19235

CHRONIQUE PAR ...

21
Wineyard
Cette chronique a été mise en ligne le 04 mai 2023
Sa note : 16/20

LINE UP

-Niklas Kvarforth
(chant)

-Tor-Helge Skei aka Cernunnus
(guitare)

-Vesa Wahlroos aka Kalmos
(basse)

-Rainer Tuomikanto
(batterie)

TRACKLIST

1) As Seen Through the Eyes of the Prophet
2) Det Som en Gång Var (det kommer aldrig igen)
3) Länge Leve Den Ansiktslöse Mördaren
4) Din Skördetid är nu Kommen
5) Parallellt Dubbelliv

DISCOGRAPHIE


Høstsol - Länge Leve Döden
(2023) - black metal Suicidal et noir assez classieux - Label : AvantGarde Music



Décidément, je n’arrive que rarement à trouver mon bonheur dans les promos reçus par les Eternels. Et pourtant ce Høstsol est bien né au début de cette belle année 2023 riche en sorties et découvertes pour moi. Avec le recul, j’ai pas mal chroniqué par rapport à mes habitudes. Ici, il s’agit, « encore » me direz-vous, d’un hasard qui n’en est pas un car issu d’un algorithme lié à mes dernières écoutes. Si je vous disais la vérité et que mes dernières écoutes sont Aile-P de Zazie, Memento Mori de Depeche Mode, et le Árstíðir Lífsins que je viens de chroniquer, il faudra en conclure que les algorithmes remontent loin ou qu’ils sont bidons. Ou alors que mon quatrième shot de Pfizer m’a définitivement connecté spirituellement à Big Brother en plus d’améliorer la transparence de ma 4G+ et de mon abonnement à Netflix. En vrai, mon écoute de Høstsol est un bout. J’ai fini l’écoute d’un des albums suscités, et Länge Leve Döden a commencé dans l’indifférence, jusqu’à ce que j’arrête ce que j’étais en train de faire et que je me dise à moi-même : « Hmmm, mais ch’est bon cha » - Oui, je mangeais un bout de pain.

Dans le line up, (presque) tout le monde connaît Niklas Kvarforth. Si, mais si, enfin, ça va vous revenir. Shining (le Suédois) cela vous dit quelque chose ? Kvarforth en est l’âme torturée, remplie de joie, d’allégresse et d’envie de vivre tant de fois soulignées sur V- Halmstad ou Angst. Sa présence n’est, je vous l’accorde, pas un gage de qualité si l’on s’en réfère à sa collaboration médiocre avec Bethlehem (Onielar a fort heureusement redressé la barre dans toutes les acceptations de l’expression). Le plus intéressant (pour moi, je préfère préciser) est aussi la présence de Vesa Wahlroos aka Kalmos, et Rainer Tuomikanto, respectivement bassiste et batteur d'Ajattara. Pour compléter la « scandinavophonie », après le Suédois et les deux Finlandais, il ne manquait qu’un Norvégien, qui n’est autre que Tor-Helge Skei aka Cernunnus, le guitariste et claviériste historique de Manes. Les all-star bands n’accouchent pas toujours de musiques en rapport avec leur statut, mais parfois cela fonctionne très bien, Bloodbath ou Dold Vorde Ens Navn pour les exemples qui me viennent rapidement à l’esprit.
Comme je le présageais en « découvrant » le groupe, celui-ci pratique un black très stylé, bien produit, très sombre (pas autant qu’Ajattara dont le growl enlève encore une octave à cette noirceur), et assez suicidaire comme la présence de Kvarforth pouvait le laisser présager. La tendance rythmique générale est plutôt mid-tempo, sans pour autant interdire les montées rapides. "Länge Leve Den Ansiktslöse Mördaren" commence comme un titre ambiant avant que le suédois « roulé » par Kvarforth et le riff sépulcral ne débutent en mid-tempo lourd et morbide, très à l’image de ce dont fut capable Shining, le tempo ralenti ne se faisant pas au détriment de l’agressivité. Même si, et sans surprise, l’ensemble sent bon le Shining d’antan, le titre d’entrée "As Seen Through the Eyes of the Prophet" recèle une magnifique intro faite de chœurs et d’un riff Katatonien, à l’ancienne également, celle de la belle époque du black dépressif, rehaussé du chant écorché de Kvarvorth. Notez que "Det Som en Gång Var (det kommer aldrig igen)" n’est pas du tout une reprise de Burzum, je ne sais même pas si c’est un clin d’œil tellement c’est différent.


L’inspiration me quitte au moment de conclure, je me sens une âme de Jean-Claude Dusse, maintenant. Pourtant, il n’y a pas de perdant ici, cet album aux longs titres mérite une écoute attentive qui révèlera des riffs puissants, une noirceur certaine et une voix connue mais collant si bien à l’ensemble. Länge Leve Döden s’adresse bien évidemment aux amateurs du Shining des meilleurs moments, mais pas seulement car le fond sonore est tout de même différent sur bien des aspects. Moins torturé vocalement, moins suicidal aussi, Kvarforth ne semble pas seul sur le bateau, et c’est tant mieux.





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3