CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
le 20 janvier 2008




SETLIST

Into The Infinity Of Thoughts /The Burning Shadows Of Silence/Cosmic Keys To My Creations And Times
An Elegy Of Icaros
Curse You All Men!
In The Worldless Chamber
The Majesty Of The Nightsky
The Loss And Curse Of Reverence
Thus Spake The Nightspirit
With Strength I Burn
Ye Entrancemperium

AFFILIÉ

Emperor
Hellfest (Clisson)
(22 juin 2014)
Hellfest (Clisson)
(18 juin 2017)

24 juin 2007 - Clisson - Hellfest


Emperor_Clisson_-_Hellfest_20070624

«Emperor ! Em-pe-ror ! EM-PE-ROR !» Tête d'affiche de cette dernière journée de festival, Emperor est bien évidemment attendu comme l'Empereur (jeu de mots inévitable ...) de ce festival. Réunis depuis 1 an, les empereurs Isahn et Samoth provoquent une impatience difficilement contenue. Pourtant les conditions sont contraires. Pluie qui varie de bruine à battante durant tout le sound check, obligation de louper Neurosis qui a pourtant l'air de donner une très bonne prestation pour se placer correctement dans les premiers rangs, le fan doit faire ses choix. Et ils sont tout faits.

Après un speech de l'organisateur, Isahn, Samoth et Trym envahissent la scène. Ils sont accompagnés d'un certain Seth Daemon à la basse. Mais le plus important est dans la musique. Et là ... les hostilités sont ouvertes par l'inhumainement bonne "Into The Infinity Of Thoughts" de In the Nightside Eclipse. Gargl ! Votre serviteur est au bord de l'évanouissement. Cela permet de constater que le son des guitares est assez confus devant, difficile de tout suivre (les réactions des personnes au fond sont par contre très bonnes à ce niveau). Pas grave, le groupe en impose sur scène. Ihsahn chante divinement bien. C'était un peu l'interrogation, elle est levée sans ambiguité possible. Les cris black se mélangent aux mélodies claires sans l'esquisse d'une difficulté. Et pourtant ... et pourtant le premier couac arrive. En fait, Emperor ne va pas jouer "Into The Infinity Of Thoughts" en entier ! Il s'agit d'un medley qui comprend d'autres morceaux de Nightside. Ils ont osé saborder leur plus grand chef-d’œuvre ! Colère divine ! Mais ne boudons pas notre plaisir pour si peu. Emperor est sur scène et il faut reconnaître qu'ils sont salement bons. On retrouve la spatialité du groupe dans ces blasts frénétiques et les claviers, même si un peu discrets (une autre conséquence d'être devant la scène ...), apportent toujours leur touche unique.

Ce concert est aussi l'occasion d'avoir la confirmation que le groupe sait jouer. Isahn en rythmique et en lead et Samoth uniquement en rythmique maîtrisent leur affaire. Trym se permet de jouer ses parties de batterie plus rapidement que sur album et Seth Daemon a l'air d'être un bon bassiste. Les titres pour leur part s'enchaînent avec bonheur. Ihsahn trouve le temps de parler au public entre eux. Il explique notamment sur les titres de Prometheus qu'ils jouent, qu'ils n'avaient jamais eu l'occasion de les défendre sur scène suite au split et qu'il s'agit donc d'une première en France. Cool. On aura droit aussi à du IX Equilibrium mais l'album star est clairement Anthems To The Welkin at Dusk. "With Strength I Burn" et "The Loss And Curse Of Reverence" s'ajoutent à "Thus Spake The Nightspirit". Mais la fin du concert approche et en plus de la déception induite par une "Into The Infinity Of Thoughts" tronquée, toujours pas de "Thorns On My Grave" (meilleur titre de Prometheus, faut-il le préciser ?) et surtout, pas de "Ye Entrancemperium".

Hé bien Ihsahn annonce la dernière chanson ... "Ye Entrancemperium" ! Gargl, 2e rupture d'anévrisme du concert. Là, le concert passe dans le statut mythique. Chanson absolument dantesque sur album, elle devient titanesque en live. Sa vitesse d'exécution couplée aux multiples mélodies qui la parsèment encore réhaussées de claviers géniaux la rendent simplement faramineuse. Une fin de concert parfaite pour se quitter bons amis avec la ferme intention de les revoir et de les réentendre un jour sur cd ...


Au chapitre grief, on regrettera que malgré les invectives déterminées de la horde de fans à la fin du concert, le groupe ne reviendra pas pour un rappel ... Dommage. L'effet festival sans doute. Mais indubitablement, une conclusion de festival à la hauteur de la renommée du groupe. Bravo.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6