CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
le 29 juin 2010




SETLIST

Moloko Mesto
Arise
Refuse/Resist
Dead Embryonic Cells
What I Do
Convicted in Life
The Treatment
Troops Of Doom
Septic Schizo/ Escape To The Void
Sepulnation
Territory
Innerself
Rattamahatta
Roots Bloody Roots

AFFILIÉ

Sepultura
Hellfest (Clisson)
(20 juin 2014)
Lyon - Transbordeur
(19 juin 2003)

18 juin 2010 - Hellfest


Sepultura_Hellfest_20100618

Qui croit encore en Sepultura en 2010 ? Pas vous ? Vous avez tort. D'accord, les fans de la grande époque peuvent logiquement tiquer en voyant leur groupe fétiche continuer sans les frères Cavalera, mais au-delà des noms il y a la musique. Et les Brésiliens ont décidé de nous le rappeler ce soir.

Il faut dire que les conditions sont idéales : le meilleur moment pour jouer en festival est toujours la tombée de la nuit, et Sepultura verra le soleil se coucher durant son set. Très bon pour poser l'ambiance... autant que le son qui se révèle clair et puissant, à l'exception des soli de guitare qui ne ressortiront pas toujours très bien dans le mix. Inutile de faire la fine bouche, et après les quelques minutes de stupeur passées à contempler le look actuel de Paulo Jr (en voilà un qui a pris un sacré coup de vieux) on se mange "Moloko Mesto" dans les gencives et on comprend. L'opener d'A-Lex est un titre de thrash rapide et hargneux qui prend par surprise et fonctionne extrêmement bien en live. Le fantôme de Slayer plane sur le solo de Kisser joué à fond les ballons, et les gens qui s'imaginent que Sepultura est devenu un groupe mou depuis le départ de Max en sont pour leurs frais. Mais le plus beau, c'est que quand l'hyper culte "Arise" est joué derrière l'enchaînement est tout à fait logique... et qu'on se rend compte que Sepultura reste le meilleur groupe pour jouer du Sepultura.

Ce constat restera écrasant durant tout le set : dès que les classiques sont joués, leur interprétation est systématiquement supérieure à celles qu'on a pu entendre de la part de Soulfly ou Cavalera Conspiracy. Plus carré, plus de groove, plus de niaque... c'est juste meilleur, au point que l'absence d'une deuxième guitare (Green ne s'emmerde même plus à la prendre sur "Troops of Doom") passe quasiment inaperçue. Un sacré tour de force, du en grande partie à la performance impressionnante de Jean Dollabella à la batterie. Il fut un temps où on croyait qu'Igor Cavalera était le seul batteur capable de lier la violence thrash aux racines brésiliennes, l'arrivée de Roy Mayorga dans la scène avait déjà obligé à reconsidérer cette idée... et il faudra désormais se dire que Dollabella est tout à fait digne de ces deux références. Mais au-delà des qualités musicales du groupe, ce qui frappe est le plaisir énorme que ces mecs ont à jouer ensemble. Andreas Kisser est littéralement intenable et s'éclate comme un gamin tout en enquillant riffs et solos, et Derrick Green a tout ce qu'on peut attendre d'un frontman : présence, humour (ha, les vannes sur l'équipe de France...), hargne, gouache, il est partout.

La setlist se révèlera parfaitement équilibrée pour un festoche : une grosse part de classiques bien sûr, mais émaillée de titres plus récents qui ne jurent absolument pas dans le set. C'est le cas de l'immense "Sepulnation" et de ses syncopes irrésistibles ou du thrashcore "The Treatment" qui alterne brillamment couplets lourds et accélération assassines. Bien entendu l'apothéose aura lieu sur les deux derniers titres : entre un "Rattamahatta" festif et fédérateur en diable (où Kisser assure les parties de Carlinhos Brown et un "Roots Bloody Roots" repris à gorge déployée par la totalité du public, les derniers moments du concert sont du genre qui marquent. Ce dernier titre en particulier confirme l'impression de supériorité déjà évoquée : c'est LA chanson culte du groupe, celle dont on se rappellera encore sur cinquante ans, et pour l'avoir vue jouer 14243 fois par Soulfly et une fois par Cavalera Conspiracy je peux vous dire que c'est sans appel. Sepultura existe toujours, c'est un groupe fondamental et le line-up actuel prouve sa légitimité d'une manière éclatante. Et le groupe le sait...

Victoire par KO. Il y avait peut-être peu de monde pour y croire avant ce concert, mais nul doute que la prestation de Sepultura aura amené nombre de métalleux à revoir leur copie. Espérons qu'ils nous sortiront enfin un album rivalisant avec ceux de l'âge d'or pour faire taire les derniers sceptiques !!



Crédit photo : Cosmic Camel Pics
Cliquez ici pour la galerie complète !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6