19178

CHRONIQUE PAR ...

115
Djentleman
Cette chronique a été mise en ligne le 11 mars 2023
Sa note : 15/20

LINE UP

-Diego Silva Malaga
(chant)

Mark Mironov
(chant+batterie)

-Vyacheslav "ChocoSlayc" Kavlenas
(guitare)

-Vitalii Molokanov
(guitare)

-Artem Subichev
(saxophone)

Ont participé à l'enregistrement :

-Kaito
(chant sur "Tabidachi")

-Michael Barr
(chant sur "Libertad")

-Chris "CJ" McMahon
(chant sur "UVB-76")

-Lukas Magyar
(chant sur "Demure")

-Adam Bentley
(guitare sur "Gambit")

TRACKLIST

1) イントロ
2) Tabidachi
3) 23
4) Gambit
5) Libertard
6) Temperatura
7) Demure
8) Hangover
9) Mastophobia
10) PVRNHVB
11) p7ay3rS
12) Phoenix
13) UVB-76
14) Jealousy

DISCOGRAPHIE

Sex & Sax (2023)

Shrezzers - Sex & Sax
(2023) - postcore metal prog metalcore saxophone - Label : Gentlepunks Inc.



Shrezzers. Ou, à ses débuts, Shredding Brazzers. Shredding ? Connais. Brazzers ? Connais pas.

Messieurs (ou Mesdames d’ailleurs), j’espère qu’on ne vous a pas perdu en route après cette introduction. Parce qu’il y a autre chose de bien plus excitant à découvrir avec cet album aujourd’hui. Ne faisons pas plus de mystères. Si la formation russe a contracté son nom d’artiste, c’est bien en raison d’un conflit lié au copyright de la société de production canadienne que beaucoup d’entre vous connaissent, qu’ils l’avouent ou non. Les petits filous de Saint-Pétersbourg ont tout de même laissé le « ZZ » en jaune dans leur pseudo. Pas folle la bête. Mais à quoi ressemble-t-elle d’ailleurs, cette bête ? Déjà, on peut noter qu’elle est hybride, la majorité de ses membres venant de Saint-Pétersbourg, mais depuis 2019, sa tête, ou plutôt ses cordes vocales, sont de Lima, au Pérou. Pourquoi sont-ils allés farfouiller à douze mille kilomètres de leur contrée pour trouver la bonne voix ? Vous avez d’excellentes questions, et ça tombe bien, j’ai d’excellentes réponses. En 2019, l’ancien vocaliste Sam Arras arrête sa collaboration avec Shrezzers. Un jeu concours est alors lancé au bout duquel il sera possible de remporter des lots marchandising, si on leur renvoie une cover satisfaisante de l’un de leurs titres. Et à ce petit jeu, n'étant rien d'autre qu’un casting camouflé, c’est le Péruvien Diego Silva Malaga, qui sera l’heureux élu et deviendra le nouveau frontman du groupe.
Une autre particularité à signaler concernant les Russes ? Oui, et c’est principalement ce qui m’a mené à vous écrire cette chronique. Connaissez-vous beaucoup de formations métalliques qui font usage d’un saxophone ? Enfin, pardon : D’UN SAXOPOHONISTE À PLEIN TEMPS. Parce qu’on les voit venir les petits filous qui vont vous citer moult formations ayant fait appel à un saxophoniste le temps d’une piste ou même d’un solo. Mais ça, ça ne compte pas. Non, je vous parle plutôt de groupes comme les proggeux d'Ever Forthright, et Klone ou les blackeux de White Ward, Shining (les Norvégiens), ou encore Arketh. Ce sont, à ma connaissance, les seuls qui peuvent s’en targuer, en 2023. Ne peut donc être inclus à cette liste le duo britannique de T.R.A.M, qui évolue plutôt dans un style rock, ni même les Américains de Rivers Of Nihil qui nous ont pondu deux albums sur quatre, dans lesquels intervient un saxophoniste sur quelques pistes. C’est bien tenté, mais pas suffisant. Car sur Sex & Sax, Artem Subichev intervient sur TOUTES les chansons (bon ok, pas dans l’intro électro "イントロ" digne d’une bonne publicité YouTube, mais allez-vous vraiment chipoter ?). Et a contrario des précédents artistes cités, l’apparition et le jeu du cuivre se font dans une optique joyeuse, ce qui est rare, le saxophone ayant une grande tendance à apporter une touche de mélancolie tirant vers la tristesse superficielle ou profonde. Ici, on sent nettement une vibe guillerette et enjouée, que cela soit dans les soli, ou dans les quelques accompagnements.
Et c’est tout à fait cohérent avec l’ambiance générale qui se dégage de l’album, et a fortiori de Shrezzers. Si vous vouliez de la musique sérieuse et engagée, repassez plus tard. Si vous avez besoin d'un point de repère, les ressortissants du pays de Vladimir boxent dans la même catégorie que les Français d’Ultra Vomit, les Américains de Falling In Reverse ou encore les allemands d’Eski…Electric Callboy. De la déconne pure et simple. Il suffit de s’en référer à leur clip, au refrain de "Tabidachi" ou aux samples complètement décalées à la fin de "PVRNHVB" pour le constater. Au passage, les paroles sont assez banales quand elles ne sont pas creuses, concurrençant sans vergogne ce que vous entendrez sur les radios mainstream de nos jours. C’est sûrement le but recherché et assumé, avec des titres frôlant l’essence même de Palisades ou Issues, comme "23", "Gambit", "P7ay3rS" ou encore "Libertad", "Jealousy" et "Temperatura". Ces trois dernières sont d’ailleurs partiellement (ou entièrement pour la dernière) scandées en espagnol. On peut imaginer qu’une certaine liberté a été laissée à Diego Malaga pour se faire un petit kiff, le Péruvien s’étant même octroyé le droit de disséminer des petites notes de r’n’b et de reggaeton. Un futur tube de l’été en puissance. Et si vous vous demandiez, oui, il y a bien du metal dans tout ça. Shrezzers a fait appel à une moultitude de featurings pour contrebalancer et équilibrer les débats avec la voix claire de Diego Malaga, en allant chercher entre autres, Lukas Magyar (Veil Of Maya), Michael Barr (Volumes) ou CJ McMahon (Thy Art Is Murder). Des gens qui ne font pas dans la dentelle en somme. On notera aussi les influences sonores de Change Of Loyalty dont sont issus les deux guitaristes, Kavlenas et Molokanov, dans la percussion des riffs de "Tabidachi", "Mastophobia" et "Phoenix". Enfin, cerise sur le gâteau pour les fans d’Animals As Leaders, écoutez "UVB-76" pour vous laisser conquérir.


Si vous aimez les groupes qui ne se prennent pas au sérieux et qui l’assument totalement, comme Electric Callboy, je ne vois guère comment vous pourriez ne pas adhérer au concept des Russes de Shrezzers. Si en plus, vous aimez l’originalité et donc la présence d’un saxophone pour ajouter une touche encore plus décalée, je ne peux que trop vous recommander de vous aventurer sur ce Sex & Sax, qui contient en effet du Sax mais beaucoup moins de Sex que le laissait envisager la pochette. Et ça n’est pas grave, vraiment.





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7