19084

CHRONIQUE PAR ...

97
Winter
Cette chronique a été mise en ligne le 19 novembre 2022
Sa note : 16/20

LINE UP

-Marc "Ickx" Heyndrickx
(chant+claviers)

-Peter Bonne
(claviers)

Ont participé à l'enregistrement :

-Iben Larssen
(chœurs sur "Into the Burning Hole")

-Peter Meyvaert
(guitare sur "Backlash" et "The Parallax View")

-Kevin Joseph Mulligan
(guitare sur "The Parallax View")

-Fedzjean Venvelt
(guitare sur "Kiss of Fury")

TRACKLIST

1) Backlash (Remix)
2) Crimewave
3) Cold War in the Brainbox
4) The Parallax View
5) Crash Course in Seduction
6) Into the Burning Hole
7) Kiss of Fury
8) Firewalker
9) Fire

DISCOGRAPHIE

Kiss of Fury (1990)

A Split-Second - Kiss of Fury
(1990) - electro - Label : Antler Records



-  Docteur, j’ai tellement envie de retrouver mes jeunes années. Les eighties, c’était tellement merveilleux ! Prescrivez-moi de l’eau de jouvence et un voyage dans le temps !
-  J’ai encore beaucoup mieux que ça…
« Lay back and join, lay back and join, come on and join in the parallax view! »
-  Docteur, vous êtes un mage ! Vous êtes ok, vous êtes bath, vous êtes in !


Précaution d’utilisation : l’abus de Kiss of Fury peut provoquer des effets indésirables comme la perte de repères temporels, l’abus de citation des Inconnus, des Bronzés ou du Père Noël est une ordure. Musicalement parlant, il peut causer des hallucinations. Kiss of Fury n’est pas enregistré dans les eighties, vu qu’il date de 1990, mais on s’en fout : l’identification va beaucoup plus loin, Kiss of Fury EST les eighties. Les eighties vues depuis l’Electro Body Music, mais les eighties quand même. Quatrième œuvre d’un duo belge ayant forcément écouté leurs compatriotes de Front 242, cet album ne passera jamais à la postérité, et pas sûr que beaucoup de personnes s’extasient encore dessus, ce qui est fort dommage. Le son, un peu cheap, les guitares, dont la fausseté donne à tout fan de blues rock l’envie de se crever les tympans avec un thermomètre rectal correctement affuté… c’est tout simplement vintage. Si vous n’êtes pas capable d’apprécier ça, c'est que contrairement au docteur, vous n’êtes ni ok, ni bath, ni in.
Personnellement, je me vautre tant et plus dans cet électro un brin putassier, m’exalte au son des claviers de l’excellent "The Parallax View", qui tient autant de l’EBM que d'Images. Je m’exalte avec "Crimewave", à l’ambiance dark-dancefloor et frémis en entendant les chœurs fantomatiques de l’hypnotisant "Firewalker". Et quand résonnent les premières notes du titre éponyme, incorporant quelques éléments à la Fields of the Nephilim, je suis en joie. Toutes les compositions mentionnées ci-dessus sont goûtues comme elles seules, et même si tout n’est pas de cet acabit, le court LP s’écoute d’un trait. Alors, non, A Split Second n’a rien inventé, "Into the Burning Hole" sonne même plus Front 242 que Front 242. L'évocation de Crowley sur "Cold War in the Brainbox" ne suffit pas à conférer de la puissante magie au titre, "Crash Course in Seduction" s’avère un peu plus fade, mais rien à faire : le feeling est là. Kiss of Fury possède un charme fou. Kitsch et fou.

Kiss of Fury est l’album le plus facile d’un groupe assez facile d’accès, tout au moins pour tout (vieil) amateur de sonorités électro eighties. Et vous savez quoi ? C’est parfait comme ça ! Ne parcourez plus le multivers à chercher des trous de ver impraticables (s’ils l’étaient, nous serions envahis de touristes du futur, non ?). Optez pour la solution A Split-Second. Pas d'utilisation prolongée sans avis médical.






©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5