19098

CHRONIQUE PAR ...

124
Shamash
Cette chronique a été mise en ligne le 04 décembre 2022
Sa note : 17/20

LINE UP

-Justin DeTore
(chant+batterie)

-Derrick Vella
(guitare+basse)

A participé à l'enregistrement :

-McKenna Rae
(chant)

TRACKLIST

1) Entrance
2) Adorned in Lies
3) In Cipher I Weep
4) The Needful
5) Dream Unending
6) Forgotten Farewell
7) Tide Turns Eternal

DISCOGRAPHIE


Dream Unending - Tide Turns Eternal
(2021) - doom metal doom death onirique - Label : 20 Buck Spin



La pandémie de Covid aura durablement marqué les populations, les artistes ne faisant pas exception à la règle. Bloqués chez eux, certains ont profité de ce temps loin des autres pour mettre sur pied des projets qui n’auraient peut-être jamais vu le jour dans un autre contexte.

Dream Unending est de ceux-là. Il s’agit d’une formation née en 2020 réunissant deux musiciens distants géographiquement, mais qui ont eu la volonté de créer ensemble une musique classique et personnelle à la fois. Le duo est composé de Derrick Vella à la guitare et à la basse (échappé un temps de Outter Heaven et Tomb Mold) qui s’est adjoint les services de Justin DeTore, au chant et à la batterie, alors en pause avec Sumerlands et Innumerable Forms. Il faudra attendre le mois de novembre 2021 pour que ce projet aboutisse, une fois la totalité de Tide Turns Eternal enregistrée, au Canada et aux Etats-Unis. Une courte introduction plonge l’auditeur dans le monde du duo, qui se veut vaporeux, puissant et générant de multiples émotions. Les guitares mélodiques sont très travaillées, souvent dissonantes, comme pour rappeler l’aspect onirique du propos. Elles sont soutenues par une section rythmique qui alourdit le tout, pour le plus grand plaisir des amateurs de tempi pesants.
Le duo ne souhaite en rien révolutionner un genre qui est codifié depuis des décennies. L’on songera donc rapidement à de grands noms de la scène death doom, notamment les trois formations étendards de Peaceville, qui ont fait les beaux jours du label anglais dans les années 1990. Il faut cependant reconnaître à Dream Unending un talent pour magnifier ce genre, tout en gardant les fondements solides de ce dernier. L’allure peut parfois accélérer, comme sur le final excellent de "In Cipher I Weep", ce qui apporte un peu de variété à un disque qui finalement ne souffre pas de cet écueil. La force des compositions vient en effet des ambiances qu’elles génèrent. Une attention toute particulière a été apportée à la texture sonore, qui permet au groupe de tisser les contours d’un rêve embrumé et esthétiquement réussi. Ou comment sur "The Needful", une mélopée bien sentie vient prendre l’auditeur aux tripes, pour l’emporter vers de mélancoliques contrées. Froid et beau à la fois, ce passage viendra se graver durablement dans la tête de l’auditeur.
Derrick Vella a laissé libre cours à son imagination, se permettant d’élaborer des parties mélodiques qu’il ne peut exprimer chez Tomb Mold et Outter Heaven. Le court interlude "Forgotten Farewell" suivi du début de "Tide Turns Eternal" montrent tout le savoir-faire du Canadien. Nous voilà plongés dans un univers nébuleux, reposant parfois, comme sur une grande partie de "Dream Unending", tumultueux à d’autres moments. Les vocaux de Justin DeTore sont parfaitement exécutés et somme toute assez conformes à ce que le style suggère. Ils n’en sont pas moins profonds et une partie finalement essentielle de l’entité Dream Unending. Son jeu de batterie, simple mais efficace, finira de polir ce diamant sonore. Il faut en effet le rappeler encore et encore. Ce premier album montre tout le talent de ses géniteurs, capables de créer des titres à l’aura prenante, comme point de départ à un voyage imaginaire des plus appréciables.


Un album de très bonne facture, avec des pièces qui ne trahiront pas l’esprit des grands anciens, tout en apportant une touche onirique très personnelle. Voilà en quelques mots ce à quoi vous devez vous attendre à l’écoute de Tide Turns Eternal, qui deviendra à n’en point douter un des grands disques du style. Fermez les yeux, prenez une grande inspiration et laissez-vous bercer. Vous ne le regretterez pas.





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3