19141

CHRONIQUE PAR ...

132
Eudus
Cette chronique a été mise en ligne le 17 janvier 2023
Sa note : 15/20

LINE UP

-Tobias Sammet
(chant+basse+claviers)

-Sasha Paeth
(guitare+claviers)

Ont participé à l'enregistrement:

-Ralf Scheppers
(chant sur 2)

-Floor Elisabeth Maria Dahl-Jansen
(chant sur 3 et 5)

-Michael Kiske
(chant sur 4 et 11)

-Jørn Marumsrud Lande
(chant sur 6 et 11)

-Paul "Ronnie Atkins" Christensen
(chant sur 7)

-Robert Adrian "Bob" Catley
(chant sur 8)

-Eric Lee Martin
(chant sur 9)

-Jeffrey Wayne "Geoff" Tate
(chant sur 10)

-Oliver Hartmann
(chœurs+guitare)

-Ina "Morgan" Morgenweck
(chœurs)

-Herbie Langhans
(chœurs)

-Michael Rodenberg
(claviers)

-Felix Bohnke
(batterie)

TRACKLIST

1) Welcome To The Shadows
2) The Wicked Rule The Night
3) Kill The Pain Away
4) The Inmost Light
5) Misplaced Among The Angels
6) I Tame The Storm
7) Paper Plane
8) The Moonflower Society
9) Rhymne And Reason

10) Scars
11) Arabesque

DISCOGRAPHIE


Avantasia - A Paranomal Evening With The Moonflower Society
(2022) - metal symphonique power metal Opera Metal - Label : Nuclear Blast



Après un Moonglow très décevant, Toby et son projet Avantasia sont de retour avec (prenez votre respiration) A Paranomal Evening With The Moonflower Society. Le style ne change pas, Sammet poursuit avec son power mélodique et symphonique loin des Metal Opera (les fans de la première heure continueront de cracher au visage de l'Allemand donc). Pourtant, ce nouvel effort se révèle bien supérieur à son prédécesseur.

La recette reste pourtant la même, les amis fidèles de Tobias sont de la partie. Jørn, Kiske, Tate, Atkins, Catley, Martin. La structure est identique. Un titre d'ouverture chanté en solo par Sammet ("Welcome To The Shadows", mystique et plutôt réussi, qui colle parfaitement au thème de l'œuvre), un tube en puissance ("The Wicked Rule The Night" avec Ralf Scheppers au chant), une guest féminine (Floor ici), la ballade sirupeuse ("Paper Plane"), le hit power avec Kiske ("The Inmost Light"), le tube qui lorgne sur l'AOR avec Martin ("Rhymne And Reason") et une épique ("Arabesque"). Une structure copie carbone des deux dernières œuvres (le génial et incompris Ghostlight et donc Moonglow).
Mais alors, qu'est-ce qui change me direz vous ? L'inspiration et l'implication tout simplement. Le point faible principal de Moonglow résidait dans la bouillie formée par les compositions interprétées par les invités habituels. Sur ce nouvel effort, on retrouve l'âme de ce qui fait Avantasia : des guests qui apportent une plus value aux morceaux. Ainsi, si les rares réussites de Moonglow étaient le fait d'invités ponctuels (Hansi, Mille), c'est tout l'inverse sur A Paranomal Evening With The Moonflower Society. On retrouve un trio particulièrement réussi avec "The Inmost Light" qui replace Kiske au centre du village, "The Moonflower Society" fait briller Catley et "Rhymne And Reason" est absolument génial avec un Eric Martin enfin concerné. Ces trois occurrences ont tout pour cartonner en live.
Si quelques fillers se glissent sur cette nouvelle proposition (je pense qu'on ne peut plus espérer que Sammet affine ses propos malheureusement) à l'instar de "I Tame the Storm" et surtout "Scars", les autres titres ne sont pas en reste. Bien que loin de certains morceaux de légende du combo ("The Seven Angels", "The Scarecrow", "Let The Storm Descent Upon You"), "Arabesque" est une épique efficace (bien qu'opportuniste en y intégrant des sonorités celtiques, oui c'est la mode). On note également un apport bienvenu de Floor sur la Nightwish-like "Kill The Pain Away" mais surtout sur la mid-tempo "Misplaced Among the Angels". Sammet a longtemps teasé sur les réseaux sociaux ce nouvel effort, le vantant comme le plus abouti à ce jour. On en est loin, mais, A Paranomal Evening With The Moonflower Society est tout de même une belle surprise, plus équilibrée et plus efficace que Moonglow, The Mystery Of Time ou The Wicked Symphony.


A Paranomal Evening With The Moonflower Society est un bon album d'Avantasia qui aurait pu être très bon, si Tobias se décidait enfin à éditer ses œuvres. Les cinquante-trois minutes paraissent légèrement trop longues. Rien que la suppression de "Scars" lors d'une écoute rend l'album plus costaud. Mais l'Allemand est comme il est, accompagné de ses acolytes de toujours. Alors ne boudons pas notre plaisir car A Paranomal Evening With The Moonflower Society fonctionne réellement et il serait dommage de passer à côté.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2