical qui fait ce que je suis maintenant, musicalement parlant. J’ai ouvert mes chakras musicaux (bon, ok, pas au power metal, car il ne faut pas non plus abuser sur mes capacités de tolérance), et ce Imago m’a carrément accompagné quelques semaines avec un plaisir coupable, oui, comme quand tu te tapes un Paris-Brest de Bouillet alors que t’es au régime. Dudusse, je t’aime.





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7