19083

CHRONIQUE PAR ...

106
Belzaran
Cette chronique a été mise en ligne le 20 novembre 2022
Sa note : 14/20

LINE UP

-Ben Flanagan
(chant+basse)

-Mark Engles
(guitare)

-Chris Robyn
(batterie)

TRACKLIST

1) Chasms
2) Super Deluxe
3) Nothing Over Me
4) Capture the Flag
5) Madness
6) Witching Hour
7) Left for Dead
8) In the Wires
9) Burnout (Do You Mind?)
10) Melodoria

DISCOGRAPHIE

Melodoria (2022)

Black Map - Melodoria
(2022) - rock avec quelques accents metal discrets - Label : Minus Head



J’ai découvert Dredg sur le tard. Tombé en amour avec ce groupe, leur séparation - bien que déjà lointaine - m’a fortement frustré. Je me suis alors lancé dans la recherche de groupes similaires et suit tombé logiquement sur Black Map, une formation où officie Mark Engles, l’ancien guitariste de Dredg. Cela m’a d’ailleurs permis de faire connaissance avec Ben Flanagan, le chanteur de Black Map, dont les groupes précédents The Actual ou The Trophy Fire ne manquent pas d’intérêt. Mais trêve de digressions, intéressons-nous au groupe californien du jour qui nous gratifie ici de leur troisième album, Melodoria. Au moins, il existe encore !

Black Map est un trio rock classique. Si le côté Dredg est avant tout porté par le pedigree de Mark Engles et par le timbre de voix de Ben Flanagan (assez proche de celui de Gavin Hayes), leur musique est assez différente. Ils jouent un rock alternatif teintés d’influences metal. Il n’est pas rare en effet qu’un gros riff ne vienne faire son apparition ("Witching Hour", "Super Deluxe"). C’était encore plus le cas sur les albums précédents. Peu à peu, la formation californienne s’assagit. C’est dommage, car on sent parfois le groupe le cul entre deux chaises, ne sachant pas trop choisir entre une musique pêchue et une musique plus délicate. Les morceaux en souffrent parfois un peu. On aimerait que certains s’agitent plus, frappent l’auditeur davantage. Au moins, cela a le mérite de varier l’ensemble. Cependant, étant donné le timbre du chanteur, on le sent plus à l’aise dans les morceaux posés et doux. Le chant est primordial chez Black Map et constitue un point fort indéniable. La voix est belle et ses mélodies réussies, efficaces ou touchantes, c’est selon.
Black Map étant un trio, il souffre parfois des limites intrinsèques à cette formation. Dans les moments les plus lourds et agressifs, la basse et la guitare fusionnent. Même chose lors de certains refrains tout en accords saturés. Il manque alors un petit truc, une guitare en plus, un synthé, un piano… Le groupe utilise des arrangements très simples et parfois on souhaiterait en avoir plus. L’ensemble mériterait plus d’ampleur. D’ailleurs, les chansons fonctionnent toujours davantage quand la guitare se fait aérienne et laisse le spectre grave à la basse. La musique devient alors plus profonde. Plus riche. Elle gagne en ambiance également. Si les chansons sont globalement réussies, avec une belle qualité d’ensemble, il manque des morceaux pour complètement nous emporter. Seule "Nothing Over Me" est un véritable tube. La musique du groupe est toujours bonne, voire très bonne, mais rarement géniale. C’est dommage car le potentiel est là. Peut-être que les membres du groupe ont tendance à utiliser systématiquement les mêmes principes et le même son; de sorte qu’une lassitude s’installe. Ainsi, la guitare acoustique est très rare alors qu’elle pourrait apporter un petit plus par moments.


Melodoria est un album agréable à écouter. La voix délicate de son chanteur y est pour beaucoup et saura vous charmer. Mais on aurait aimé davantage d’aspérité ou de folie pour pouvoir pleinement nous emporter. Reste un album de rock sans originalité peut-être, mais plein de bons moments.





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7