19430

CHRONIQUE PAR ...

100
Merci foule fête
Cette chronique a été mise en ligne le 31 janvier 2024
Sa note : 18/20

LINE UP

-Viveca "V.B." Butler
(chant+batterie)

-Edward "E.M." Miller
(chœurs+guitare+orgue)

-Annukka "Annu" Lilja
(chœurs+basse)

TRACKLIST

1) Intro
2) The First of the Last
3) Laughter in the Halls of Madness
4) All Hallow's Fire
5) The Place Behind the Sky

6) The Dream Tide
7) Intermission
8) Forever Hereafter
9) Silence in the Ancestral House

DISCOGRAPHIE


Occultation - Silence in the Ancestral House



Silence in the Ancestral House est le second LP d’Occultation, intrigant projet mis sur pied par Viveca Butler, Française exilée à Brooklyn, épaulée par la bassiste et vidéaste finlandaise Annukka Lilja et le guitariste de Negative Plane Edward Miller. Le but : « obtenir quelque chose de lourd avec une voix atmosphérique. » Objectif atteint d’un point de vue stylistique sur Three & Seven, réalisation de longue durée parue une paire d’années auparavant. Son successeur est la manifestation d’une autre ambition.

En réponse à un carillonnement liminaire faisant penser à celui qui ouvrait Only Theatre of Pain de Christian Death, résonnent un arpège et une mélopée délicate, avant qu’un riff sabbathien achève de planter le décor dans une réverbe généreuse mais pas aussi consistante que chez Negative Plane. Les trois membres d’Occulation créent un paysage sonore plus tendre que chez le groupe principal de son guitariste, avec qui Butler a collaboré pendant l’enregistrement de Stained Glass Revelations sorti en 2011. Le chant de la chef de bande, fervent, déclamatoire mais jamais outré, donne au recueil une coloration singulière et envoûtante. Il est le complément idéal aux riffs heavy et aux brusques embardées que la jeune femme mène, littéralement, à la baguette, puisque la talentueuse musicienne occupe également le poste de batteuse.
Si les motifs concoctés par le trio font parfois penser à Candlemass, le propos musical est loin de se cantonner à un doom traditionnel, et encore moins monolithique, tant les accélérations sont nombreuses, que ce soit sur l’inaugural "The First of the Last" et celle, digne de Judas Priest qui secoue "The Place Behind the Sky". Tous les compositions offrent leur lot de surprises, même celles dont le thème se révèle un demi-cran en dessous en terme d’accroche, tels "Laughter in the Halls of Madness" et "The Dream Tide" au groove évoquant Mercyful Fate ou le théâtral "Forever Hereafter" vivifié par de soudains changements d’allure. Rehaussés par des solos tout en feeling et justement dosés, les morceaux sont bonifiés par les fragiles imprécations de Viveca Butler qui, de « sa voix, lointaine, et calme, et grave » - bon, pas trop grave non plus vu l’étroitesse de sa tessiture - contribue à leur conférer une aura énigmatique.
L’occultisme développé par les New-Yorkais est avant tout une affaire d’ambiance, rappelant une nouvelle d’Edgar Allan Poe, à l’image de "All Hallow's Fire", version aimable mais ardente de ce que peuvent proposer leurs sombres homologues de The Devil's Blood. La chanson-titre constitue un point d’orgue idéal, lancé par une mélodie comme venue d’un rêve à laquelle succèdent tour à tour une scansion portant une ligne de chant formidable, une brusque accélération, un solo en descente vertigineuse, une basse a capella, un intermède onirique à la six-cordes faisant songer à une version metal de Cocteau Twins, une séquence speed et une conclusion irisée d’orgues tragiques. Une merveille, qui donne envie de réécouter l’album depuis le début, encore. Et encore.


Fervente, imprévisible, puissante, Silence in the Ancestral House est une œuvre qui ensorcelle. Son emprise, inexorable, se déploie au fil d’incantations exaltantes que psalmodie une créature semblant surgir d’un royaume de chimères. Courses effrénées et lourdes sentences la tissent d’un voile à la fois épais et vaporeux, instaurant une instabilité délicieuse que transcende une inspiration de haute volée.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4