19064

CHRONIQUE PAR ...

124
Shamash
Cette chronique a été mise en ligne le 25 octobre 2022
Sa note : 18/20

LINE UP

-Arif Suhaimi
(chant)

-Nurrasyid "Rasyid" Juraimi
(guitare+basse)

-Vijesh Ghariwala
(batterie)

A participé à l'enregistrement :

-Myra Rena Choo
(violon)

TRACKLIST

1) The Darkest Burden
2) Broken Maze
3) Behind Closed Doors
4) When Talking Fails, It's Time For Violence

5) Your Dystopian Hell
6) Unrecognizable
7) Hatred Transcending
8) Doomsayer
9) Pale Moonlight
10) Seizures

11) Voiceless Choir
12) Grieve
13) Sea Of Disease
14) Noxious Cloud
15) Shattered Faith
16) Desolate Landscapes
17) Spiral Eyes
18) Vicious Circle
19) Weeping Willow
20) All Will Wither
21) Glass Shards

DISCOGRAPHIE

Hiss (2022)

wormrot - Hiss
(2022) - grindcore - Label : Earache Records



Le cas Wormrot est des plus intéressants. Ou comment prouver que dans un style pourtant répandu il est possible de se renouveler encore et encore. Les Singapouriens reviennent aux affaires en 2022 avec un album qui frappe un grand coup dans la fourmilière et risque de faire parler de lui pendant longtemps.

Pour qui n’est pas familier avec le groupe, il semble de bon ton de rappeler que le trio s’évertue depuis sa création à martyriser les tympans de millions d’auditeurs à base de grindcore bien violent. Leurs premiers méfaits, Abuse et Dirge, laissaient entrevoir toute la sauvagerie de la troupe. Leur troisième sortie avait montré que le groupe souhaitait voir sa musique évoluer et devenir plus riche. Quitte à se couper de la frange la plus extrême de ses fans, reprochant à l’ensemble d’être moins brutal, trop aventureux. Pas sûr que Hiss ne les réconcilie avec Wormrot. Le groupe a en effet ici décidé de poursuivre sur les mêmes bases que son prédécesseur, c’est-à-dire en offrant un grind toujours violent, mais un peu plus policé. Le son est monstrueux, mais certainement trop propre pour certains aficionados du genre. Pourtant, n’allez pas croire que les vingt-et-une pièces présentées ici sont une promenade douce et calme. La virulence musicale est toujours de mise, mais le groupe entend une fois de plus, ne pas se limiter.
Aussi, après trente secondes de répit, le trio déboule pour ne plus vous lâcher. Violent, Hiss l’est assurément. Mais dès le deuxième morceau, "Broken Maze", l’on est surpris par l’apparition de vocaux clairs, qui ne sont pas sans rappeler un certain Burton C. Bell de Fear Factory. Des choses étonnantes, comprenez pour un disque estampillé grind, il y en a sur cette galette. Comme ces violons inquiétants sur "Grieve", qui reviennent sur le final de "Glass Shards", apportant des accents post rock qui pourront dérouter les défenseurs de l’authenticité. Wormrot n’en a cure et entend bien faire éclater les limites stylistiques pour accoucher d’un disque riche et varié. Ou comment passer du grind virulent au hardcore en quelques secondes, sur "When Talking Fails, It’s Time Fore Violence!" , tandis que "Your Distopian Hell" et ses guitares soutenues par des blasts n’est pas sans évoquer Converge. Et que dire de "Pale Moonlight" qui avec sa rythmique prenante annonce un "Seizures" au riff simple mais diablement efficace ? Vous l’aurez compris, le trio est au sommet de sa forme et vous offre trente-deux minutes éreintantes mais jouissives.


Hiss est une excellente surprise. Wormrot maîtrise son sujet à la perfection et offre un album qui devrait faire date. Le départ de son chanteur, Arif, laissant le groupe sous la forme de duo peut interroger, voire inquiéter. Mais pour l’instant, ne boudons pas notre plaisir et apprécions l’audace et la violence de cette œuvre, chaudement recommandée.





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1