CHRONIQUE PAR ...

109
S1phonique
le 01 juillet 2014




SETLIST

The Vatican
Kairos
Propaganda
Impending Doom
Manipulation of Tragedy
Convicted in Life
Dusted
Refuse/Resist
Arise
Ratamahatta
Polícia (Titãs cover)
Roots Bloody Roots

AFFILIÉ

Sepultura
Lyon - Transbordeur
(19 juin 2003)
Hellfest (Clisson)
(18 juin 2010)

20 juin 2014 - Hellfest


Sepultura_Hellfest_20140620

Sepoullllttouuurrraaaa Doooo Brrrraaazzzillll. Et voilà ça fait environ un quart d'heure qu'on n'entend plus que ça devant la très fournie mainstage 2. En plus on pourra comparer la prestation de certains morceaux puisque Soulfly est programmé le lendemain cette fois sur la Mainstage 1. En tout cas pour ce début de soirée en ce premier jour de festival, pas mal de monde trépigne et sourit lorsque débute le set.

Cela faisait un bout de temps que le combo n’était pas passé par Clisson et pourtant le groupe n'a jamais été avare de tour bus. Le dernier album plutôt bien accueilli est sorti depuis quelques mois et le passage français de promotion est derrière le groupe. On peut ainsi espérer une setlist mixte et pourquoi pas un peu travaillée. En effet le groupe ne s'est jamais contenté de la jouer en roue libre et vivoter sur les acquis du passé. On commence ainsi le concert par "The Vatican" après de gros emballement à l’applaudimètre, a commencé par Eloy Casagrande, génial et jeune batteur (tiens tiens encore une comparaison avec le cogneur recruté par Cavalera dans Soulfly  :jeune et puissamment doué), fortement acclamé, puis ça va crescendo pour Paulo, Derrik (mais quel géant ! Et depuis qu'il est rasé c'est encore plus impressionnant), et l'ultra acclamé et respecté Andréas Kisser.  Et c'est parti pour la setlist espérée car celle ci brassera le nouvel opus et piochera dans toutes les périodes,en jalonnant bien sûr des bombes comme un "Arise" explosif mais aussi un "Propaganda", joué tôt, très dansé/pogotté. L'ouverture "The Vatican/Kairos" est vraiment maligne car elle met Sepultura au devant et permet de convaincre son public renouvelé depuis des années que le groupe est bel et bien là.
D'ailleurs Derrick se fendra d'une petite explication interprétable par qui veut où « l'on entend beaucoup de merde partout en dehors , mais sur la scène Sepultura est là ! ». « Tu m'étonnes Derrick ! ». Arrivé à "Dusted" le groupe et le public sont tellement chauds que l'on se demande comment tout cela va se finir. Heureusement pour les festivaliers que l'horaire est avancé et que le soleil chauffe un peu moins car la deuxième partie de set appelant les gros missiles vont faire trembler le sol et créer deux paliers de poussières. "Refuse / Resist" puis "aAise" atomisent les cinquante premières mètres de fosses et lorsque débute "
Ratamahatta " c'est jusqu'aux arbres et aux bars que des cercles de danseurs parfois éméchés mais joviaux se forment. Paulo de plus en plus en avant et l'immense Andréas tiennent la ligne lorsque Derrick rejoint Eloy pour une superbe partie de percussion. LA JOIE. Le groupe aurait même pu se passer de "Roots Bloody Roots" tant le set est réussi mais le clou a besoin d'être enfoncé et le punk furieux de "Policia" joué donne l'impression que tout le festival se met à jumper sur l'hymne sépulturien.

Cela faisait quelques années que je n'avais pas vu le groupe. J'étais donc très impatient de les retrouver. Et quelles retrouvailles ! Un set mené et maîtrisé de bout en bout par un quator complet et non partiellement rabiboché comme le disaient les mauvaises langues. L'alchimie est parfaite, le groupe estgénial, les chansons vivent d'année en année. Longue vie à la sépulture. Précipitez vous si Sepultura passe dans votre coin. Festival ou salle, le groupe reste IMMENSE et très agréable à voir en live. 


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2