CHRONIQUE PAR ...

77
Sven
le 09 août 2017




SETLIST

Alsvartr (The Oath)
Ye Entrancemperium
Thus Spake the Nightspirit
Ensorcelled by Khaos
The Loss and Curse of Reverence
The Acclamation of Bonds
With Strength I Burn
The Wanderer
Curse You All Men!
I Am the Black Wizards
Inno a Satana

AFFILIÉ

Emperor
Clisson - Hellfest
(24 juin 2007)
Hellfest (Clisson)
(22 juin 2014)

18 juin 2017 - Hellfest


Emperor_Hellfest_20170618

Après son passage triomphal sur la Mainstage en 2014, Emperor est de retour pour cette édition 2017. Les empereurs du black metal sont en tournée pour les vingt ans du cultissime Anthems To The Welkin At Dusk et viennent offrir une dernière dose de black metal au public clissonnais en ce dimanche soir.

Sous la Temple, de nuit, l’ambiance est forcément plus adaptée à la musique des Norvégiens. Sur fond de lumières vertes, rappelant la couverture de Anthems, le groupe débarque au son de "Alsvartr (The Oath)". Comme à leur habitude, point de corpse paint ou de bracelets à clous, c’est fini tout ça. Tenue sobre, chemise noire, cheveux tirés en arrière, petites lunettes sages sur le nez, Ihsahn prend place sur le devant de la scène et lance les hostilités. Forcément, "Ye Entrancemperium" va tout emporter sur son passage. Riffs supersoniques, basse lourde, nappes de claviers grandiloquentes et batterie infernale, c’est parti. Le son est impeccable, les lumières majestueuses, la soirée s’annonce grandiose. Quelques effets pyrotechniques et le morceau monte en puissance comme on s’y attend, au plus grand bonheur de la foule immense qui acclame les légendes du style. Et l’on a le plaisir d’entendre qu’Ihsahn n’a rien perdu de son coffre et qu’il est accompagné au chant par Einar Solberg, le leader de Leprous également en charge des claviers et qui ne boude pas son plaisir. De son côté, le bassiste passera la soirée à headbanguer, visiblement plutôt motivé.
Après cette introduction on ne peut plus vivifiante, les tueries vont se succéder, bien évidemment, avec "Thus Spake The Nightspirit", son rythme effréné et son refrain aux relents d’incantation sur lequel le duo Ihsahn/Solberg est une fois de plus remarquable. Samoth n’est pas en reste et la paire de guitaristes reste ce qui se fait de meilleur dans le genre. Viennent ensuite notamment "Ensorceled By Khaos" et sa mélodie au clavier et "With Strength I Burn", son chant clair toujours aussi réussi et son final dantesque. Musicalement, tout est parfait, visuellement également. Les lumières alternent entre le vert, le bleu, le rouge, l’ambiance est mystique à souhait, le public est aux anges, ou plutôt aux diablotins, et le fait savoir ! "The Wanderer" clôt l’album mais le spectacle, lui, n’est pas fini. En effet, Anthems dure quarante-cinq minutes, or le groupe bénéficie d’une heure de show dont il compte bien faire profiter ses fans. Après une très courte pause, la folie reprend de plus belle avec la monstrueuse "Curse You All Men !" Quelques flammes, le rire démoniaque de Ihsahn, une batterie plus frénétique que jamais, le rouleau-compresseur fait son effet. Le public est à terre et attend d’être achevé. Il le sera par la doublette "I Am The Black Wizards" / "Inno A Satana", magistralement interprétée, et qui vient offrir un final époustouflant à un concert absolument fabuleux. C’est désormais terminé, les musiciens rendent les armes, le public applaudit à tout rompre pendant de très longues minutes, lessivé mais conquis, une fois de plus.

Une prestation inoubliable par les dieux sombres du metal noir. Ihsahn et Emperor ont prouvé, si besoin était encore, qu’ils restent les maîtres incontestés et incontestables de leur discipline. Tout était réuni pour que le concert soit inoubliable, et il l’a été. Comme quoi, on peut faire du black metal et faire de la musique digne de ce nom avec un son convenable. Prenez-en de la graine, les autres. All hail Emperor !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7