19077

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 14 novembre 2022
Sa note : 14/20

LINE UP

-Guilherme Henriques
(chant)

-Bruno K.
(chant+guitare)

-Alexandre Ribeiro
(basse)

-Menthor Serpens
(batterie)

TRACKLIST

1) The Bottomless Vast Abrupt
2) Toxin
3) Worm Abysm
4) Fever Fruit
5) Plaguecraft
6) And Bereft
7) Horror Flower
8) Breathe The Ashes
9) Anxious Chaos
10) The Sight Of Nothing
11) Upborne With Indefatigable Wings
12) Thought Trench
13) Khrusopoeiia

DISCOGRAPHIE


Visceral - The Tree of Venomous Fruit
(2022) - brutal death - Label : Raging Planet Records



Nouveauté du paysage extrême portugais, Visceral entend bien se faire rapidement un nom sur la scène, armé de toute l’expérience de ses membres. Pas au niveau d’un supergroupe, on part tout de même sur des gaillards ayant de sérieux passifs dans le genre. Gaerea, Earth Electric, Nightbringer ou Enthroned, voici les formations dans lesquelles officient présentement les membres du groupe. Vient naturellement la question : alors, mouillé ou pas mouillé ? Le pétard je veux dire.

Tout d’abord, sachez que contrairement à ce qui viendrait spontanément à l’esprit, point de black metal ici-bas. Oh bien sûr, le style point imperceptiblement ici et là, mais le vrai socle de The Tree of Venomous Fruit est le death metal brutal. Du genre violent et rapide. Les blasts parfois étouffants de Menthor ne laissent aucun échappatoire (d’ailleurs en vitesse, ils se rapprochent de Archspire par instants). Ce sont donc des accumulations de riffs lourds, tendus qui vous attendent. La basse est fort heureusement présente sur la liste des invités et se fait donc un honneur de valider cette bonne nouvelle par des lignes très métalliques, appuyées et pour tout dire dans les canons standards du death metal d’appellation d’origine contrôle.
Pourtant, tout n’est pas death (ou saupoudré de black metal). Oui les guitares produisent profusion de riffs mortels et même des breaks mid tempo, cependant ce serait négliger leur caractéristique sonore, profondément ancrée dans le grind elle. Alors certes les compositions, si elles ne s’éternisent jamais, ne versent pas dans la vocifération de toutes ses rancœurs envers la société et s’éloignent de fait du genre le plus extrême de la création metal/punk, il n’en demeure pas moins qu’elles portent ce cachet délectable. De toute manière ce qui frappe (au sens littéral du terme parfois) dans cette livraison, c’est sa volonté excessivement active de nous marteler le ciboulot. Le chant lui-même, assuré par Bruno K. de Gaerea, s’emploie à l’agressivité constante et maximale, usant au passage de la technique de Nergal de Behemoth.


Album de peu de concession, The Tree of Venomous Fruit mérite une écoute attentive de la part des amateurs de brutal death du monde entier. L’ouvrage est bien fait, a le goût d’être concis avec ses trente-trois minutes et sans remuer la fourmilière délivre une décharge exutoire de brutalité.





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3