19289

CHRONIQUE PAR ...

124
Shamash
Cette chronique a été mise en ligne le 05 août 2023
Sa note : 17/20

LINE UP

-Shelby Braden Lermo
(chant+guitare)

-Steve Peacock
(chant+basse)

-Justin Ennis 
(batterie)

TRACKLIST

1) Cephalophore
2) Fractional Fortresses
3) Saccades

4) Flesh Propulsion
5) Astranumeral Octave Chants
6) Coagulation of Forms
7) Larynx Plateau
8) Cultus Quadrivium

DISCOGRAPHIE

Anthronomicon (2023)
Helionomicon (2023)

Ulthar - Anthronomicon
(2023) - death metal black death - Label : 20 Buck Spin



Depuis sa création en 2014, Ulthar n’a eu de cesse de proposer une musique puissante et racée, avec deux albums dont les qualités ont été vantées à travers le monde. Il serait d’ailleurs de bon ton que je trouve le temps de vous parler de ces deux œuvres ayant permis à la formation de se forger une solide réputation. Il me faudra cependant, comme tant d’autres, débuter mon propos sur Ulthar avec leurs sorties de cette année. Oui, vous avez bien lu. C’est une sortie simultanée de deux albums qui marquera la cuvée 2023 du trio.

Après avoir longtemps réfléchi sur laquelle des sorties allait avoir l’insigne honneur d’être chroniquée en premier, me demandant si je n’allais pas faire un écrit unique pour ces deux enregistrements, j’ai finalement opté pour un bon vieux pile ou face. Anthronomicon passera donc sous le feu de la critique avant son jumeau. De prime abord un disque au format des plus classiques : quarante minutes pour huit morceaux. Musicalement pourtant, les États-uniens n’ont pas décidé de simplifier leurs propos. Le death black est toujours de mise, mais dans une version quelque peu alambiquée. Il vous faudra donc fournir une attention toute particulière pour déceler la richesse de cette œuvre. En effet, sans chercher l’inédit, Ulthar parvient une fois de plus à offrir un mélange assez détonnant de black étrange et de death somme toute assez technique. De cette union assez inhabituelle naissent des titres qui ont de quoi surprendre et attirer les plus aventureux.
Les chants de Steve Peacock et Shelby Lermo alternent entre growls bien graves et parties plus criardes, offrant ainsi une variété bienvenue. Ils dosent savamment leurs interventions pour offrir une prestation réellement convaincante. Et subliment le propos musical déjà très abouti. Sur Anthronomicon, l’auditeur se voit infliger un voyage dans des contrées aux sonorités puissantes dans lesquelles les mélodies sont malgré tout très présentes. L’écoute de "Saccades", par exemple, montrera tout le savoir-faire de la formation en la matière. Ce morceau pourrait en fait servir d’appartement-témoin, toute la panoplie d'Ulthar y étant condensée. On navigue en effet entre riffs mélodiques agréables et parties plus brutales et lourdes, sans oublier quelques passages plus techniques. Si vous êtes happés par ce titre, nul doute que le reste de l’album sera à votre convenance.
Du temps, il en faudra pour bien assimiler toutes les finesses du discours des Nord-Américains, qui s’amusent au gré des huit pièces à tisser une ambiance sombre, complexe, sans forcément chercher à ébahir par trop de démonstration qui rendrait le tout stérile. Le travail sonore est quant à lui excellent et saura ravir les amateurs d’extrêmes, frileux devant trop de modernité. L’on songera parfois à Tomb Mold pour les parties les plus death, mais également à Blood Incantation et à ses riffs sophistiqués. Vous l’aurez saisi, la production ne cherche pas à sonner trop moderne et impersonnelle. Les très puissants "Coagulation of Forms" ou "Fractional Fotresses" impressionneront par leur virulence assumée. Pour autant, les quarante minutes du recueil ne seront pas de tout repos et exigeront une concentration pour être appréciées à leur juste valeur.

Ulthar frappe donc un grand coup avec cette première (ou seconde, cela dépendra de quel côté est tombé votre pièce) partie. Anthronomicon est une réalisation aux qualités indéniables, complexe, puissante et à la personnalité affirmée. Chaudement recommandée aux amateurs de black death étrange et intelligent.





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2