19078

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 16 novembre 2022
Sa note : 14/20

LINE UP

-Javier Perera Martin
(chant)

-Rafael Trujillo
(guitare)

-Linus Klausenitzer
(basse)

-Sebastian Lanser
(batterie)

TRACKLIST

1) Under Black Skies
2) Sense of Lust
3) Iconic
4) Bound by Fire
5) Iron Dust
6) I Am
7) Delusion
8) Devotion
9) Nowhere
10) Lake of Afterlife

DISCOGRAPHIE

Iconic (2022)

Obsidious - Iconic
(2022) - death metal metal prog melodeath technique - Label : Season Of Mist



Groupe formé des cendres encore chaudes du split interne d’Obscura, Obsidious n’est rien moins que le rassemblement des chanteur, bassiste et guitariste de la formation germanique. En complément, Linus Klausenitzer joue ou a joué dans tous les groupes de death technique comportant Christian Muenzner. Fatalement, quelle direction ont-ils choisi pour leur prise d’indépendance vous demandez-vous (à tort) ? Attention, sauvage surprise en gestation : du death progressif et technique. Oh putain.

Personne ne s’était préparé à une telle dépressurisation, la déflagration est énorme, les répercussions incommensurables. Attendez, rangez les violons et les effets spéciaux, tout est en fait dans la droite ligne des choses. Que des ex-Obscura fassent du Obscura n’a absolument rien de vitrifiant. Pour l’Histoire, sachez qu’ils font un peu de Alkaloid ("Sense of Lust") afin de valider la thèse (et oui, étonnamment Linus Klausenitzer officie également dans Alkaloid). N’en jetez plus, vous voyagez en terrain tout à fait connu, même si "Iron Dust" fait carrément appel à Hate Eternal version Infernus pour son riff éthéré. Finalement ce qui caractérise Obsidious sera éternellement la basse fretless qui apporte cette rondeur incomparable à l’instrument, d’autant qu’elle est comme de coutume dans ces cas bellement mise en avant.
Sur le plan musical Iconic ne sort vraiment pas des sentiers (a)battus. Du death prog et tech comme leurs anciens compères. Et si le gros chant gras death qui nous accueille initialement laissait espérer, ou craindre, une balance plus en faveur de l’extrême, les sauteries claires excessivement nombreuses font très rapidement comprendre qu’on se veut raffiné ici. En fait, plutôt que death technique, on est tenté d’appeler cette musique metal progressif tant les codes de l’extrême sont dévoyés. Oui bien sûr les blasts ultra soniques sont présents pour la forme et le chant death ne se contente pas de la part congrue. Sauf que les guitares très claires au même titre que la batterie couplées à ce chant cristallin fortement mis en avant veulent pousser les Internationaux (surtout des Allemands) dans la case plus purement progressive du metal.
C’est d’ailleurs presque le problème avec ces groupes techniques récents qui n’assument plus vraiment leurs origines extrêmes, à ne pas vraiment vouloir plonger dans une sorte de heavy prog technique, ils se retrouvent coincés à devoir tartiner leurs compositions de quelques blasts qui sembleraient presque relever du passage obligatoire plus qu’autre chose. Cependant ne vous méprenez pas, le propos demeure enlevé, on ne peut totalement rayer la mention extrême d’une telle musique. De plus les gaillards ayant le passé qui est le leur, l’expérience et la maîtrise instrumentale plus qu’évidente, ils ne se contentent pas de simplement plaquer des accords à la suite en espérant que le tout se tiendra. Il faut reconnaître que l’ensemble garde une cohérence permanente tout comme des accès de mélodies qui, associées au chant clair (trop pour mes chastes oreilles), rendent cet album presque facile à écouter malgré les déluges habituels et espérés de notes.


Iconic ne sera pas iconique, que cela soit écrit. Il peut prétendre à une place honorable dans la hiérarchie des sorties death technique de l’année grâce à une volonté de toujours garder le focus sur une vision musicale du genre en lieu et place de la démonstration stérile qui sévit parfois. N’en attendez pas un album de punk mais une agréable concoction versée dans l’aspect heavy du genre tendance chant clair trop mis en avant (sic).





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3