CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
le 13 janvier 2008




SETLIST

Apes Of God Intro Beneath The Remains/ Inner Self/ Beneath The Remains
Choke
Sepulnation
Mindwar
Under Siege [Regnum Irae]
Attitude
Corrupted
Troops Of Doom
Arise/ Dead Embryonnic Cells
Refuse/Resist/ Territory
Biotech Is Godzilla
Propaganda
Bullet The Blue Sky
Messiah

Rappels:
Roots Bloody Roots
Kaiowas
Come Back Alive

AFFILIÉ

Sepultura
Hellfest (Clisson)
(20 juin 2014)
Hellfest (Clisson)
(18 juin 2010)

19 juin 2003 - Lyon - Transbordeur


Sepultura_Lyon_-_Transbordeur_20030619

Sépoultoura ! Sépoultoura ! Sépoultoura ! Sépoultouraaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa !!! Voici le programme des réjouissances que tout le public réclamera à cor et à cri. On les veut !!! Mais avant ça, il faut une première partie, car un concert sans première partie, c’est un peu comme un chro sans blagues vaseuse, impensable. Et là ce fut Zaccharias (orthographe soumise au doute), groupe de j'sais pas où, mais français apparemment qui suivait Sepultura depuis trois dates (veinards !). Bon, ça a duré un quart d'heure top chrono, le temps pour eux de nous balancer les quatre titres (je crois) de leur démo. Et heureusement que ça ne dura pas plus. J’aime pas cracher sur les jeunes groupes, faut les soutenir, mais là merde, je me suis emmerdé ferme pendant leur set qui fut une sorte de hardcore metal fusion. Le chanteur avait une voix d’écorché limite black, mais vraiment pourrie et les titres en eux-mêmes étaient du bon vieux neo bien nul avec des rythmiques binaires. Zou ! poubelle, on oublie.

SEPOULTOUUUUUURRAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA!!!! Voilà, maintenant il est temps de passer aux choses sérieuses, on est tous venu pour les voir et les entendre, et va bien falloir en découdre. Bon, ils nous font quand même attendre trois quarts d’heure (c’est-y pas mignon ?) et à 21h, le show commence. Ils ouvrent avec une chanson de Roorback, dernier album en date, mais vraiment désolé, je me souviens plus de laquelle (moi et l’ordre ça fait deux) [quel super chroniqueur je fais]. Enfin bref, ils sont enfin là !!!

Perso, j’en peux plus, je m’émoustille de toute part et les premières notes sont le signal de la mise en transe. Première constatation, outre le son correct, Roorback passe diablement bien le test de la scène. Au total ils nous joueront cinq titres de l’album, et force est de reconnaître que la moulinette live lui donne une autre consistance. Là où il paraît mou sur disque, il affole les tympans sur scène et encourage le spectateur à pogoter sans retenue (ce que votre serviteur testa rien que pour vous… au prix d’un explosage d’avant bras et de chevilles au bout d'une minute chrono).

Petit aparté. Je profite de ce paragraphe pour pousser une gueulante contre ces abrutis de lyonnais qui n’ont pas daigné bouger leur cul pour voir Sepultura. En effet, nous ne serons que dans la petite salle du Transbordeur (note de -the lord: comme pour Opeth cette année, une honte!) là où NOFX avait rempli la grande salle. Enfin, en contrepartie l’ambiance est plus intimiste, et le groupe est vraiment proche. D’ailleurs, Derrick serrera de nombreuses pognes. Fin de l’aparté.

Pour la suite du concert, Sepultura jonglera avec l’ancien, en se concentrant plus particulièrement sur Chaos A.D. qui se taillera la part du lion avec pas moins de cinq morceaux joués. On remarquera que Nation et Against sont passés quasi sous silence avec une seule petite apparition chacun. Un désaveu de la part du groupe ? En tout cas, j’étais bien dégoûté de ne pas avoir droit à un petit "Hatred Aside", je me demande ce qu’il doit donner sur scène, ou même le morceau titre "Against" doit bien remuer une salle. Enfin… En fait, le groupe se concentrera principalement sur la période Beneath The RemainsChaos A.D. Etonnamment Roots n’a droit qu’à deux chansons (ce qui n’est pas plus mal), avec "Attitude", et l’inévitable "Roots Bloody Roots" (énoooorme). Pas de "Schizophrnia" au bataillon par contre et juste l’hymne "Troops Of Doom" pour les plus anciens.

En tout cas, le groupe assurera une prestation de grande classe avec une maîtrise évidente et pas de fausse note à reporter. Au contraire, Sepultura balance la sauce encore plus vite et c’est particulièrement sensible sur les titres tirés de Arise qui prennent une toute autre dimension, notamment "Arise" qui devient proprement monstrueuse. En généreux donateur qu’il est, le groupe offrira des medleys que je ne connaissais pas avec l’intro de "Beneath The Remains", couplée à la version courte de "Inner Self", suivie de la version courte de "Beneath The Remains", de quoi vous couper les jambes. On aura droit aussi à un "Arise"/"Dead Embryonnic Cells" des écoles, et à un plus classique "Refuse"/"Resist"/"Territory".

L’autre amuserie de ce concert fut que nombre de chansons furent jouées dans leur version courte. C’est pas que ce soit une mauvaise idée, mais j’apprécie pas forcément. Lors des Medleys, ça passe, mais pour une chanson seule c’est limite je trouve. D’autant plus qu’ils avaient largement le temps puisque le concert ne dura que 1h15 ( !), et au lit à 22h15… c’est pas très cool. Au rayon étrangeté, on peut citer les reprises de "Bullet The Blue Sky" et "Messiah", de l’album Revolusongs, que je pensais ne jamais entendre en concert. Une bonne idée puisque elles passent bien bien bien. A noter que Derrick empoignera trois fois la guitare pour accompagner Andreas. Et qu’il est un excellent frontman, rien à redire de ce côté-là.


Enfin, tout ça pour dire que je ne regrette absolument pas ce concert, au contraire !, même si un individu a eu l’originale idée de faire un petit coma (éthylique ?) et de me tomber dessus, ce qui m’a fait manquer 5 min du concert (l’avait de la chance d’être dans les pommes) pour cause de prise en charge. Heureusement, il a retrouvé (plus ou moins) ses esprits assez rapidement. A part ça, pas d’aventure notable à signaler, sinon que je m’étonne toujours de voir la proportion assez impressionnante de T-shirt Manson ou autre truc gothique et neo aux concerts de metal. Avec mon T-shirt DAAAAARK THRROOOOOOOOOOONNE je faisais un peu figure de paumé. Un mot sur nos stage divers, qui furent repoussés en permanence par les roadies. Marrant.

Petite note pour mon préféré, Igor Cavalera qui a assuré comme une bête ses parties de batterie, aucun poc à signaler, et un jeu surpuissant. Un super concert d’un groupe exceptionnel, qui ne me laissera que des bons souvenirs, avec de la musique excellente, un public bien déchaîné, malgré un affreux mal de cou le lendemain et des muscles en compote.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1