19192

CHRONIQUE PAR ...

97
Winter
Cette chronique a été mise en ligne le 11 mars 2023
Sa note : 15/20

LINE UP

-Mathias Lillmåns
(chant)

-Timo Kontio
(guitare)

-Teemu Saari
(guitare)

-Antti Simonen
(claviers)

-Pyry-Matti Hanski
(basse)

-Kauko Kuusisalo
(batterie)

TRACKLIST

1) As in Gardens, So in Tombs
2) The Collector and His Construct
3) Within Fire and Crystal
4) Carried on Lead Wings
5) Link törnen genom kött
6) Cloud Heads
7) Wine into Water 
8) Inverse Magnification Matrix
9) The Earth Canvas
10) Ambivalent God

DISCOGRAPHIE


...And Oceans - As in Gardens, So in Tombs



Oslo. Minuit. Aux portes du Khaos666 Nightclub.
-Ah désolé Messieurs, c’est réservé aux habitués.
-Écarte-toi, manant ! Nous sommes les Dimmu Borgir ! Nous sommes venus voir Angelina. Il paraît qu’elle a des vers sur le visage.
-Les Dimmu Borgir ? Rigolez pas, ils sont là-bas au fond !
-Non, ça c’est Epica !
-…
-Vitt… je veux dire : Helvete! Tu vas nous laisser passer ou quoi ? Ou Shagrath va te faire une descente de claviers dont tu vas te souvenir ! Pas vrai, Shagrath ?

-Pfiou, les gars, on a eu chaud ! Teemu, ta sacrée manie de jurer a failli nous coûter cher ! Et ton accent norvégien... on a fait mieux ! Allez, on récupère Angelina et on se tire ! Punaise, il fait sombre ici !
-Timo, tu ne vois pas la lumière ?
-Non ! Non !


J’essaye le temps d’une intro de faire revivre "Angelina: Chthonian Earth: Her Face Forms Worms" mais l’un des titres phares de l’étonnant et cybernétique Cypher appartient bien au passé. Figurez-vous que depuis leur retour aux affaires, les …And Oceans sont rentrés dans le rang. Finis les bidouillages électroniques et autres arrangements futuristo-nawakiens. Les quelques traces que l’on écoutera de-ci de-là sur As in Gardens, So in Tombs tiennent de la vague réminiscence. Non, l’originalité, c’est fi-ni ! Il y a d’abord eu un Cosmic World Mother costaud mais pas folichon, et maintenant nos artistes finlandais se sont mis en tête de rendre hommage à Dimmu Borgir, tel un Caladan Brood imitant Summoning. Ceux qui, comme Saint Thomas, veulent juger sur pièce n’auront qu’à écouter le début de "Cloud Heads" ou les montées/descentes de claviers d’ "Inverse Magnification Matrix" pour s’en convaincre. Plutôt inattendu venant d’un groupe qui, certes, n’a jamais accédé au rang de cador de la scène extrême, mais qui est doté tout de même d’une certaine notoriété underground et d’une solide discographie. C’est… original. Donc l’originalité, ce n’est pas fini… Enfin si…
Le sixième effort des Finlandais est exclusivement constitué de titres ayant eu leur place sur Spiritual Black Dimensions ou Puritanical Euphoric Misanthropia, champ sémantique des titres inclus. C’est donc bien ce que je vous disais : ce n’est pas original ! Est-ce au moins bon ? Les plus avisés des lecteurs auront relevé ma référence à Caladan Brood, qui a enfanté le meilleur album de Summoning-like black metal. Ce n’était pas un hasard… Car oui, As in Gardens, So in Tombs est bon. Très bon par moments, un peu moins intense lors de certains titres plus dispensables, mais l’hommage se situe au niveau attendu, à savoir assez haut. Quelques morceaux s’avèrent même sacrément épiques et jouissifs comme "The Collector and His Construct" aux phrasés de guitares sentant bon l’epicness, donc, le magistral "Cloud Heads" ou "Wine into Water" et son refrain emprunt d’une certaine tristesse. Pour le reste, on retiendra l’agressivité sauvant un "Likt törnen genom kött" un peu bancal et la conclusion mélancolique d’ "Ambivalent God". Résultat des courses : vu que Dimmu s’est tourné vers des horizons plus… colorés et que la place est libre, …and Oceans pourrait bien se battre avec Necronautical pour récupérer le trône vacant. Mais quelque chose me dit que le combo nordique va encore changer son fusil d’épaule pour sa prochaine sortie…


…And Oceans signe avec hargne et envie une sorte de « Tribute to Dimmu Borgir » fait de compositions propres qui arrivent plus d’une fois au niveau des bons crus de Dimmu. As in Gardens, So in Tombs garantit au nostalgique de la période fin des nineties, début des années 2000 de la formation norvégienne, de passer un bon moment. Pas sûr qu’Angelina approuverait, mais c’est comme ça…





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3